auteurs
M. Garnier, B. Gärtner, J. Latta et Nicolas P.

> article précédent

Le bûcher des thauvanités

> article précédent

Hirsch, un destin contrarié

Infographies : variations sur le classement FIFA

Contestable à plusieurs titres, le classement FIFA nous a quand même inspiré une série de représentations visuelles des rapports de force au sein du football européen.

 

Partager


Le classement FIFA des équipes nationales, malgré sa réforme en 2006, suscite depuis toujours des doutes et des critiques sur sa pertinence et sa méthodologie, qui se cristallisent en particulier sur des positions relatives souvent incompréhensibles (dans la plus récente mise à jour, la Suisse 6e devance ainsi le Brésil 9e). Les inévitables biais tiennent notamment à la comparaison entre des sélections qui évoluent dans des confédérations différentes ou encore" au critère "importance du match".
 

Au risque de nous déjuger (lire "La lutte des classement"), nous allons exploiter cet indice en essayant de lui donner une autre utilité que celle consistant à fustiger le déclin de l'équipe de France et en comptant, malgré ses défauts, sur les comparaisons qu'il permet dans le temps et dans l'espace. Nous sommes contentés de commentaires factuels, vous laissant le loisir de "lire" les infographies et de pousser plus loin l'analyse.
 

LIRE AUSSI : "LA VÉRITÉ SUR LE CLASSEMENT UEFA"



On commence par l'historique (dynamique) du classement, pour les sélections européennes, avec un graphique permettant de choisir les équipes pour comparer leur évolution au cours de cette vingtaine d'années, avant d'enchaîner sur différentes manières de rapporter le classement FIFA à d'autres critères: population, classement UEFA, affluences dans les stades...

 

Historique du classement FIFA
 

Note : pour l'historique ci-dessus, ce sont les positions au classement mondial qui sont représentées, pour les infographies ci-dessous, ce sont les positions dans la Zone UEFA (ainsi, 19e dans le premier cas, la France est 12e dans le second). Les classements sont arrêtés à fin novembre 2013. Et bien entendu, vous cliquez sur les images pour les agrandir.
 

 

Classement FIFA population pays européens

 

 

 

Cette représentation permet de visualiser la correspondance plus ou moins étroite entre la position au classement FIFA et l'importance de la population. En clair: sur la diagonale, l'une est conforme à l'autre; au-dessous, le pays "sous-performe" et à l'inverse, au-dessus son rang sportif témoigne (en théorie) de sa capacité à bien exploiter un vivier lui aussi théorique. On vous voit venir avec une objection fort légitime: il serait intéressant de se référer aussi au nombre de licenciés par pays, ce permettrait de pondérer et de donner une idée de l'efficacité de la formation pour amener des joueurs au plus haut niveau, en en faisant profiter la sélection.

 

On imagine souvent qu'être une nation bien peuplée est un avantage décisif pour posséder un bon pool de footballeurs sélectionnables et constituer la meilleure équipe possible. Ce n'est pas complètement faux, tant on retrouve les pays les plus peuplés dans le top du classement FIFA de la zone Europe. Mais ce constat général cache des disparités très importantes.


Ainsi la France ferait plutôt partie d'un groupe de pays sous-performants par rapport à leur taille, en compagnie de poids lourds de la démographie tels que la Russie, la Pologne, la Turquie ou bien la Roumanie. Perfectibles donc, si l'on se compare à des petites nations du football qui font bien mieux que nous, comme le Portugal, les Pays-Bas ou même nos voisins belges et suisses, dont les sélections ont été plus performantes que la nôtre ces derniers temps. Sans même parler de petits poucets comme les pays yougoslaves, éternels pourvoyeurs de grands footballeurs... ou mieux encore, l'Arménie, la bande à Mkhitaryan ayant un rang au classement FIFA bien plus impressionant que ne le laisserait supposer sa population.
 

À titre d'exemple, trente-cinq places séparent l'Espagne et la Pologne malgré des populations comparables. Le Portugal, sept fois moins peuplé que la Turquie culmine vingt places plus haut. Les pays de l'Est en général sont plutôt mal classés: outre la Pologne et la Turquie, le Belarus ou la Russie se situent largement en deçà de la diagonale. Le Kazakhstan peine à faire mieux que Malte ou Chypre malgré ses seize millions d'habitants.


 

 

Classement FIFA classement UEFA

 


Ce deuxième graphique met en regard les performances des sélections et celles des clubs (si l'on veut bien continuer d'accorder aux classement FIFA et UEFA une capacité à mesurer ces performances, n'y revenez pas). Et il offre l'occasion de montrer ou de confirmer qu'aujourd'hui, clubs et sélections ont des trajectoires qui ne vont pas forcément de pair, contrairement à ce qui aurait dû être le cas dans un environnement naturel pré-bosmanien...
 

Les clubs de l'ex-Yougoslavie souffrent de championnats qui sont à la fois peu attractifs et bourrés de talents qui ne tardent jamais bien longtemps à rejoindre des ligues plus cotées. Scénario semblable pour le Pays de Galles ou l'Écosse, dont les bons joueurs sont presque inévitablement absorbés par la Premier League anglaise.
 

En ce qui concerne les "cinq grands championnats" européens, seuls les résultats des équipes nationales française et anglaise sont en deçà de celles de leurs clubs. C'est aussi le cas de la Russie et, plus flagrant encore, de la Turquie.
 

La position extrême de Chypre s'explique par les performances de ses clubs, en particulier l'APOEL Nicosie qui a réussi l'exploit de se qualifier en quarts de finale de Ligue des champions en 2011/12. L'inverse est vrai pour l'Arménie dont certains résultats lors de la campagne de qualification pour le Mondial brésilien (victoires contre le Danemark, la République tchèque et la Bulgarie) ont amené la sélection à son plus haut niveau historique au classement FIFA (35e).
 

 

Classement UEFA affluences

 


Si l'on voit que les pays européens s'investissent différemment dans le football, une manière de quantifier leur passion consiste à comparer les affluences domestiques au "niveau" du championnat, mesuré selon l'indice UEFA. Les clubs d'Europe du Nord bénéficient globalement d'excellentes affluences au regard de leur classement UEFA. Les Néerlandais parviennent à attirer 20.000 spectateurs par match malgré des résultats moyens dans les compétitions européennes. C'est le cas également des championnats scandinaves qui se situent tous au-dessus de la courbe de référence.
 

Les excellentes performances des clubs de la péninsule ibérique placent l'Espagne et le Portugal en dehors du peloton, les Lusitaniens étant trois fois mieux classés que l'Écosse à affluence comparable. Toutefois, à l'exception des championnats mentionnés, cette infographie montre une correspondance assez étroite entre la fréquentation des stades et le classement des pays...
 

LIRE AUSSI : "LA VÉRITÉ SUR LE CLASSEMENT UEFA"

 

Partager

> déconnerie

[JDD #7] Irrésistibles

> sur le même thème

La vérité sur le classement UEFA

Infographies


MinusGermain
2020-09-10

Zones blanches pour les Bleus

Infographies – Huit départements n'ont jamais fourni d'internationaux à l'équipe de France. Explorons ces déserts footballistiques et recensons leurs représentants chez les pros. 


Mathieu Garnier et Jérôme Latta
2020-07-17

Géographie des supporters français

Infographies – Quelles sont les zones d'influence nationales et les emprises régionales des clubs français, comment se disputent-ils le territoire? Réponses en cartographies interactives.


Jérôme Latta
2020-01-28

À qui Tuchel a-t-il donné le temps ?

Visualisation – Comment Thomas Tuchel a-t-il composé ses équipes et réparti le temps de jeu cette saison? Quelques réponses avec des bulles. 


>> tous les épisodes de la série "Infographies"

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 06h14 - O Gordinho : Edji13/04/2021 à 16h43La seule solution serait une quarantaine stricte...mais bon courage pour la... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 02h58 - DansonsLaBostella : Lebron en tenue de ville qui se lève du banc et discute avec les arbitres en meme temps que Vogel... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 02h05 - Lucho Gonzealaise : Je pense qu'il a un esprit compétitif particulier, ce soir on sentait bien qu'il avait très envie... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 01h34 - Dehu Sex Machina : Rapinoe simple flic >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 01h05 - forezjohn : Le match allait était un peu douteux défensivement des deux cotés : Paris était bringuebalé de... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 00h59 - Easy Sider : Quel bonheur.(Par contre, qu'est ce que j'ai envie de mettre des coups de pieds au cul en L1, en... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 00h04 - magnus : J'ai vu SOA avant The Shield, j'imagine que pour ceux qui ont vu dans l'ordre ce devait être un... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 00h01 - impoli gone : Il paraît qu'Aulas est un des candidats à la reprise. >>


Observatoire du journalisme sportif

13/04/2021 à 23h45 - Tonton Danijel : Mais sinon, une sacrée définition du vide le Rothen. D'ici à ce qu'on nous le mette en binôme... >>


Le fil dont vous êtes le héros

13/04/2021 à 23h41 - De Gaulle Volant : Ligue des Branquignols:Mardi 20h : Autant en emporte l'owen (owencdf) - dan(31) (P41b - J3)Mardi... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)