auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article suivant

Shankly, une utopie socialiste

> article précédent

Vices et vertus de la faute utile

Grève de plaisanterie

Une Balle dans le pied – Le ridicule finira par tuer les clubs français plus sûrement qu'une "taxe à 75%" contre laquelle ils ont lancé une "grève" totalement inconsidérée.

Partager

 

En France, la grève était, il y a peu encore, associée aux luttes sociales. Est-elle en passe de devenir un symbole presque exclusif des absurdes revendications du football? On sait la trace laissée par la mutinerie du bus de Knysna dans l'imaginaire national, voici que les dirigeants des clubs français de Ligue 1 et Ligue 2 s'engagent (comme un chauffard ivre dans un virage à flanc de précipice) dans un mouvement des plus douteux: une "grève", ou "journée blanche" lors de la 15e journée de championnat, qu'ils annoncent ne pas vouloir disputer le week-end du 29 novembre afin de protester contre l'application de la taxe dite "à 75%".
 

PARACHEVER LE RIDICULE

Deux précisions s'imposent en préambule. D'abord, le terme de grève est évidemment impropre: il vaudrait mieux parler de lock-out ou de boycott puisque lorsque l'on dit qu'une entreprise est en grève, on désigne évidemment une décision de ses salariés, pas de ses patrons. Ensuite, il faut ne parler que d'une menace puisqu'en cinq semaines, cette initiative a de grandes chances d'être annulée. On peut même parier que ses initiateurs n'ont qu'une peur: être contraints d'aller au bout de leur démarche pour ne pas perdre la face, quitte à parachever leur ridicule.

 

Infographie taxe à 75% clubs français
 

Quelles que soient l'hypothétique légitimité de cette mobilisation et les opérations de communication qui l'accompagneront (il est question de "portes ouvertes" dans les stades), une chose au moins est sûre: il s'agit d'une invraisemblable erreur de communication – autre spécialité du football français – qui va se payer très cher à moins d'un rapide retrait. Les "familles" liguées dans cette démarche (dirigeants, joueurs, entraîneurs) ne peuvent être certaines que de son impopularité dans le double contexte de la crise économique et de la crise d'image du football français. (...)


Lire l'article :


 

Partager

> déconnerie

Sidney by night

> sur le même thème

Le 11 type des tri-nationaux

La politique et le droit


2021-01-05

Quatre réformes pour sauver le football

La crise sanitaire a mis au jour la crise plus profonde du football européen, fragile économiquement et déchiré par les inégalités. Trois économistes proposent des pistes pour en sortir. 


Pierre Barthélemy
2020-09-01

Plaidoyer en faveur d’une réévaluation de la jauge

La limitation des affluences dans les stades et la suspension des parcages visiteurs pénalisent clubs et spectateurs sans garantir la sécurité sanitaire. 


Jérôme Latta
2020-07-09

Les sports, ministère non prioritaire

Une Balle dans le pied – Le portefeuille des Sports n'a pas changé de main avec le remaniement, seulement de statut ministériel. Ses ambitions, elles, restent toujours aussi limitées.

 


>> tous les épisodes du thème "La politique et le droit"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)