auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

Houchen 1987, le soleil de Coventry

Un jour, un but – Le 16 mai 1987, sous le soleil de Wembley, l'Anglais Keith Houchen inscrit d'une tête plongeante acrobatique un but qui lance le club de Coventry vers le seul grand titre de son histoire, la FA Cup.

Partager

 

Sur un long dégagement de Serge Ogrizovic, le ballon arrive aux abords de la surface de réparation de Ray Clemence. Keith Houchen récupère, transmet à Dave Bennett sur son coté droit. L'ailier de Coventry centre devant le but, Ray Clemence hésite à sortir. Alors Keith Houchen se détend, plonge droit devant lui et, en position quasiment horizontale, frappe le ballon de la tête pour l’envoyer dans les filets.

 

 

Flying Circus

Dès lors, les certitudes vacillent. Cette 107e FA Cup semblait promise à Tottenham. Le club du North London n’a jamais perdu la moindre finale au cours de son histoire, et cette Cup sera la huitième de son palmarès, le record. L'équipe de David Pleat est constituée de joueurs de tout premier plan: Glenn Hoddle, Osvaldo Ardiles, Chris Waddle, Ray Clemence, sans oublier Clive Allen, Player of the Year et meilleur buteur du championnat avec trente-trois buts. En face, c'est Coventry, autant dire pas grand-chose. En cent quatre années d’existence, le club des West Midlands n’a jamais su s’extirper de son anonymat. Il est pourtant présent parmi l’élite depuis vingt ans, mais il n’est qu’un élément du décor, un adversaire parmi d’autres qui ferraille dans le fond du classement, n’assurant souvent son maintien que dans les dernières journées.

 

 

Pour mesurer à quel point la présence de Coventry ce 16 mai 1987 à Wembley est incongrue, il faut remonter une bonne quinzaine d'années plus tôt, dans un sketch du Monty Python Flying Circus,  où le simple fait d’imaginer Coventry remporter une épreuve de foot faisait hurler toute l'Angleterre de rire. Avec ce but de Keith Houchen, le sketch des Monty Python a soudain pris un sacré coup de vieux. Bien que Tottenham ait ouvert le score dès la deuxième minute, bien qu’il ait mené 2-1 à la mi-temps, Coventry a crânement joué sa chance et s’est procuré quelques occasions.

 

 

Under a blue sky

Sur son coté droit, Dave Bennett en fait voir de toutes les couleurs aux défenseurs londoniens. Sans doute cet ancien joueur de Manchester City, battu lors de la finale de 1981, est-il particulièrement motivé à l’idée de battre les Spurs. C'est lui qui a égalisé juste après l'ouverture du score et c'est encore lui qui adresse ce centre au cordeau devant la cage de Ray Clemence, que Keith Houchen concrétise en but historique à l’heure de jeu.

 

Car on l'a dit, ce but a transporté cette finale dans un autre possible. Il a laissé s’immiscer l’idée que Coventry pouvait remporter la Cup. Les Sky Blues tiennent le score nul jusqu’à la quatre-vingt-dixième minute, contraignant les Spurs à la prolongation. Et là, après six minutes se produit un terrible coup de théâtre: sur un centre de Lloyd McGrath, le capitaine des Spurs Gary Mabbutt s’interpose mais détourne la trajectoire du ballon hors de portée de son gardien. Mabbutt avait inscrit le but du 2-1, il signe aussi celui de la défaite des siens. Un doublé qui nous ramène à nouveau vers la finale de 1981 où Tommy Hutchinson, de Manchester City, avait également inscrit un but pour chaque camp.

 

L’issue de cette finale ensoleillée est cruelle pour les Spurs, mais elle ne retire en rien la légitimité de la victoire de Coventry. Le club des West Midlands inscrit enfin son nom dans l’histoire du foot anglais. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, l’équipe espoirs du club a également remporté quelques heures plus tôt la Youth Cup. Coventry n’est désormais plus un club comme les autres.

 

Partager

> du même auteur

Un samedi soir à Angoulême

Un jour, un but


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


Richard N et Christophe Zemmour
2018-07-12

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but – Le 12 juillet 1998 au stade de France, Zinédine Zidane marque deux fois le même but et assomme le Brésil. Le jour de gloire est arrivé.


Richard N
2018-07-10

Thuram 1998, buteur dubitatif

Un jour, deux buts – Le 8 juillet 1998 au stade de France, des Bleus en difficulté face à la Croatie en demi-finale de leur Coupe du monde se découvrent un buteur inattendu...


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

RT @JeuneGuillou: L’enquête sur le trucage supposé du match PSG-Etoile rouge de Belgrade est au point mort. Le club serbe a déposé une plai…

Pour Raheem Sterling, les "différences de traitement" par les médias, selon que l’on soit blanc ou noir, conduisent… https://t.co/9VQNQ85LNb

RT @ma2thieud: Analyse intéressante des @cahiersdufoot de la redistribution des "indemnisations" aux clubs par la @fifa après la #CoupeDuMo…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Happy Neuer

Neuer : 'Finir l'année sur une bonne note'." (lequipe.fr)
Et en avant la Munich !

Malcolm Leaks

"Quand Malcolm enfile le maillot de l'OM." (lequipe.fr)

Emile Louis-II

"Les ‘combines’ de Monaco pour attirer les joueurs mineurs." (lequipe.fr)

Je crois keupon

"Laurent Blanc n'a esquivé aucun sujet. Même ceux qui fâchent..." (lequipe.fr)

Michel derche accueillant

"C'est devenu Montpellier Eros." (France Football)