auteur
Steven Ar Ruz

Du même auteur

> article précédent

Une croyance absurde et destructrice

Ils ont une sélection, vive la Bretagne

L'équipe de Bretagne a dominé le Congo-Brazzaville (3-1). Ce n'est pas de la science-fiction, c'était la semaine dernière. Sans Mickaël Landreau, déjà.
Partager
De la mère Poulard à Merlin l’Enchanteur en passant par les Korrigans et le recrutement du Stade rennais, l’histoire de la Bretagne foisonne de contes, fiertés de ses habitants et de ses nombreux expatriés qui, entre deux bières aux algues, aiment rappeler que "chez eux, c’est pas pareil". Cultiver sa différence, parfois avec entêtement, est donc une spécialité locale qui s’est parfois nourrie de clichés, voire de mythes, mais également d’une réalité: le Breton adore en général rappeler d’où il vient et revendiquer son attachement à un bout de granit et de landes.

Côté football, s’il manquait de prétexte pour faire sonner les bagadoù, et pour peu qu’il soit porté sur la chose footballistique, l’Armoricain peut s’enorgueillir d’une densité incomparable de clubs professionnels (1). Chacun porte fièrement l’étendard local à travers l’Hexagone, avec plus ou moins d’identification régionale, témoin par exemple le maillot noir et blanc frappé d’hermines porté récemment par le Stade rennais de François Pinault. Ne manquait plus qu’une sélection de Bretagne pour apporter du liant et une certaine exposition au football breton. C’est chose faite depuis la victoire historique des Gwen-ha-Dù (2) à Saint-Brieuc face au Congo.


Conquête de l’Ouest
Les équipes de Bretagne existent depuis près d’un siècle, mais il convient de différencier les sélections "officielles" de l’équipe BFA actuelle. Les sélections de ligue (Ouest, puis Bretagne) regroupaient les meilleurs joueurs des clubs adhérents, et participaient à des tournois sous l’égide de la Fédération française (Coupe des provinces) ou européenne (l’actuelle Coupe UEFA des régions), et concernaient, à de très rares exceptions près, uniquement les joueurs amateurs.

La première sélection bretonne professionnelle apparaît en 1988 lors d’un match indoor face aux États-Unis (3), mais il faut attendre la création de Bretagne football association (BFA) en 1997 pour voir apparaître sur le gazon une vraie équipe de Bretagne, lors du cultissime Bretagne-Cameroun de 1998 (4).

bfa_1.jpg


Breizh connection
À la base du projet, l’association BFA (5) qui regroupe les footballeurs professionnels et ex-pros bretons, et l’implication de partenaires tels que Canal+ en 1998 (Charles Biétry notamment) et Direct 8 aujourd’hui (chaîne du groupe Bolloré, autre grand patron breton notoire) ou la région Bretagne. Le but avoué est d’abord de "faire une belle fête", nous disent Gérard Russo et Fañch Gaume de BFA. Loin de la kermesse des héros de France 1998 qui exhibent régulièrement leur embonpoint pour la bonne cause, l’équipe de Bretagne BFA est composée de joueurs motivés en activité, et vise la tenue d’un à plusieurs matches de prestige par an.

Si l’ambition est bien là, elle reste mesurée: pas question de postuler aux qualifications pour les grands tournois internationaux, ni d’affiliation à la FIFA. Les instances dirigeantes (ministère et FFF) ne s’opposent donc pas au projet, même si ce ne fut pas toujours le cas… Si cette sélection recherche d’abord le plaisir de se retrouver autour d’une belle affiche, elle rêve toutefois de devenir un vecteur de communication revendiquant une certaine "identité bretonne", que les clubs auraient perdue à la suite de l’arrêt Bosman.


Samba do Breizhil
Qui sont les joueurs sélectionnables? Un recensement rapide prête à rêver: Mickaël Landreau, Steve Savidan, Yoann Gourcuff, Jérémie Toulalan, Jérémy Ménez, Ulrich Ramé... En fait, plus de cent joueurs de L1, L2, National et à l’étranger sont susceptibles d’être appelés un jour en équipe de Bretagne, le dénominateur commun étant à choisir dans l’un de ces critères:
• Etre né dans les départements du Finistère, Morbihan, Côtes-d’Armor, Ille-et-Vilaine… ou Loire-Atlantique! La Ligue de ce dernier département est d’ailleurs partenaire de l’organisation.
• Avoir dans son ascendance des parents ou grands parents nés dans ces départements. Conséquence: Gonzalo Higuain (Real Madrid), né à Brest, est sélectionnable.
• Avoir signé sa première licence dans un club de ces départements.

La sélection n’ayant aucun caractère obligatoire, la réponse des joueurs est basée sur le volontariat, et n’est pas incompatible avec une sélection en équipe de France.


bfa_2.jpgDe bric et war raok ! (2)
Remise au goût du jour dans une certaine intimité (pour ne pas dire indifférence), la sélection va devoir se battre pour trouver sa place dans le calendrier et l’espace médiatique. Les défections des principaux joueurs sélectionnables (Mickaël Landreau, par exemple, avait d’autres chats à fouetter en cette fin de saison) font également perdre de son lustre à l’équipe. Comptés parmi les dix-neuf joueurs ayant initialement répondu présent contre le Congo-Brazzaville (6), les "stars" de L1 Le Crom (Lens), Le Tallec (Le Mans) et Savidan (Valenciennes) n’ont finalement pas pris part à la rencontre, laissant le soin au vétéran Yann Lachuer (Châteauroux) de mener un groupe composé majoritairement de Vannetais et de Brestois.

Si le match lui même ne laissera pas un souvenir inextinguible par sa qualité technique (les deux équipes étant au même niveau de reconstruction, avec les mêmes difficultés pour regrouper leurs meilleurs éléments), les organisateurs et les 2000 supporters souhaitent avoir posé les bases d’une belle histoire, et attirer des noms plus ronflants pour grossir les rangs de cette curiosité sans équivalent en France. Pour à terme permettre aux Gwen-ha-Du de faire retentir le Bro-Gozh-Ma-Zadoù un jour à La Beaujoire, le stade de la capitale Naoned.


(1) Pour la saison 2008/09: FC Lorient, FC Nantes et Stade Rennais en L1, EA Guingamp, Stade Brestois et Vannes OC en L2. Plus loin de nous le Stade Briochin et Stade Quimpérois fréquentaient la D2 au tournant des années 80 et 90.
(2) Lexique : ‘’Gwen-ha-Dù’’ : les Noirs et Blancs, le drapeau breton ; "war raok !" : en avant !; "Bro Gozh Ma Zadoù" : vieux pays de mes pères, l’hymne breton, en anglais "Land of my fathers", l’hymne gallois ; "Naoned" : Nantes.
(3) La compo de Bretagne-États-unis indoor en 1988: Le Garrec, Bosser, J. Cloarec, Colléter, C. Gourcuff, Kerjean, Laguiller, Le Guern, Martins, Mellaza, Pouliquen, Salaün, D. Stephan, Tibeuf. Entr.: Lamour et Rastoll.
(4) La compo de Bretagne-Cameroun 1-1 (Rouxel 45e ; Omam-Biyik 14e) en 1998: Heurtebis (Guéguen) – Brinquin (Le Dizet), David, Le Guen (Druon), Laspalles – C. Le Roux, Michel, Viaud (Huard), Pédron (Baudry) – André (Garcion), Rouxel (Bouger). Entr.: Eo et Le Lamer.
http://www.bretagne-football.org
(6) La compo de Bretagne-Congo-Brazzaville 3-1 (Haquin 35e et 60e, et Y. Lachuer 52e ; Batoba 79e) :
Revel (J. Lachuer) - Moullec (Buzaré), Talmont (Thomas), Hervé, Billy (Poletti) - Quintin, Lebouc, Guégan (Garin), Y. Lachuer (Richetin), F. Robert, Haquin.
Staff: Serge Le Dizet (sélectionneur), Pierre-Yves David, Stéphane Guivarc’h (sélectionneurs adjoints), Stéphane Carnot, Olivier Moullac (entraineurs).
Partager

> sur le même thème

Hopp, Hopp, Hopp, voila Hoffenheim!

Le football d'ailleurs


Jérôme Duval
2020-03-04

Le football chilien, entre répression et rébellion

Supporters et joueurs se sont engagés dans le soulèvement insurrectionnel chilien, soutenant la contestation, et faisant face à la répression dans les stades et les rues. 


Matthieu Richard
2020-02-21

Une semaine de foot en Israël et Palestine

Trois stades, deux villes, plusieurs atmosphères. De Tel-Aviv à Jérusalem-Est, récit d'un visiteur en tribune. 


Guy Pichard
2020-02-08

Retour de flamme

Il y a un an, l'incendie du centre d'entraînement de Flamengo provoquait la mort de dix jeunes. Depuis, le club a connu une année sportive exceptionnelle… et laissé les familles des victimes à l'abandon. 


>> tous les épisodes du thème "Le football d'ailleurs"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)