«Certains prédisent l'implosion du système...»

Interview – Chercheur et spécialiste du marché des joueurs, Loïc Ravenel analyse son fonctionnement et ses évolutions. Et s'interroge sur sa fuite en avant.

Partager


Géographe, Loïc Ravenel est collaborateur scientifique au Centre international d'étude du sport (CIES) et co-fondateur de l'Observatoire des footballeurs professionnels – dont peuvent être consultés l'étude démographique annuelle et l'Annuel Review, analyse comparative des clubs et joueurs dans les cinq grands championnats européens.



interview Ravenel mercato systeme transferts Bale

 


Quelle est, pour l'instant, l'évolution du marché des transferts estival? Peut-on pronostiquer une augmentation globale des transactions, en nombre ou en valeur?
Pour l'instant, non, parce qu'il reste encore quelques semaines et que ça n'a pas encore bougé, malgré le prisme un peu déformant du championnat de France, où Paris et Monaco ont significativement recruté – ou plutôt recruté cher. On parle aussi de transferts très importants qui ne sont pas encore réalisés, mais pour les autres, les montants sont relativement normaux. Les championnats reprennent progressivement, et s'il doit y avoir de l'agitation, ce sera dans les prochaines semaines, d'autant qu'aujourd'hui les clubs attendent très souvent de vendre avant d'acheter: en dehors des très gros clubs qui ont d'ores et déjà des budgets de recrutement, le marché dépend de phénomènes en cascade, de réactions en chaîne.
 

Cet attentisme est-il récent ou bien constitue-t-il une constante?
Non, c'est une configuration classique. Dans le cas de la Ligue 1, on reproche à Paris et Monaco de ne pas recruter en France et ainsi de laisser le marché atone...
 

Alors que Paris et Monaco pourraient avoir un rôle moteur?
Oui, mais pour constituer un effectif de niveau européen, il faut des joueurs comme le championnat de France en possède assez peu: les Falcao ou Cavani sont à l'étranger. Cette absence de gros achats explique le blocage actuel du marché pour de nombreux clubs français, en dépit de quelques départs vers l'étranger – Aubameyang, Belhanda – pour des sommes importantes dans l'absolu, mais qui n'enclenchent pas le mouvement.
 

Le scénario d'un blocage qui perdurerait jusqu'à la clôture est-il envisageable?
Il faudrait sortir la boule de cristal pour l'affirmer. Cela devrait se décanter parce qu'il s'agit aussi d'une partie de poker menteur: dans toute négociation, il y a cette logique de l'attente au terme de laquelle les deux parties se mettent d'accord. Aujourd'hui, il reste suffisamment de temps pour que le marché démarre vraiment. On lisait samedi dans L'Équipe que le FC Sochaux avait placé huit joueurs sur la liste des transferts, huit joueurs qui ne bougent pas pour l'instant. L'entraîneur Éric Hély expliquait qu'il les intégrait dans le groupe, contrairement à l'an passé où ils faisaient partie d'une sorte d'équipe bis: le FCSM avait pu le regretter par la suite puisque tous n'étaient pas partis. S'il les implique aujourd'hui, c'est parce qu'il peut penser que le bon de sortie ne sera pas honoré pour tout le monde...
 


« Les transferts de Cavani ou Falcao occultent le reste du marché »


On a le sentiment que le PSG et l'AS Monaco n'auront pas du tout le même positionnement que l'OL au moment de sa domination...

Encore faut-il rappeler que Lyon a toujours cherché son "grand buteur" à l'étranger: Carew, Elber, Lisandro... C'était typique d'un recrutement visant à faire accéder le club à un niveau international. Pour l'instant, Monaco et Paris cherchent à se mettre au niveau de leurs concurrents européens: ils ne recrutent pas simplement pour gagner la Ligue 1.
 

Ils n'ont pas, non plus, la stratégie de l'OL qui cherchait, avec ses recrutements "français", à réaliser d'importantes plus-values sur des joueurs qu'il revendait à l'étranger après les avoir valorisés...
Oui: quand on achète Cavani 64 millions d'euros, la plus-value est plus incertaine. Cela ne relève pas de la spéculation, mais de la volonté de rivaliser avec le Bayern, le Real ou Manchester United.
 

Cela fait plusieurs années que l'on pronostique les effets de la crise financière sous la forme d'un effondrement du marché des transferts, ou du moins d'un fort ralentissement. Or, on attend encore...
Je reste subjugué par le fait que malgré cette crise bien réelle, les records puissent encore être battus et que les mouvements restent importants en volume. On constate d'une part qu'il reste des investisseurs puissants, certains remplaçant ceux qui jettent l'éponge ou réduisent la voilure, comme on l'a vu à Malaga par exemple ou dans le football anglais, ou bien d'autres qui arrivent, comme en France. Mais d'autre part, il y a aussi un effet de miroir déformant: les transferts de Cavani ou Falcao occultent le reste du marché, c'est-à-dire une majorité de transferts beaucoup plus modestes. Le montant moyen des transferts s'établit autour de trois millions d'euros en Europe, en incluant ces transactions les plus spectaculaires.
 


« Ce genre de crise se traduit très souvent par une augmentation des écarts de richesse »


Justement, n'assiste-t-on pas à un creusement des écarts entre quelques places fortes qui peuvent investir massivement et une majorité de clubs contraints à l'austérité?

Je ne peux pas l'affirmer formellement, faute d'une étude longitudinale de cette évolution, sur une période suffisamment longue. Mais effectivement, ce genre de crise se traduit très souvent par une augmentation des écarts de richesse, avec une majorité qui s'appauvrit, et à l'inverse une minorité qui s'enrichit. Le football, actuellement, au travers de ces gros investisseurs, semble obéir à cette logique. Et comme médiatiquement, on parle énormément des gros transferts, on a l'impression que le football ne connaît pas la crise. Pourtant, entre 2008 et 2013, la majorité des transferts se sont conclus sans compensation financière, avec des joueurs prêtés ou en fin de contrat. Le transfert payant ne représente qu'environ un tiers des transferts.
 

On attendait aussi que les clubs anticipent le fair-play financier de l'UEFA en se modérant. Là aussi, on a du mal à les percevoir cette tendance...
Le problème du fair-play financier, c'est que sa mise en œuvre dépendra de la volonté politique de l'UEFA, c'est-à-dire de sa volonté de l'appliquer avec la même rigueur à tous les clubs, qu'il s'agisse de clubs roumains, polonais... ou du Real Madrid.
 

Est-ce que les gros clubs attendent de voir si l'UEFA va réellement les sanctionner en cas d'infraction?
Ce n'est qu'une hypothèse personnelle, mais ils sont dans la logique du "Too big too fall", en estimant que le système ne peut se passer d'eux, qu'écarter deux ou trois cadors européens ne serait pas bon pour le business. "On procure tellement de joie aux gens, et on fait fonctionner l'économie"... On a vu en Espagne que le contribuable a payé des dettes ou des arriérés d'impôts de grands clubs de foot, au motif qu'ils étaient importants pour la vie sociale et économique, la culture nationale. Cela étant, l'UEFA aura peut-être ce courage politique de sanctionner: elle l'a eu par le passé, en interdisant les clubs anglais de toute compétition après le drame du Heysel.
 


« Gareth Bale à cent millions d'euros, l'irrationnel le plus complet »


Comment évolue la valeur individuelle des joueurs? Les montants évoqués pour la clause libératoire de Cristiano Ronaldo ou le transfert potentiel de Gareth Bale relèvent-ils encore d'une quelconque rationalité économique?

Il faut souligner qu'on parle là de montants virtuels, mais si un transfert de Gareth Bale devait se faire à hauteur de cent millions d'euros, on serait effectivement dans l'irrationnel le plus complet. Après, il peut y avoir un logique de concurrence: s'il y a quatre clubs candidats pour un joueur dont la valeur "objective" est de 50 millions d'euros, les enchères vont inévitablement monter. Nous avons justement commencé à travailler sur le calcul de cette valeur dite objective des joueurs, à partir de critères précis, que nous pouvons confronter aux montants réels quand les transferts sont conclus (lire la Lettre du Big-5 sur les transferts). Nous trouvons des valeurs qui sont généralement proches de ces montants: 50 millions pour Cavani par exemple, ce qui s'est à peu près confirmé avec son transfert à Paris, 64 pour Falcao, soit le montant du sien à Monaco... Pour Gareth Bale, on approche de 45 millions d'euros: les montants évoqués sont deux à trois fois supérieurs. Mais on verra si cela se fait, et dans ce cas, comment le Real pourra sortir 100 millions d'euros, alors que le club est endetté...
 

Est-on dans une période de transition qui prélude à de nouveaux équilibres, ou bien est-elle trop chaotique pour tirer des conclusions?
Certains prédisent l'implosion du système, celui des transferts et même, plus globalement, celui du football professionnel avec une faillite généralisée des clubs et tout à reconstruire ensuite. D'autres, comme la FIFPro [syndicat international des joueurs], annoncent la fin des indemnités de transfert avec ce que cela implique. D'autres encore envisagent des systèmes très différents, parfois inspirés des sports américains: salary cap, joueurs propriété de la Ligue, transferts liés à des critères de performance, etc. Mais comme on parle de tout cela depuis plusieurs années, il est délicat de faire de la prospective.


Quel facteur pourrait quand même ébranler le système?
On peut imaginer qu'une démarche juridique, comme pour l'arrêt Bosman, bouleverse la donne, ou que l'UEFA prenne des décisions fortes autour du fair-play financier, qui entraîneraient une diminution des dépenses. Mais il faudra une intervention extérieure, notamment de la sphère publique, dans le sens d'une régulation. À l'heure actuelle, le système profite à un grand nombre de parties: tous les clubs pour lesquels les joueurs sont les seuls actifs, les joueurs qui tirent des avantages de leurs transferts, les intermédiaires qui ont tout intérêt à ce que les joueurs bougent et à se rémunérer au passage...
 

Propos recueillis par Jérôme Latta.
 

POUR ALLER PLUS LOIN, LIRE AUSSI LA PARTIE BONUS DE CETTE INTERVIEW :  «LA MONTÉE EN PUISSANCE DU FOOTBALL BRÉSILIEN POURRAIT SE CONFIRMER AVEC LA COUPE DU MONDE»

 

Partager

> Dossier

Le bizness

Le bizness


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


2018-12-08

Les bénéfices de la Coupe du monde ruissellent (sur les gros clubs)

Une Balle dans le pied – La FIFA va distribuer 209 millions de dollars aux clubs ayant mis leurs joueurs à disposition des sélections, suivant l'éternel principe de l'enrichissement des plus riches.


Jérôme Latta
2018-11-05

Super Ligue, la fin du super bluff ?

Le chantage des clubs riches auprès de l'UEFA repose depuis vingt ans sur la menace d'une ligue privée. Le projet d'une "European Super League", révélé par les Football Leaks, semble plus concret que jamais. 


>> tous les épisodes du thème "Le bizness"

Le forum

Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 16h54 - Yul rit cramé : En réponse aux parisiens en fin de page précédente, les effets positifs de la simulation, c'est... >>


Merlus, Tango et Friture

aujourd'hui à 16h46 - Breizhilien : Donc là on est capable de perdre un match qu'on gérait tranquillement 2-0 jusqu'à la 45e.Un... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 16h44 - Cush : Pour aller un peu dans le sens de Classico, je pense aussi que la surexploitation des ressources et... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 16h37 - Charterhouse11 : Finalement qqs changements :LopesTete, Marcelo, Denayer, MarçalMendes, Tousart, AouarCornet,... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 16h27 - Milan de solitude : Les Vingt-Sept le toléreront-ils ? Pas sûr. >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 16h13 - Gouffran direct : Bordeaux-OM: 3-0, rouge pour la gardienne olympienne, remplaçante de 17 ans qui rentre et10... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 16h06 - Mevatlav Ekraspeck : Ressortez Papé, Bonnaire ou Brouzet du saloir... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 13h20 - Milan de solitude : beltramaxiaujourd'hui à 12h27--- SPOILERDiscours social et poétique, puisque c'est en celles... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 12h50 - 2Bal 2Nainggolan : En biclou version grosses cuisses et pignons fixes, Benjamin Thomas est le nouveau champion... >>


Manette football club

aujourd'hui à 12h10 - le Bleu : L'un des jeux fétiches des Cahiers va avoir sa suite : Crusader Kings 3 a été annoncé. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)