auteur
Christophe Zemmour

Du même auteur

> article précédent

Carbajal, de Rio à Londres

González 1982, comme un papillon

Les belles histoires de la Coupe du monde – Durant le premier tour du Mundial 1982, Mágico González enchante le public par son génie, et s’ouvre les portes d’une carrière en Espagne.

Partager

 

La chevauchée a débuté un peu avant la ligne médiane. Jorge Alberto González Barillas porte son ballon jusqu’à l’entrée de la surface de réparation, dribblant intérieur deux joueurs mexicains comme il sait si bien le faire, et frappe au but du gauche. Le gardien repousse et Hernández reprend victorieusement. Le Salvador vient donc à bout du Mexique (1-0) lors de son second match du tournoi final de la zone Amérique du Nord, qualificatif pour le Mundial 1982.

 

 

Après une défaite initiale face au Canada (0-4), voilà le Salvador irrémédiablement lancé vers la phase finale en Espagne, notamment par la grâce de ce joueur maigre et insaisissable, González, qui va être le principal artisan de cette campagne heureuse. Dribbleur hors pair, footballeur aussi génial qu'irresponsable, il s’illustrera brillamment lors de la phase finale, et ce malgré les trois défaites du Salvador. Au point d’être ensuite recruté par un club espagnol et d’y entamer une aventure qui le conduira à être admiré de nombre de confrères. Dont un certain Diego Maradona.

 

 

Un tour de magie

Le Salvador subit le pire revers de l’histoire en Coupe du monde lors de son premier match face à la Hongrie (1-10). Et pourtant, son joyau de vingt-quatre ans régale. Il est même considéré par certains comme le meilleur joueur de la rencontre, alors que son équipe a encaissé dix buts. La Belgique (0-1) puis l’Argentine (0-2) disposeront elles aussi de la Selecta, non sans souffrir face à l’équilibre, la finesse et les coups de rein imparables de cet attaquant salvadorien rayonnant. Sa vitesse, ses crochets, ses doubles contacts, son toucher de balle soyeux ravissent le public et martyrisent ses adversaires, à la peine devant tant de talent.

 

 

Les images d’alors confirment une impression bien répandue sur ce football d’antan: très souvent, les défenseurs doivent recourir à la faute, au tacle pour empêcher l’artiste de progresser. Comme si c’était leur seul moyen. Parce que González, aussi subtil qu'imprenable, n’a pas usurpé son surnom: El Mago, le magicien. Un titre dont on l’a affublé depuis ce mois de juillet 1976 et un match avec sa première équipe, l’ANTEL, durant lequel il émerveille les tribunes sur un elastico préalable à une passe décisive. Suivront six saisons à briller avec l’Independiente Nacional et le C.D. FAS, et à porter la sélection salvadorienne jusqu’à sa deuxième participation à une Coupe du monde.

 

 

La belle de Cadix

Déjà, en préparation de ce tournoi, il avait tapé dans l’œil du Paris Saint-Germain et iaurait dû rejoindre le club francilien. Seulement, González ne conçoit pas le football “comme un travail” et les exigences d’une telle équipe l’effraient. Ce sera encore le cas lorsque l’Atlético de Madrid viendra le draguer suite à ce Mundial où il a subjugué les observateurs par son brio. Il préfère opter pour Cádiz, alors en seconde division. Là-bas, il s’épanouit, marque beaucoup de buts et participe grandement à la montée. Jorge est un homme de la nuit, un fêtard, un homme volage, un paresseux. Son mode de vie nocturne ne lui permet pas d’avoir plus de régularité, mais lui “ne joue que pour [s]’amuser”. Il choisit ses matches, maltraitant par exemple le Barça et le Real sur des gestes de classe et de pur génie.

 

Depuis son premier match avec Cádiz, il est devenu El Mágico, comme l’appelle la presse espagnole. Le seul magicien que reconnaît Diego Maradona: “Quand on voyait les crochets qu'il mettait aux Espagnols, on se disait vraiment qu'il était unique. On voulait l'imiter. Alors on tentait les mêmes dribbles et on se cassait tous la gueule.” El Pibe de Oro tentera même de faire venir González au Barça. Mais cela ne se fera pas: invité avec le groupe blaugrana pour une tournée amicale aux USA en 1983, l’incorrigible Jorge trouvera le moyen de rater d’abord le départ d’Espagne, puis d’être renvoyé. Les deux fois parce qu’il était occupé avec une jeune femme.

 

González le reconnaît lui-même: il a peut-être “manqué l’opportunité de sa vie”, celle de devenir un plus grand footballeur. Comme le dit Nicolas Cougot de Lucarne Opposée: “L’histoire de Jorge González est celle d’un génie qui n’a jamais voulu compromettre son amour du football et de la vie aux exigences du monde professionnel.” Par cet amour et par son talent, il aura tout de même envoûté un pays, et la planète entière l’espace de quelques matches de Coupe du monde. C’est déjà exceptionnel.

 

Partager

> sur le même thème

Carbajal, de Rio à Londres

> du même auteur

Carbajal, de Rio à Londres

> Dossier

Histoire FC

Histoire FC


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


Paul Brown
2018-07-13

Finale 1930 : les balles du match

When Saturday Comes – Lors de la première finale de la Coupe du monde, en 1930 à Montevideo, un seul ballon fut utilisé… ou bien deux? Le choix a en tout cas fait l'objet d'une dispute entre l'Uruguay et l'Argentine. 


Richard N et Christophe Zemmour
2018-07-12

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but – Le 12 juillet 1998 au stade de France, Zinédine Zidane marque deux fois le même but et assomme le Brésil. Le jour de gloire est arrivé.


>> tous les épisodes du thème "Histoire FC"

Sur le fil

RT @popandkop: Le "Last night a Didier saved my life" des @cahiersdufoot est dans le top 5 des t-shirts des Bleus selon @GALAfr . On peut m…

Toujours le même discours: trop de matches de sélections, mais pas trop de matches de clubs, bien entendu. Et les b… https://t.co/mkw4m4ejEE

"Emmanuel Macron a fini par saturer les images et nuire autant à la célébration qu’à son autocélébration" -… https://t.co/0Bel28eX4h

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)