auteur
Steven Ar Ruz

Du même auteur

> article suivant

Trente-cinq

> article précédent

Teenage Kicks, Day 30

> article précédent

The Bernard Mendy Facts

Gerrard humanum est

Aventurons-nous à décrier Steven Gerrard, footballeur béatifié et joueur idéal d'une bonne moitié des lecteurs des Cahiers...
Partager
Ne croyez pas les biographies officielles. Tenez, celle d’un gars de Nazareth, là, continue à nous plomber l’existence depuis des siècles. Il en va de même pour Steven Gerrard. Avant qu'on ne fasse de sa biographie livre saint, voici quelques versets sataniques...
Dans un championnat peuplé de bad boys tendance psychopathe (Vinnie Jones) ou équarisseur (Martin Taylor), d'alcooliques fameux (Paul Gascoigne) ou de végétariens sans sel (Franck Lampard), Stevie G. fait figure de sainte trinité à lui tout seul: au nom du père d’une nouvelle génération de supporteurs depuis Istambul 2005, du fils caché de Bill Shankly et du saint-esprit du peuple rouge d’Anfield, pouvons-nous maculer la conception du numéro 8 des Reds?


gerrad_family.jpgFade four
Loin des alcôves où la groupie écervelée reçoit les hommages frénétiques des playboys stéroïdés, Gerrard est marié et fidèle, et alimente pour seule chronique l’insipide "Go shopping" hebdomadaire de sa transparente femme Alex Curran, ex-manucure et néanmoins redoutée über-WAG (c’est à dire cheftaine des Wifes and Girlfriends des joueurs de la sélection anglaise, au côté par exemple de Victoria (Beckham). Seul un penchant coupable pour David Hamilton peut expliquer les terrifiantes photographies officielles du couple, posant tels Claude François et ses petits clones blonds près de la piscine. On est loin, si loin du glamour d’un George Best.
Si Gerrard était un Beatle, il serait McCartney.

Lors d’un déplacement professionnel de Monsieur à Marseille, quelques personnages mal intentionnés s’introduisirent nuitamment dans sa luxueuse propriété… où dormait paisiblement Madame, et s’enfuirent avec quelques bijoux. Sa réaction fut d’équiper la maison d’un système high tech de protection par vidéo.
Si Gerrard habitait en France, ce serait à Levallois-Perret.


Chat noir
Quels sont, sur le terrain, les arguments de ses adorateurs clamant "Santo subito"? Peut-être une insolente réussite dans l’exercice de la frappe de trente mètres qui fait mouche à vingt secondes de la fin? Que ce soit une frappe de mule les yeux fermés qui claque dans les filets ou un tir de poussin qui rebondit cinq fois, touche deux pieds et un tibia, fait splash dans la flaque, rebondit sur le poteau, la tête du gardien, encore le poteau et finalement passe la ligne, le skipper d’Anfield ne sait, au mieux, que tirer au maximum parti d’un capital chance absolument déconcertant. Qui ne doit pas nous faire oublier que Gerrard sauva les Bleus à l’Euro 2004, quand une pathétique passe en retrait dans les arrêts de jeu provoqua la panique puis une faute dans la surface, et offrit trois points inespérés à Zidane & Co. Son tir au but manqué face au Portugal en 2006, et l’échec dans la course à la qualification à l’Euro 2008 (en tant que capitaine) ne sont qu’une suite logique démontrant l’impuissance chronique de Gerrard au niveau international.
Si Gerrard était un joueur français, il serait au mieux Didier Six, au pire David Ginola.


gerrard_lego.jpgRobin déboire
Vous avez dit impuissance? Que dire de son incapacité à remporter un titre de champion d’Angleterre derrière lequel le Scouser court depuis dix ans? Les entraîneurs et les coéquipiers passent, Gerrard reste et râle. La question devrait se poser plus vite qu’on ne le croit: l’effet inhibiteur (jurisprudence Henry à Arsenal) œuvre-t-il en silence? Liverpool peut-il reconquérir l’Angleterre avec son capitaine dans ses rangs? En parlant de départ, l’idole des jeunes a bien failli par deux fois quitter le navire pour les insupportables nouveaux riches de Chelsea, estimant que l’effectif de peintres et de bras-cassés proposé au service de Son Altesse n’était pas à la hauteur de son talent. Et par deux fois, la solution trouvée par les dirigeants fut d’augmenter substantiellement son salaire, amputant encore un peu plus un budget ne pouvant dès lors plus assumer la rémunération de nouveaux talents. Pendant ce temps, les places au stade sont toujours plus chères, les supporteurs naïfs sont en colère, et le grand Mufti d’Anfield dans son carrosse Bentley est paradoxalement le premier à les défendre.
Si Gerrard était un industriel, il serait Serge Dassault.


L'infiltré
Tôt ou tard, les Reds devront se passer de Stevie, et a priori ce sera tôt. Son dos le laissant tranquille tant que les infiltrations sont efficaces, son métatarse consolidé tant qu’aucun Taylor ne lui ne le lui écrase à nouveau, Gerrard peut agiter ses grosses cuisses d’un bout à l’autre du terrain. Mais la trentaine le guette et son corps se rappellera à son souvenir, de jeunes joueurs plus fringants tenteront de lui contester sa place, à laquelle il s’accrochera tel un bernique à son rocher, jusqu’au match de trop, ouvrant l’ère d’une fin de carrière que l’on imagine déjà longue et pénible, sans doute jusqu’au point de non-retour newcastelo-boltonien.
Si Gerrard était une chanson, il ahanerait "Working class Hierro".


Certains craignent l’Apocalypse à chaque crampe du Grand Manitou. Qu’ils se rassurent. Les cimetières ne vont pas libérer les dépouilles des Schumacher, Rool, Materazzi et autre Gentile à la fin de la carrière de Gerrard. À philosopher sur ses petits ponts en or, on en oublie qu’il est désespérément humain.
Partager

> sur le même thème

Wendel puissance 3

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


La rédaction
2019-10-21

« Contredire l'idée que le 10 aurait disparu »

Pour la sortie de L'Odyssée du 10, nous avons posé dix questions à ses auteurs. Ils ont distribué les transversales. 


Philippe Rodier
2019-10-10

Real, OL : quel est le bon moment pour arriver sur un banc ?

S'il veut que son banc soit un fauteuil et non un siège éjectable, un entraîneur a intérêt à s'y installer dans le bon timing. Soit, pour le futur coach de l'OL, plutôt celui de Zidane que de Benitez à Madrid.


Les Dé-Managers
2019-10-08

“L’Odyssée du 10”, un livre au cœur du jeu

Troisième ouvrage des Dé-Managers, L’Odyssée du 10 (sortie le 24/10) propose une plongée dans le mythe et l'histoire technico-tactique du numéro 10.


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)