auteur
Arno P-E

 

Ancien chroniqueur sur PSGMAG.NET, et supporter du Paris Saint-Germain. Étonnant, non?


Du même auteur

> article suivant

CSC collectif

> article suivant

PSG, les maux de la fin

> article précédent

Gerland, de père en fils

In Bed with le PSG : M. S.

À quoi pense Mamadou Sakho, quand il parcourt le long tunnel de Chaban, un soir de deuil médiatisé?

Partager


Je déteste ce stade. Ce tunnel qui n'en finit pas, avec les cameramen qui te filment en espérant je sais pas quoi... Vivement le vestiaire. Vivement le car. Vivement la maison. Heureusement qu'on a gagné.
 

J'y ai eu droit dix mille fois depuis vendredi: il faut que vous gagniez pour Nick. Des mecs que j'avais jamais vus, des mecs qui n'avaient jamais entendu parler du coach, qui viennent m'expliquer que je devais gagner pour lui. Genre pour sa mémoire, tu vois. Mais de quoi ils me parlaient ces types? Ils savent comment on gagne un match? Ils savent pourquoi? Ça m'a mis la rage. Ils y étaient pour rien mais à force, c'est abusé. En quoi ça les regarde comment on a géré dans le groupe? Ils croient tous qu'il suffisait de vouloir. Que la tristesse est une bonne motivation. Ils ont rien compris...
 

Tu ne joues pas au foot pour honorer la mémoire d'un coach. Pas tout un match. C'est pas vrai. Personne ne peut. T'y penses, ça te prend, et t'es fini. J'ai déjà joué pour un mort. Par respect. Ça marche pas. Impossible d'expliquer ça au gars qui te demande un autographe sur un parking, mais c'est la réalité: jouer en hommage à un disparu, tu cours pas plus vite. Je le sais, moi.

 

 


 

Tu peux pas lui dire au supporter, que ton père est mort quand tu étais trop petit. Tu peux pas lui expliquer que ta mère elle ne t'a jamais mis la pression. Qu'elle voulait pas que son fils prenne tout sur son dos. Mais qu'à treize ans, au Camp des Loges, tu le comprends tout seul qu'une carrière pro apporterait assez de blé pour tous les frères et sœurs. Tu comprends seul et vite. Alors tu joues en pensant au père, et c'est négatif. Lui, il ne te verra jamais. Du coup il ne te félicitera pas. Tu attends les applaudissements d'un mort. Alors ta mère qui ne t'a jamais demandé, elle te dit bravo. Tes frères ils t'admirent et t'envient. Tes sœurs te remercient, sans les mots, pas la peine. Mais toi tu joues pour le disparu, et le vide reste vide. De la rage, tu en as. Mais le vide reste vide. De l'envie de bien faire, de te battre. Pour lui. Et plus tes proches te disent que tu en fais trop, plus tu veux en rajouter. Parce qu'il te manque. Et qu'il ne verra pas ce que tu fais pour lui. Jamais.
 

Le supporter du parking, il peut pas comprendre qu'on ne comble pas ce manque. Que jouer pour un disparu te rongera. Lui il te dit de gagner pour Nick, puis il oublie. Facile, il le connaissait même pas. Moi, le mort il est resté trop longtemps à mes côtés. Je ne fais plus ça. Le décès de Nick, c'est injuste. On aurait tous aimé pouvoir se poser. On voulait affronter ça entre nous. Comprendre. Mais on est jamais entre nous. Même pas sur un parking. Même pas dans ce tunnel de Chaban. J'aimerais bien m'asseoir...
 

Je leur avais tous répondu que j'allais gagner pour Nick, la mine grave. En mode lâche-moi. Maintenant, dans ce cas, je leur donne ce qu'ils attendent. J'ai appris ça. Ce que tu as dans le ventre, ça ne les intéresse pas en fait. Tant mieux. Ils viennent avec leur idée, ils n'en changeront pas. Il faut que tu gagnes pour ta place en sélection. Il faut que tu gagnes pour mériter ton salaire. Il faut que tu gagnes pour les supporters qui se sont déplacés. Ils imaginent sans doute que quand un Bordelais vient au pressing, je pense à mon chèque de fin du mois pour m'aider à faire ma passe. Qu'avant chaque tacle je me fais un Gaumont, genre le sélectionneur sera déçu si je loupe... Je sais même pas. Ils réfléchissent pas les mecs je crois.
 

Alors ouais, à tous, je leur avais dit que j'allais gagner pour Nick. Mais à l'aller, dans ce tunnel, j'ai pensé à mon truc. Maintenant, je joue pour ce que j'aime. C'est ma solution. Pour vaincre. Je cherche ce que j'ai au fond. Je veux gagner. Je suis de la Goutte d'Or. J'ai dû me battre pour exister. Sinon, là-bas, on te voit pas. Alors dans le tunnel, je regarde nos maillots. On a changé pas mal de choses au PSG. Mais j'ai toujours la Tour Eiffel sur le cœur. Je suis défenseur central du PSG. Alors je me bats pour moi, pour mon club, dans les règles. Pour vaincre. Je veux être le plus fort sur le terrain. Dominer mes adversaires.
 

Au coup d'envoi, je ne pensais déjà plus à Nick, mais à mon truc. C'est pas égoïste, c'est ce qui marche le mieux. J'ai regardé Gouffran, Plasil. Je suis défenseur et j'ai décidé qu'ils ne passeraient pas. Comme toujours. Ce qu'il fallait. Je veux les affronter. Je refuse de perdre. Je n'ai pas besoin de tristesse, de rendre hommage pour faire mon métier. J'ai besoin de refuser de prendre un but. J'ai besoin d'attendre le ballon chaud, le premier, et de marquer leur corps. Qu'ils me sentent plus haut, plus dense, plus sombre qu'eux. Tout le match, je suis habité par ça. Je me laisse envahir par ça. Je refuse de me laisser passer. Pas une fois. Pas une action. Eux tentent. Ils reviennent, ils s'éloignent ou se faufilent. Évitent. Se cachent. Je ne suis pas allé chercher le souvenir de Nick. Des bons moments qu'on n'a pas vécus, parce que j'ai honte mais je n'ai jamais vraiment pris le temps d'aller vers lui. Pas assez. La honte, la tristesse, ça coupe. J'ai cherché le choc sur les tacles. L'attaquant avec qui tu cognes. Le ballon que tu claques de la cuisse, en corner.
 

Je hais ces caméras. Le match est fini. J'ai mal aux jambes, aux chevilles. Et à la cuisse. Il faudrait en plus pleurer. Mais je n'ai plus de larmes. Depuis longtemps. Je suis un soldat du PSG. Depuis toujours. Là, j'ai vaincu Bordeaux. J'ai la haine de ce tunnel. Il reste tant de matches encore. Je voudrais juste m'asseoir.
 

Partager

> déconnerie

Tabloïd, numéro 2

> sur le même thème

Kalusha 2004, le coach fait mouche

> du même auteur

In Bed with le PSG : B. M.

In bed with le PSG


Arno P-E
2013-12-23

In Bed With le PSG : E. L.

Reprise des voyages intérieurs chez les joueurs du PSG. Cette fois, auprès d'un Ezequiel qui n'est pas encore prophète en ce pays.


Arno P-E
2013-04-10

In Bed with le PSG : B. M.

Quelles pensées bouillonnent sous le crâne de Blaise Matuidi, buteur-égalisateur au terme d'un match dont il ne verra pas le retour?


Arno P-E
2013-03-29

In Bed With le PSG : S. A.

Grand témoin du PSG qui change, Sylvain Armand ne veut plus rien rater. Et lui sait que Paris-Barcelone n'est qu'un match aller.


>> tous les épisodes de la série "In bed with le PSG"

Sur le fil

Aston Villa, West Ham, Burnley… Le match des maillots claret and blue: https://t.co/LRRjT8rtjt Par @richardcoudrais https://t.co/ErX898qwhD

Et à la fin, le PSG craque… Étude des buts encaissés par Paris dans le dernier quart d’heure en Ligue des champions… https://t.co/0qeSRVzwan

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Dans le haut du panier

aujourd'hui à 02h23 - Jean-Huileux de Gluten : Ouh la... Alors qu'on soit bien d'accord, ce forum c'est bien pour la fantasy league de basket des... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 01h34 - LYon Indomptable : Je viens de lire le tract des Bad Gones.Bala, too qui les as connus un temps, dis leur de ma part... >>


Déclarama

aujourd'hui à 01h18 - Portnaouac : Le probleme, ce n'est pas tant le sujet du propos que le propos lui-même.En gros, s'il est bien... >>


Le Ballon d'Or (ne pas le réveiller)

aujourd'hui à 01h06 - Milan de solitude : Et l'équipe-type avec De Gea et Dani Alves... Et Hazard en relayeur... Est-ce bien la peine de... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 01h03 - Milan de solitude : "Forain" en vieux français, qui doit tirer son origine de "fors", c'est-à-dire "hors", je... >>


Observatoire de la violence dans le football

aujourd'hui à 00h10 - asunada : Je suis abonné au virage Nord et pour rappel, le virage Nord, pour ses anneaux inférieur et... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h09 - le Bleu : Moi, il y a quinze ans, je rêvais d'une adaptation de Quatrevingt-treize de Victor Hugo, par... >>


CdF Omnisport

24/09/2018 à 23h33 - patrice : pelecanosaujourd'hui à 02h35- - -j'ai commencé à regarder cette histoire de niveaux de jeu. A... >>


Observatoire du journalisme sportif

24/09/2018 à 23h33 - L'amour Durix : C'est toujours facile de critiquer le résultat de ce type d'exercice mais le 11 type FIFA est... >>


LA GAZETTE : Les gestes / Les antigestes

24/09/2018 à 21h56 - Moravcik dans les prés : Geste :Le ballon laissé passé par Edinson Cavani pour Angel Di Maria, comme une passe décisive... >>


Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)