auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> déconnerie

Jurietti, le film

> article précédent

Tombés dans le panneau

> article précédent

Touré 1983, sensuel et sans suite

Jacques Attali en un Gif d'il y a trente ans

Divertissement à caractère historique – Pour passer une vie sous les ors de la République et la lumière des caméras, il faut très tôt savoir se placer.

Partager


La scène survient au moment où l'utilisation des tribunes des stades de football par les politiques est encore très anodine. Pas encore de Jacques Chirac dans les vestiaires du PSG, serrant des pognes devant les caméras en répétant à tous ses interlocuteurs: "Si on nous avait dit ça, il y a un an...", ni de Jacques Chirac en maillot de l'équipe de France pour soutenir les futurs champions du monde français. Le temps n'est alors pas venu des plans de TF1 sur le tout nouveau président Sarkozy dans la seconde suivant un but des Bleus.
 

En 1983, en ce soir de finale de la Coupe de France, on respecte encore avec bonhommie un rituel inauguré par Gaston Doumergue en 1927 – rituel auquel mettrait un terme celui qui venait alors d'être élu maire de Neuilly quelques semaines plus tôt: le président se fait présenter les joueurs sur la pelouse. François Mitterrand s'y prête sans bouder son plaisir. Jacques Chirac est déjà là, assis à côté de lui en tant que maire de Paris, qui s'apprête à voir le PSG remporter sa deuxième Coupe de France consécutive malgré un but sublime de José Touré. De l'autre côté, c'est Fernand Sastre qui flanque le président.
 

Du beau linge se côtoie en tribune présidentielle, même s'il est difficile de qualifier ainsi la robe à pois d'Edwige Avice, ministre déléguée au Temps libre, à la Jeunesse et aux Sports. Les places sont chères autour du président, et elles ont un sens: Jacques Attali a touché le gros lot: il est derrière le chef de l'État, dans l'axe (ou presque) de la caméra. Sur le siège jouxtant le sien, Jean Glavany, qui fait aussi partie de la jeune garde présidentielle, a moins de chance: on le reconnaît à peine. Attali n'a pas encore quarante ans, mais son frétillement est juvénile, la satisfaction gonfle ses joues et plisse son sourire. À le voir se rengorger ainsi dans son costume crème, avec ses montures démesurées et sa coupe de cheveux à mi-chemin entre l'audace et le conformisme, on se dit que le procès des énarques devrait commencer par leurs infractions à l'esthétique.
 

C'est une scène d'il y a trente ans, qui annonce trente ans de capacité à bien se placer de la part de Jacques Attali, un des "penseurs" au travers desquels les gouvernements et les médias pensent le monde – ce qui explique en partie l'état du monde. Regardez-le au moment où le public se lève aux premières notes de la Marseillaise, il nous fait signe: il s'assure que nous l'avons bien vu.

 

 

 

Jacques Attali résumé en un Gif vieux de trente ans. on Twitpic


 


Jeu-concours : identifiez sur cette image deux personnalités du football français. Toute la séquence de l'avant-match est visible sur cet enregistrement de l'INA. Vous y retrouverez notamment Jean-Michel Larqué et Thierry Roland (qui salue ses confrères souffrants, Jacques Vendroux et Pierre Loctin) et un superbe Vahid Halilhodzic barbu.

 

Partager

> Dossier

Déconneries

Boîte à gif


La rédaction
2015-02-16

Les raisins de la couleur

Boîte à gif, édition spéciale – Les supporters girondins mériteraient plus que le prix de l'animation la plus spectaculaire de la saison, avec l'explosion de couleurs du match d'hier: un peu de la considération dont tous les supporters sont privés.


La boîte
2014-12-15

Loupés, envols et exfiltrations

Boîte à Gif #14 - On peut rater un but avec virtuosité, conjurer le sort avec les mains, expédier sa chaussure avec son tir, catapulter un balle avec grâce. Mais pas jouer hors du terrain.


La boîte
2014-12-08

Coups d'épaule, bonds et frustrations

Boîte à Gif #13 - En force ou en finesse, beaucoup d'histoires se terminent par terre. Et tout le monde ne le vit pas de la même façon.


>> tous les épisodes de la série "Boîte à gif"

Sur le fil

(et donc ils concluent à l’erreur indiscutable de l’arbitre, ce tocard) https://t.co/ePI8jmvNjl

Commentateur, consultant, journaliste de terrain: Y a main, alors y a péno. Fatigue.

Les Cahiers sur Twitter