auteur
Arno P-E

 

Ancien chroniqueur sur PSGMAG.NET, et supporter du Paris Saint-Germain. Étonnant, non?


Du même auteur

> déconnerie

Dopé au cannabis !

> article suivant

CSC collectif

> article suivant

PSG, les maux de la fin

> article précédent

Monaco, la nouvelle ère a commencé

> article précédent

Nantes à la sauce Der Zak

In Bed With le PSG : S. A.

Grand témoin du PSG qui change, Sylvain Armand ne veut plus rien rater. Et lui sait que Paris-Barcelone n'est qu'un match aller.

Partager


Ça y est, les internationaux sont revenus au Camp des Loges, on va de nouveau pouvoir travailler correctement. Pendant les trêves internationales, maintenant, le groupe est si réduit qu'on ne peut plus rien mettre en place. Ce n'est pas idéal, mais j'en profite pour m'occuper des détails. J'ai commandé une nouvelle paire d'alu, vérifié tous mes moulés, au cas où... J'aime savoir où j'en suis. Parce qu'on dira ce qu'on voudra sur la qualité des gars chargés de préparer notre matériel, je préfère que personne ne touche à mes chaussures. Je sais que le staff veut nous éviter de nous disperser, pour que l'on n'ait qu'à gérer le football, mais je gère le football et mes chaussures, tout simplement. Le lavage, la souplesse, les accrocs au niveau des coutures, au moins je sais exactement où j'en suis. Ensuite, oui j'ai l'esprit libre, et après ça, je ne me prends pas la tête. Une fois que je l'ai fait.
 

Certains gamins qui signent leur premier contrat au PSG découvrent les services donnés aux pros. Quand ils ont compris tout ce à quoi ils avaient droit, c'est tout juste s'il ne faudrait pas qu'on leur remonte leurs chaussettes à la mi-temps. Le pire, c'est qu'il y a limite des employés pour ça. Mais c'est une erreur. Depuis le temps, je connais la façon dont il faut que je prépare mon matériel, au millimètre. Pour que je me sente bien. Personne d'autre ne peut me faire ça. Et quand on m'appelle pour rentrer sur le terrain, pas d'improvisation, pas de question. Mon maximum.

 



 

C'est ce qui est le plus difficile à comprendre pour les nouveaux : comment, et pourquoi il faut se mettre en position de donner son maximum, tout le temps. Parce que ça n'est pas qu'une histoire de technique, ou de préparation physique, ni même de matériel. C'est une façon de penser. Je vois bien que dans le groupe beaucoup attendent des récompenses. Il n'y a qu'à voir la comédie à propos du match contre Barcelone: les mecs sont tellement contents qu'ils déraillent. Leur famille va venir au Parc les voir jouer contre Messi, et voilà. Ils me disent que même si on se fait battre, ça ne sera pas grave, vu qu'on aurait perdu contre le Barca. Ils me sortent qu'arriver en quarts c'est déjà bien pour une première Ligue des champions. Ça me fait mal pour eux. Ce PSG-Barcelone, c'est leur médaille. Je crois qu'ils se trompent, tout simplement. Et je n'arrive pas à le leur faire entendre. Peut-être qu'il faut faire ses propres erreurs. J'ai fait les miennes.
 

Moi aussi, en début de carrière, je l'ai jouée, la Ligue des champions. Avec Nantes, à une époque où il n'y avait même pas de quarts de finale. On appelait ça la deuxième phase de poules. On s'est bien fait ramasser. Mais ça ne nous semblait pas grave. On se trouvait plein d'excuses. Parce qu'on n'était qu'un club formateur, face aux gros budgets, c'était un peu normal d'exploser. Et puis je pensais me refaire, tôt ou tard. Progresser, et aller plus loin la fois suivante, avec les potes. Sauf que j'aurais pu l'attendre longtemps la fois suivante. À la Beaujoire, la Ligue des champions, c'est vite devenu un mirage.
 

Deux ans plus tard je suis parti au PSG, pour la rejouer. Pour rejoindre un club ambitieux. Bilan: six petits matches la première saison, et puis s'en va. Je ne me suis même pas rendu compte, sur le moment. Comme si je ne voyais pas s'accumuler les saisons. Ça a juste défilé. J'ai croisé des tas d'entraîneurs, de joueurs. Du meilleur au plus ridicule. Je me demande combien j'ai pu croiser de joueurs... J'ai gagné des coupes aussi, et je me suis qualifié à la dernière minute de matches européens. J'ai vu les virages mourir et les Qataris changer la face du groupe. Et j'ai oublié à quoi ressemblait le frisson de la petite musique. Ce moment où tu t'alignes sur le terrain, dans ton stade, pour entendre la musique de la Ligue des champions. Je l'avais, je croyais le posséder pour toujours, et je l'ai perdu.
 

Il m'aura fallu attendre huit ans pour réentendre la petite musique au Parc. Huit ans c'est presque une carrière. Entre parenthèses. Dire que je croyais que j'y aurais toujours droit. Plus de trois cents matches. Parce que le PSG est passé au travers. Parce qu'on a failli. Parce que la crise, la saison de transition...
 

Alors maintenant, titulaire ou pas, je veux être prêt. Et au maximum. Je ne laisserai rien passer, ni de ce PSG-Barca, ni de tous les autres matches. Je le leur dis: ça peut ne plus revenir. Plus jamais. Vous pourriez oublier. Ils n'écoutent pas. Ils ne voient que la venue de Barcelone. Ils s'arrêtent ici.
 

Ça me fait mal. Ce match, ni eux, ni leur famille n'en retireront rien. Ils se trompent. J'ai tellement envie de les secouer, qu'ils comprennent! Ce match ne peut pas être un sommet, ni un aboutissement. Ce n'est qu'un match aller. Ils croient tenir leur Graal, alors que ce n'est qu'un quart de finale aller! On n'en sortira qu'avec du doute, ou avec le poids d'un futur cauchemar. Gagner, ce serait la promesse d'une semaine à se demander quelles sont nos vraies chances. À ne penser qu'à Milan, à l'échec. Pas de joie possible, là. Ils ne l'ont pas compris: même si on l'emporte, il n'y aura pas d'esprit de fête. Juste une petite question, qui s'accrochera.
 

Et si on perd... Mon Dieu, ils ne sont pas préparés à ça. Va passer une semaine à te demander comment refaire ton retard, alors que tu viens de comprendre que c'est quasi impossible. Va chercher l'agressivité dans la défaite, alors que quelques heures avant le match, tu t'imaginais encore vivre un accomplissement. Une fin.
 

Ce Paris SG-Barcelone, ce n'est qu'une étape. Ceux qui ne se projettent pas au-delà ne la passeront pas. Je vais arrêter d'essayer de le leur dire. Tant pis. À moins d'un miracle, je ne serai même pas titulaire. Ce match, ce sera du banc et, suivant le scénario, quelques minutes de jeu. Ma carrière se termine. J'ai manqué tant d'affiches. Il est temps maintenant de me recentrer. Tant pis pour eux. Je pense à ces minutes. Les miennes. Je les veux.
 

J'ai vérifié mes chaussures, encore. Ce match ne sera qu'un combat. Je n'attends pas de joie. Pas de fierté ici. À la fin peut-être. Je travaille pour plus tard. Pour tout prendre. Il faudra aller plus loin. Se concentrer sur soi. Il faudra tout donner. Quoi qu'il advienne. Je serai prêt.

 

In Bed withMamadou Sakho, Thiago Silva, Javier Pastore, Zlatan Ibrahimovic, Clément Chantôme, Jérôme Rothen, Jérémy Ménez.
 

 

Partager

> sur le même thème

Jour de désastre

> du même auteur

Ce club que tu supportes

In bed with le PSG


Arno P-E
2013-12-23

In Bed With le PSG : E. L.

Reprise des voyages intérieurs chez les joueurs du PSG. Cette fois, auprès d'un Ezequiel qui n'est pas encore prophète en ce pays.


Arno P-E
2013-04-10

In Bed with le PSG : B. M.

Quelles pensées bouillonnent sous le crâne de Blaise Matuidi, buteur-égalisateur au terme d'un match dont il ne verra pas le retour?


Arno P-E
2013-03-15

In Bed With le PSG : J. M.

Vous pensez qu'en entrant dans la tête de Jérémy Ménez vous ne trouveriez que du vide? Faites l'expérience...


>> tous les épisodes de la série "In bed with le PSG"

Sur le fil

Aston Villa, West Ham, Burnley… Le match des maillots claret and blue: https://t.co/LRRjT8rtjt Par @richardcoudrais https://t.co/ErX898qwhD

Et à la fin, le PSG craque… Étude des buts encaissés par Paris dans le dernier quart d’heure en Ligue des champions… https://t.co/0qeSRVzwan

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 00h56 - Utaka Souley : Et pour les créatures venues d'ailleurs pour nous exterminer ... >>


Le Ballon d'Or (ne pas le réveiller)

aujourd'hui à 00h32 - Anglachel : Ce but de Salah, Kamano le marque environ un week-end sur deux. Forcément ca fait pas bien rêver. >>


Observatoire de la violence dans le football

aujourd'hui à 00h10 - asunada : Je suis abonné au virage Nord et pour rappel, le virage Nord, pour ses anneaux inférieur et... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h09 - le Bleu : Moi, il y a quinze ans, je rêvais d'une adaptation de Quatrevingt-treize de Victor Hugo, par... >>


Déclarama

aujourd'hui à 00h08 - Milan de solitude : Sur quoi porte la déclaration de Christophe Josse ? En tant que telle, je ne la trouve pas bien... >>


CdF Omnisport

24/09/2018 à 23h33 - patrice : pelecanosaujourd'hui à 02h35- - -j'ai commencé à regarder cette histoire de niveaux de jeu. A... >>


Observatoire du journalisme sportif

24/09/2018 à 23h33 - L'amour Durix : C'est toujours facile de critiquer le résultat de ce type d'exercice mais le 11 type FIFA est... >>


LA GAZETTE : Les gestes / Les antigestes

24/09/2018 à 21h56 - Moravcik dans les prés : Geste :Le ballon laissé passé par Edinson Cavani pour Angel Di Maria, comme une passe décisive... >>


Lost horizons

24/09/2018 à 21h41 - nima : Lisbonne, c'est top!J'y vais souvent pour le boulot, mais il faut que je m'établisse là bas... >>


Dans le haut du panier

24/09/2018 à 21h38 - Christ en Gourcuff : Non, tu peux couper des boulets et signer la future star que personne n’a vu dans les agents... >>


Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)