auteur
Arno P-E

 

Ancien chroniqueur sur PSGMAG.NET, et supporter du Paris Saint-Germain. Étonnant, non?


Du même auteur

> article suivant

CSC collectif

> article suivant

PSG, les maux de la fin

> article précédent

Tout va très vite dans le football

> article précédent

FFF : cinq Espoirs pour l'exemple

In Bed with le PSG : Z. I.

Après Chantôme, la star de son équipe... comme lui en pleine introspection. Qu'est-ce que ça fait d'être Zlatan Ibrahimovic?

Partager

 

Des départs. Malmö, la Hollande, puis l'Italie, l'Espagne, et l'Italie encore. La France, aujourd'hui. Besoin de changement, à chaque fois. Au PSG, une possibilité de renaissance, sans doute... Même si le cœur toujours un peu à Milan. Le bon moment peut-être?

 

Au début, le plaisir et l'excitation. Les négociations, la signature, le salaire, les interviews, les présentations devant la Tour Eiffel. De l'amusement. Pour eux, le plaisir de la découverte, oui. Pour moi, le déjà-vu. Mais bon... Des sourires, quand même. Et un petit pincement. L'envie, cette fois-ci, d'apaisement. Enfin, un espoir de sérénité, en moi.

 

Depuis le début, des tensions. Le départ de Croatie, pour la Suède. La vie difficile, la langue difficile. Moi, l'étranger. L'école difficile. L'envie du retour. De la bonne place. De l'ailleurs. Le froid, la nourriture, l'interminable nuit... et les amis. Très difficile. Le corps, difficile. Trop grand, trop vite. Les gestes mal contrôlés, qui font mal aux autres. La jalousie de ces autres, supérieurs dans les notes et dans les habits et dans la reconnaissance; mais inférieurs dans leur tête. La défense. Le rejet. Pour moi, le besoin de la démonstration. Le besoin de l'existence. Puis, la découverte du petit virus de la crainte. La force et la joie malsaine du contrôle de ce virus... Les ratés. Le dégoût de soi, après. Alors l'essai de l'oubli, l'essai du recommencement, grâce au football. Partir, encore. Quitter la Suède. Renaître?

 

 

 

 

L'Ajax Amsterdam, les premiers matches, les premiers chèques, les premiers fans, les premiers buts. Les premières filles. Les premiers coéquipiers, les anciens, les vieux pros. La première mise à part du groupe, malgré les bonnes perfs. La première incompréhension. La lecture dans leurs yeux du même complexe: la différence, ici aussi. L'étrangeté. Même litanie. Le besoin de rejet du petit nouveau trop grand, de protection contre le petit nouveau, trop fort. Trop bizarre. Trop promis à un avenir inaccessible. Et moi, la rage. L'envie de hurlements, de coups. De départ.

 

La Juventus, alors. Le grand club. Les grands joueurs. Des pairs. Des frères, enfin? Une bonne période. La certitude que cette fois, oui. La bonne place, ma place. Puis, doucement, les problèmes. De nouveau. Un entraînement trop rugueux, un tacle mal contrôlé. Une réputation pas totalement oubliée, au fond. Le retour du cauchemar.

 

Pareil à l'Inter.

 

Pareil à Barcelone.

 

Toujours plus loin, toujours l'évasion, et toujours la réapparition des mêmes casseroles. La question, pas de réponse. Quelle destination, pour la paix? Milan?

 

Un empilement d'années, à force. La naissance des enfants. Le seul repère, sur les bras pour ma famille, sur les chaussures pour la galerie, et dans le cœur, pour moi. Des réflexions, avec le temps. L'abandon de l'espoir de la découverte d'un chez soi. Pas de pays, au fond. Parce que trop de pays. Tant pis. Pas d'espoir de véritable reconnaissance, humaine, non plus. Trop différent, voilà... Une empathie trop difficile pour les autres. Alors l'acceptation du statut d'apatride, de star, de simple image. L'arrêt de la fuite. L'enfilage du maillot, taillé sur-mesure depuis le début. Le costume de monstre de foire. Tant pis. Direction Paris.

 

D'autres matches, avec nez rouge et catogan. Des buts. Des interviews avec le masque de la diva. Des buts. Le barnum de la Ligue des champions. Des buts. Et toujours pas de conflit, en dedans. L'espoir? Marseille, Nancy, des matches perdus sauvés grâce à mes buts. La joie dans le vestiaire. La joie le matin à l'entraînement. Encore, encore. Moi l'icône, moi le super-héros? Mon bon rôle, finalement? Pourquoi pas... Alors la victoire, pour la continuation sur ce chemin. Pour le repos, et la paix, enfin! Enfin la paix, cette fois-ci.

 

Le ballon derrière, au départ. Un vol, en profondeur, rapide. Moi, la course, la lutte, vers la surface. Vitesse, et les yeux sur le ballon. Le seul secret: les yeux sur le ballon, pas sur les cages. La retombée, déjà... difficile. La balle très haute, loin devant. Mais accessible, si un saut, si le pied dans le ciel. Oui: accessible. La confirmation dans mes tripes. Le pied près, la pointe près, elle va toucher. Un vol, moi aussi.

 

L'oubli du poids, l'oubli de la taille, l'oubli du sol et de la terre et des coups et l'oubli des provocations. L'oubli du salaire, des journalistes et de l'agent. L'oubli de la famille là-bas, de la maison à signer, l'oubli de la foule et du bruit. Un vol.

 

La pointe du pied va toucher le ballon et le but est droit devant... Même sans l'avoir regardé, je le sens. Je sens mon esprit libéré, là. Je vole. Je vais marquer. Là. Je suis vivant. J'existe.

 


IN BED WITH LE PSG : C .C.

 

Partager

> sur le même thème

In Bed with le PSG : C. C.

> du même auteur

In Bed With le PSG : J. M.

In bed with le PSG


Arno P-E
2013-12-23

In Bed With le PSG : E. L.

Reprise des voyages intérieurs chez les joueurs du PSG. Cette fois, auprès d'un Ezequiel qui n'est pas encore prophète en ce pays.


Arno P-E
2013-04-10

In Bed with le PSG : B. M.

Quelles pensées bouillonnent sous le crâne de Blaise Matuidi, buteur-égalisateur au terme d'un match dont il ne verra pas le retour?


Arno P-E
2013-03-29

In Bed With le PSG : S. A.

Grand témoin du PSG qui change, Sylvain Armand ne veut plus rien rater. Et lui sait que Paris-Barcelone n'est qu'un match aller.


>> tous les épisodes de la série "In bed with le PSG"

Sur le fil

Aston Villa, West Ham, Burnley… Le match des maillots claret and blue: https://t.co/LRRjT8rtjt Par @richardcoudrais https://t.co/ErX898qwhD

Et à la fin, le PSG craque… Étude des buts encaissés par Paris dans le dernier quart d’heure en Ligue des champions… https://t.co/0qeSRVzwan

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Dans le haut du panier

aujourd'hui à 02h23 - Jean-Huileux de Gluten : Ouh la... Alors qu'on soit bien d'accord, ce forum c'est bien pour la fantasy league de basket des... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 01h34 - LYon Indomptable : Je viens de lire le tract des Bad Gones.Bala, too qui les as connus un temps, dis leur de ma part... >>


Déclarama

aujourd'hui à 01h18 - Portnaouac : Le probleme, ce n'est pas tant le sujet du propos que le propos lui-même.En gros, s'il est bien... >>


Le Ballon d'Or (ne pas le réveiller)

aujourd'hui à 01h06 - Milan de solitude : Et l'équipe-type avec De Gea et Dani Alves... Et Hazard en relayeur... Est-ce bien la peine de... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 01h03 - Milan de solitude : "Forain" en vieux français, qui doit tirer son origine de "fors", c'est-à-dire "hors", je... >>


Observatoire de la violence dans le football

aujourd'hui à 00h10 - asunada : Je suis abonné au virage Nord et pour rappel, le virage Nord, pour ses anneaux inférieur et... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h09 - le Bleu : Moi, il y a quinze ans, je rêvais d'une adaptation de Quatrevingt-treize de Victor Hugo, par... >>


CdF Omnisport

24/09/2018 à 23h33 - patrice : pelecanosaujourd'hui à 02h35- - -j'ai commencé à regarder cette histoire de niveaux de jeu. A... >>


Observatoire du journalisme sportif

24/09/2018 à 23h33 - L'amour Durix : C'est toujours facile de critiquer le résultat de ce type d'exercice mais le 11 type FIFA est... >>


LA GAZETTE : Les gestes / Les antigestes

24/09/2018 à 21h56 - Moravcik dans les prés : Geste :Le ballon laissé passé par Edinson Cavani pour Angel Di Maria, comme une passe décisive... >>


Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)