auteur
Plumitif

 

Alias Dominique Rousseau, ancien journaliste de l'Équipe.

Forumiste des Cahiers depuis 1999.

Les Coulisses du foot business


Du même auteur

> déconnerie

Cher Fabrice

> article précédent

Marco Verratti, le petit prince

Imbula/Doyen Sports : un drôle de manège

Les tribulations de Giannelli Imbula entre l'AC Milan, l’Inter et Porto pour son transfert ont eu un point commun: le fonds d’investissement Doyen Sports, présent à titre divers dans les trois clubs, et qui depuis son arrivée en 2011 ans est devenu un acteur financier important du foot européen.

Partager

 

Si Giannelli Imbula n’est pas allé à Milan et à l’Inter, c’est à cause de Doyen Sports. S’il est allé à Porto, c’est grâce à Doyen Sports. S’il va à Milan dans un an, ce sera grâce à Doyen Sports. Comment un fonds d’investissement peut ainsi influer sur la trajectoire d’un joueur, qui plus est alors que l’intervention des tierces parties (TPO) est interdite depuis le 1er mai 2015? Pour comprendre, il faut entrer dans les coulisses des contrats de joueurs et des transferts.

 

 

 

 

La saga Imbula/Doyen Sports démarre vraiment mi-juin avec la bagarre entre l'AC Milan et l’Inter pour Geoffrey Kondogbia. Le joueur monégasque, arrivé dans la Principauté en 2013, fait partie de l’écurie Doyen Sports depuis son passage au FC Séville. Le fonds d’investissement, qui le range sur son site internet au chapitre "Players Investment", détient 50% de ses droits. Une pratique pourtant interdite en Ligue 1. Interrogé sur la présence à Monaco de joueurs venus d’Espagne et du Portugal sous le régime du TPO, un éminent juriste du football nous a répondu: "Il peut exister en effet un doute raisonnable quant au respect de l’interdiction d’utiliser le TPO dans ce club, vu l’environnement très lusophone. Mais on ne peut le prouver. Parce que dans ce cas rien n’apparaitrait sur les contrats adressés à la Ligue. Il suffirait d’établir entre les parties un acte sous seing privé ou une contre lettre." [1]

 

 

Second choix

Mi-juin, Milan veut Kondogbia et l’affaire parait bien engagée puisque Doyen Sports a conseillé Bee Taechaubol (milliardaire thaïlandais) lors de l’achat par ce dernier début juin de 48% des parts du club rossonero. Mais, coup de théâtre, c’est l’Inter Milan qui rafle finalement Kondogbia. L’Inter dont le propriétaire, Erick Thorir (homme d’affaires indonésien), est actionnaire de Doyen Sports. Kondogbia arrive chez les Nerazzuri pour 40 millions d'euros, soit le double de son transfert à Monaco deux ans plus tôt. On devine donc qu’entre un joueur étiqueté Doyen Sports, l’Inter Milan et le fonds d’investissement dont le président est actionnaire, toutes les parties ont trouvé leur intérêt.

 

Cette affaire a fait une victime collatérale, Giannelli Imbula, d’abord séduit par l’offre intériste. Sauf qu’une fois le transfert Kondogbia opéré, l’Inter et son entraîneur, Roberto Mancini ont fait patienter le milieu de terrain marseillais. Imbula était échaudé par sa mésaventure au FC Valence, où Jorge Mendes, grand ennemi de Doyen Sports depuis un an, avait fait acheter le brésilien Rodrigo Caio en dernière minute, ceci ayant pour effet de stopper son transfert. Répudié par Valence, un peu baladé par l’Inter, Imbula était en attente. Et qui arrive en sauveur? Doyen Sports par Porto interposé!

 

 

Changement stratégique

Le club portugais fait partie des clubs clients privilégiés du fonds d’investissement dans la péninsule ibérique avec l’Atlético Madrid et le FC Séville. Avec 20 millions d'euros Porto a cassé sa tirelire puisqu’il s’agit du gros montant d’achat de son histoire devant Hulk (19 millions) et Danilo (13 millions). Le club portugais a fait appel à Doyen Sports, son partenaire déjà pour Falcao, Mangala, Defour et Brahimi. Mais dans des conditions différentes. Fini le TPO, la cession de parts de joueurs à des fonds d’investissements, pratique bannie par la FIFA depuis le 1er mai dernier. C’est donc en tant que "banquier" du FC Porto pour le transfert, et non plus en tant que détenteur de parts de joueurs, que Nelio Lucas, le Directeur Général de Doyen Sports, était attablé dans un restaurant de Porto mardi soir aux côtés de Giannelli Imbula.

 

 

Photo publiée par (@diario_fcp) sur Twitter.

 

 

Avec ce transfert, le plus coûteux de son histoire, le FC Porto change de stratégie. Jusqu’ici, elle consistait à financer ses achats de joueurs les plus coûteux en vendant un pourcentage de leurs droits à des fonds d’investissement. En détenant 100% de ceux d’Imbula, le club prend un gros risque. Son équilibre financier était déjà précaire du fait des intérêts très importants versés aux fonds prêteurs. C’est pourquoi la thèse d’un séjour très court de l’ex-Marseillais à Porto, avec un transfert dès l’été prochain, paraît la plus plausible.

 

 

Doigt dans l'engrenage

Ce départ serait déjà bouclé selon Gianluca Di Marzio et Luca Marchetti, journalistes à Sky Sports Italie. Lesquels ont affirmé que Nelio Lucas, le Directeur Général de Doyen Sports, avait "placé" Imbula à Porto en lui promettant que dans un an, il irait à l'AC Milan. Afin aussi de se "rattraper" du raté Kondogbia? Kondogbia à l’Inter à l’été 2015 pour 40 millions, Imbula au Milan à l’été 2016 pour 50 millions (montant de la clause libératoire)? Imbula entre donc à son tour dans la grande lessiveuse. L'ancien Guingampais est resté en attente, mardi soir à Porto, pendant que le club transférait Jackson Martinez à l’Atlético Madrid pour 35 millions d'euros et Danilo au Real Madrid pour 31 millions avant de signer son contrat. Deux transferts que Jorge Mendes a opéré entre trois (Porto, Atlético Madrid, Real Madrid) de ses nombreux clubs familiers. Car le FC Porto est aussi une gare de triage où de manière tacite le super agent et Doyen Sports oublient leur concurrence.

 

Tout un monde rejeté par Willy Ndangi, le père de Giannelli Imbula, qui déclarait dans L’Équipe du 29 décembre 2014: "Un mois environ avant que Giannelli signe à Marseille, j’ai eu une réunion avec une structure en affaires avec Chelsea. Mais les gens voulaient la mainmise sur le joueur pendant cinq ans. Vous voyez le système Kondogbia, Mangala et tralala… J’ai refusé l’argent (1 million d'euros) (…). Le footballeur, il faut qu’il soit libre, qu’il maîtrise sa carrière et son salaire. Je ne voulais pas que Giannelli ait une laisse autour du cou." Il a finalement signé à Porto le 30 juin, le club qui arrivait loin derrière Valence, Milan et l’Inter au début de ce mois dans l’ordre de ses préférences. Un drôle de manège.

 

 

Qui est Doyen Sports?

Présent plus particulièrement à l’Atlético Madrid, au FC Séville, Sporting Gijon, FC Porto, AC Milan et Inter Milan, Doyen Sports est une des filiales du Doyen Group qui se présente comme un investisseur privé opérant dans les marchés émergents. La holding est basée à Istanbul, la division financière à Londres (Doyen Capital LLP) et la division sportive (qui opère depuis 2011) à Malte (Doyen Sports Investments). Parmi les principaux investisseurs dans Doyen Group figure le Turc Fettah Tamince, propriétaire de la chaîne Rixos Hotels et de Stars MediaGroup. Tamice est très lié à Recep Erdogan, le président turc. En avril 2013 Tamince a par ailleurs vendu 50% de ses parts de Stars Media Group à SOCAR, la société pétrolière nationale de l’Azerbaïdjan. Trois mois après cette opération, l’Azerbaïdjan est devenu sponsor maillot de l’Atlético Madrid, succédant à Rixos Hôtel Group.

 

Le club madrilène est un des principaux dans la galaxie Doyen Sports. Diego Simeone, l’entraîneur, est cité sur le site de Doyen Sports comme une des stars du foot international avec Neymar, Xavi et Januzaj. Tevfik Arif (Kazakh/Turc) est un autre investisseur de Doyen Group. Il est fondateur de Bayrock Group, basé à New York (investisseur immobilier en partenariat avec Fettah Tamince et Donald Trump). Erick Thohir, le propriétaire de l’Inter Milan, magnat indonésien des médias, est l’autre investisseur connu de Doyen. Les autres restent soigneusement dans l’anonymat.

 

[1] Une contre-lettre est une convention occulte qui contredit, en les annulant ou en les modifiant, des dispositions contenues dans une convention ostensible.
[2] Nelio Lucas. le directeur général de Doyen Sports est originaire de Coimbra. Après des études de communication aux États-Unis il a travaillé pour Creative Artists Agency, agence qui en 2008 s’est associée avec Gestifute la société de Jorge Mendes. Lucas est entré dans le monde du foot en devenant l’assistant de Pini Zahivi, le sulfureux agent israélien.

 

 

*L’essentiel des informations sur Doyen Sports proviennent du livre Gol Di Rapina (Edizione Clichy) et des articles sur calciomercato.com de Pippo Russo, universitaire et sociologue italien spécialiste reconnu en décryptage des enjeux et rouages de l’économie du foot.

   

Partager

> sur le même thème

Marco Verratti, le petit prince

Sur le fil

RT @tleplat: Cet inquiétant "entraîneur étranger" https://t.co/Vfk5rKaBrV via @Eurosport_FR

Publication de la thèse "Analyse statistique de tous les types d’objets utilisables par des enfants pour jouer au f… https://t.co/6y09urhryr

RT @RemiBelot: Apparemment l'écharpe de foot serait devenue un accessoire de mode (en attendant le bonnet). https://t.co/aq7ALudv8g

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Adolphe un mec

"Un scandaleux tifo à la gloire d'Hitler." (football.fr)

Fanchone week

"Dupraz : 'Dix mannequins toulousains sur la pelouse'." (lequipe.fr)


Lâche investigation

"Pierre Ménès tacle Elise Lucet." (20 minutes)

Gerrard Majax

"L'excuse magique de Steven Gerrard." (lequipe.fr)

Retour au lycée

"Messi : une première en quatre ans." (sports.fr)