auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Les demoiselles de Reims

> article suivant

Les footballeuses de Preston

> article précédent

Hommage à Philipp Lahm

Il était une fois l'Amérique

Il y a cinquante ans, en mai 1967, une poignée de businessmen américains tentèrent de lancer un championnat de foot aux États-Unis. Avec de l'argent, des idées, de l'enthousiasme, mais peu de réussite.

Partager

 

Longtemps aux États-Unis, le ballon rond n’a été qu’un mirage. Alors que le soccer se pratiquait aux quatre coins du monde, l’Américain moyen n’en avait jamais compris les subtilités, lui préférant le baseball, le basket, le hockey sur glace et son football à lui, avec un casque et un ballon ovale. Curieusement, des sélections américaines ont animé les premières Coupes du monde, avec une présence en demi-finale (1930) ou encore une retentissante victoire contre l’Angleterre (1950). En fait, le soccer a toujours existé aux USA, disputé dans les quartiers italiens, les ghettos latinos, les enclaves écossaises, mais il n’existait aucun championnat à l’échelle nationale.

 

 

Naissance d'un championnat

Ce n’est que dans la deuxième partie des années soixante que quelques courageux tentent de développer le soccer pour en faire un véritable sport professionnel. L’idée germe juste après la Coupe du monde 1966, qui connaît un retentissement sans précédent chez l’oncle Sam. L’idée de créer une ligue de soccer professionnelle et nationale est émise par un homme d’affaire d’origine canadienne, Jack Kent Cooke, redoutable promoteur en événements sportifs, patron de franchises à succès telles que les Los Angeles Kings (hockey sur glace), Los Angeles Lakers (basket) et Washington Redskins (foot US). Cooke n’est pas seul. Il s’associe avec deux autres requins de ses relations: Steve Stavro, propriétaire de franchises et de chevaux de courses, et Lamar Hunt, un Texan qui se fera un nom, plus tard, dans le tennis.

 

 

Lorsqu’ils montent leur United Soccer Association (USA), les trois compères s’aperçoivent qu’un projet similaire est en cours au même moment: la North Professionnal Soccer League (NPSL) fondée par Bill Cox et Robert Hermann. Les premiers nommés ont certes l’agrément de la FIFA mais le projet concurrent semble beaucoup mieux loti: il a signé un contrat avec la chaîne CBS, déjà monté ses équipes et annoncé l’ouverture de sa compétition dès l’été 1967. Alors que Cooke et ses amis ne prévoyaient de démarrer leur Ligue qu’en 1968...

 

Il s’agit donc de ne pas se laisser doubler. Décision est prise d’avancer l’ouverture du championnat dès mai 1967. Oui, mais avec qui? La United Soccer Association n’a pas encore enregistré la moindre inscription. Les trois hommes ont alors une idée, farfelue ou géniale, c’est selon: inviter des équipes européennes et les affubler de maillots et de noms à l’américaine. C’est ainsi que douze clubs venus d’un peu partout (surtout du Royaume-Uni), débarquent sur le nouveau monde. Wolverhampton est installé à Los Angeles et rebaptisé Los Angeles Wolves. Sunderland prend le nom de Vancouver Royal Canadians et Stoke City celui de Cleveland Stokers. Aberdeen devient Washington Whips, Dundee United est transformé en Dallas Tornado et Hibernian en Toronto City. Les Nord-Irlandais de Glentoran se voient quant à eux surnommés Detroit Cougars, alors que Shamrock Rovers, de l’Irlande du Sud, se paie le nom de Boston Rovers. Les Brésiliens du Bangu AC sont renommé Houston Stars; les Italiens de Cagliari, Chicago Mustangs; les Uruguayens du C.A. Cerro, New York Skyliners et les Néerlandais du ADO Den Haag, San Francisco Golden Gate Gales.

 

 

Une finale de légende

La première journée débute le 28 mai 1967. 34.965 spectateurs sont présents à l’Astrodome de Houston. On en compte également 21.871 au Yankee Stadium de New York et 16.431 au Cotton Bowl de Dallas. Les organisateurs se frottent les mains. Le championnat est organisé à l’américaine: deux poules de six équipes, la Western Division et la Eastern Division. La première est dominée par les Wolves de Los Angeles, et leur nouvel attaquant Derek Dougan. La seconde voit les Washington Whips (Aberdeen) se défaire avec plus de difficultés des Cleveland Stokers (Stoke) et leur gardien Gordon Banks.

 

Pour faire bonne mesure, la finale sera de celles qui nourrissent la légende. Au Coliseum de Los Angeles, 17.824 spectateurs assistent en effet à l’une des parties les plus extraordinaires de l’histoire du foot: 2-2 à la fin du temps réglementaire, avec quatre buts inscrits en trois minutes et demie, 6-5 après prolongations, grâce à un but décisif inscrit par l’Écossais Ally Shewan... contre son camp. Un titre de plus pour Wolverhampton qui le mentionne fièrement dans son palmarès. C’est l’Italien Roberto Boninsegna, attaquant des Chicago Mustangs (Cagliari), qui termine meilleur buteur avec dix réalisations en neuf matches. Mais, à l'heure des comptes, les organisateurs font grise mine. La compétition s’est finalement déroulée devant 7.890 spectateurs de moyenne. Malgré les aménagements de quelques règles destinées à un public habitué aux évolutions de score incessantes, malgré l’enthousiasme des cheerleaders à la mi-temps, le spectacle ne suscite rien d’autre qu’un intérêt poli de la part d’un public peu averti.

 

 

 

Comme un château de carte

Comme la déroute est similaire chez les concurrents de la NPSL, les deux ligues acceptent de fusionner dès la fin de l’année 1967 pour donner naissance à la North American Soccer League (NASL). L’édition de 1968 se disputera entre véritables franchises, avec leurs joueurs propres. L’année suivante, on fera en revanche de nouveau appel à des clubs britanniques pour compléter la grille de départ. Wolverhampton et Dundee United reviennent sous les noms respectifs de Kansas City Spurs et Dallas Tornado. Ils seront accompagnés par West Ham United (Baltimore Bays), Aston Villa (Atlanta Chiefs) et Kilmarnock (Saint Louis Stars).

 

L’essor du soccer pro se poursuivra lentement au cours des années soixante-dix. La NASL recrutera de plus en plus de vedettes en fin de carrière, parmi lesquelles George Best, Bobby Moore et Gordon Banks. Puis la ligue connaîtra un vif succès avec l’arrivée du roi Pelé au New York Cosmos, suivie de celles de Franz Beckenbauer et autres Johan Cruyff. Le vent tournera au début des années 1980. Les stars, dont le niveau de vie aura considérablement augmenté en Europe, ne verront plus trop l’intérêt de finir leurs carrières outre-Atlantique. Dénuée de vedettes et de public, la NASL s’écroulera comme un château de cartes. Dix ans plus tard, le soccer professionnel réapparaîtra dans le sillage de la World Cup 1994, organisée aux States. La Major Soccer League est aujourd'hui un championnat de valeur, où passent d'anciennes gloires de la Premier League comme David Beckham, Thierry Henry, Franck Lampard ou Steven Gerrard.

 

Partager

> Dossier

Histoire FC

Histoire FC


Richard N
2019-06-14

Les demoiselles de Reims

Condamné au silence depuis Vichy, le foot féminin est réapparu en France à la toute fin des années soixante, notamment à Reims, grâce à la clairvoyance d’un journaliste et la détermination de jeunes femmes.


Richard N
2019-06-12

Les footballeuses de Preston

En Angleterre, le football féminin a connu un très fort développement durant la Première Guerre Mondiale, où est apparue notamment une équipe de légende, les Dick, Kerr's Ladies.


Richard N
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


>> tous les épisodes du thème "Histoire FC"

Sur le fil

C'est extraordinaire: la nouvelle règle sur la position des gardien(ne)s lors des penalties est plus souple, mais l… https://t.co/cEPFxxCkt0

RT @Anthony_Alyce: Merci les @cahiersdufoot pour ce nouveau numéro au top ! L’interview croisée de @doucetphilippe2, @lucas_hervouet & @Flo…

RT @TANG_Foot: .@jomicoud dans les @cahiersdufoot : « C’est difficile de faire mieux que Van Halen au Vélodrome. Pour moi, la connexion en…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 07h55 - BoblaFlamb : La chute de l'Ancien Régime a signé la fin des privilèges, pas des privilégiés. L'école... >>


Les Cahiers du football : 1998-2018-…

aujourd'hui à 07h13 - La baie des champs : Et Robert gazzi ? >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 07h10 - Nicordio : Alors là je veux bien prendre le pari que notre équipe ne ressemblera absolument pas à ça.... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 06h44 - De Gaulle Volant : Carence Seedorf« Seedorf: ''Choupo-Moting, notre leader technique''» (football.fr) >>


Libertadores / foot sud-américain

aujourd'hui à 05h22 - rivaldo maccione : leoaujourd'hui à 04h51J'ai compris la même chose que toi. Par contre, j'ai eu le droit à deux... >>


Espoirs, des bleus et des verts

aujourd'hui à 05h20 - Gouffran direct : N'empêche qu'en district il doit bien y avoir des bouchers qui commettent des tacles de... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 04h50 - Gouffran direct : Tricky,tu le veux en quelle taille ton maillot des Raptors 2019-2020 floqué Kawhi?Ils taillent... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 01h31 - leo : Un superbe article, dans le Journal du CNRS, sur les charpentes gothiques, leur techiques de... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 01h27 - Run : Mais la, c'est comme si vous jugiez un joueur a la premiere journee de championnat en vous disant... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 00h59 - Milan de solitude : La traduction récente de Jean-Raymond Fanlo, dans laquelle je l'ai lu, est, je crois, unanimement... >>


Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)