> article précédent

Privés de télé

> article précédent

Ceci n'est pas une pipe

France-Serbie : les gars

Des perdreaux de l'année et des chevaux de retour, quelques mules mais pas vraiment de renard des surfaces...
Partager

Des jeunes qui ne traînent pas dans les couloirs
 
D'un Mandanda peu mis à contribution, on retiendra une intervention décisive, la main dans les pieds de Pantelic pour lui subtiliser un centre lui aussi décisif (31e). Il aurait peut-être pu sortir sur le but serbe, mais il se serait pris un autocar de joueurs dans le buffet. Lloris serait-il plus aérien?

Finalement peu sollicitée, la charnière  Abidal-Gallas n'a pas réédité le cauchemar de Zürich. S'il n'a pas été toujours impérial, notamment dans le domaine aérien (ce sont toutefois Govou et Henry qui sont au marquage sur le but d'Ivanovic), le duo a tâché d'assurer de la rigueur dans les placements et de la sûreté dans les relances.
Abidal a eu l'heur de mettre en rage son mentor Jean-Michel Larqué, énervé par le corner qu'il concéda sur un ballon en retrait juste avant la réduction du score serbe. En première mi-temps, Jankovic l'avait effacé d'un grand pont.... En défense centrale, il laisse toujours une petite impression de flottement, qu'on espère compensée par sa vitesse et son engagement. Ou par Gallas, mais celui-ci étant loin de rayonner en ce moment, au point de sembler vouloir rester dans l'ombre, on a eu des raisons de trembler à 2-1.

Tandis que Sagna confirmait ses bonnes prestations précédentes en donnant beaucoup de profondeur à son couloir et en montrant de la détermination dans les duels, Gaël Clichy s'est payé le luxe d'une première parfaitement réussie, à un poste où la concurrence est intense. Un bel équilibre entre ses missions offensives et défensives, des retours sur les attaquants serbes... l'impression a été saisissante. Ces deux garçons peuvent changer la donne chez les latéraux.

 
fra_ser_clichy.jpg


Milieux sur la défensive

Le cliché du "rôle ingrat" colle très bien à Diarra et Toulalan, dont les prestations récentes ont été dénigrées par principe, sans considération pour ce qui se passait sur le terrain. Le paradoxe est qu'ils ont été récompensés par le score après avoir été pourtant moins bons qu'en Autriche. Mais au moins ont-ils montré que leurs similitudes avaient du bon lorsqu'il s'agissait de permuter dans la largeur et même dans la longueur, l'un tâchant d'évoluer devant l'autre en phase de possession afin de dégager des intervalles.

Toulalan a semblé payer les efforts consentis à Vienne, avec un moindre rayonnement, des erreurs inhabituelles, une intervention limite dans la surface et quelques agressions. Cela  ne l'a pas empêché de travailler jusqu'au bout (poussant même une des dernières attaques de la rencontre). Diarra s'est démené et rien que pour lui, il devrait être interdit de parler de "manque de générosité" pour cette équipe. On devrait aussi lui épargner le complexe Makelele et le laisser grandir, lui comme les autres.



Et voilà Yoann Gourcruyff

Sa titularisation a été prise – avec le sens de l'anticipation qui caractérise les Cassandre – comme l'ultime preuve de l'incompétence du sélectionneur. Avec le sens de la volte qui les caractérise aussi, ils vont plaider le coup de bol. Peu importe: Gourcuff a fait un sacré bon sang de match de meneur de jeu, sans ployer sous le fardeau des "10" à la française.
Avec un déchet limité que l'on peut attribuer à ses prises de risque, il a résolument distribué le jeu, établissant des liaisons avec les attaquants, s'intercalant chaque fois que possible et s'offrant des frappes (une paire aux 39e et 41e minutes, un tir du gauche après un solo, 66e, et pour finir, une transversale – 72e). Il a même assumé et assuré l'exécution des coups de pied arrêtés, s'est mué en centreur occasionnel et a été passeur pour le but d'Anelka...
Il devra confirmer, mais il a quelque chose de beau à confirmer. Condition sine qua non: résister à la béatification dont il va faire l'objet – et qui a déjà oint Nasri, Benzema et Ben Arfa.

Longtemps privé de ballons et d'espace côté droit, Govou s'est progressivement immiscé dans les attaques françaises, jusqu'à être le déclencheur de la victoire. Après une première tentative de percée dans la surface, il bénéficie cette fois d'un contre favorable pour s'enfoncer au milieu de trois défenseurs et servir parfaitement Henry (64e). Encore une fois décisif dans l'axe, Domenech va finir par en faire son attaquant de pointe.


fra_ser_gourcuff.jpg


Henry retrouvé, Anelka encore ressuscité

Oh, le beau match d'Henry, le premier aussi accompli depuis bien longtemps... Difficile de ne pas y voir la résultante d'un début de repositionnement à gauche, et de ne pas relancer l'éternel débat sur la zone où son rendement est finalement le meilleur... Domenech a peut-être rendu service à Guardiola, qu'on soupçonne de vouloir reconduire le choix de son prédécesseur.
Le Barcelonais s'est, cette fois, montré précieux en lanceur d'attaques en partant de quarante ou trente mètres, et il a maintes fois déstabilisé la défense serbe, sa vitesse faisant de nouveau la différence. Surtout, il a marqué ce qu'il est convenu d'appeler un but important. Pour peaufiner le tableau, sa déclaration d'après-match a été frappée du sceau d'une certaine sagesse.

La jeune étoile de Benzema a pâli, en comparaison. Souvent mal placé, encore malheureux dans ses dribbles et rarement en position de tir, il a peiné durant une mi-temps qui l'a vu rejoindre le banc à son terme. Une frappe molle (11e), une tête difficile sur un centre de Gourcuff (31e) et un centre-tir inoffensif (42e), c'est un peu court pour un joueur de sa trempe.

Anelka a mis le feu durant huit minutes, entre la 56e et la 64e, c'est-à-dire entre un faux-départ hors-jeu et son but, que deux tirs dangereux précédèrent de peu. Sur le doublement du score, son appel, son crochet (accompagné d'un efficace ménage avec les bras) et sa frappe croisée sont un modèle du genre – de son genre.
Le reste a été plus anonyme, mais il a contribué à tenir le ballon et le résultat. Il faudrait quand même qu'il arrête les morts et les résurrections sous le maillot bleu.
Partager

> sur le même thème

Un record sinon rien

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Richard N
2020-04-04

Djorkaeff 1995, coup franc avec sursis

Un jour, un but - Le 16 août 1995 au Parc des Princes, Youri Djorkaeff marque dans les dernières minutes d’un France-Pologne qualificatif pour l’Euro 1996. Son échec aurait changé l’histoire. 


Richard N
2020-03-26

Michel Hidalgo, un regard bleu

Michel Hidalgo a apporté au foot français son premier titre, le championnat d’Europe 1984, mais aussi un style de jeu et une audace entrés dans la légende. 


Richard N
2019-11-17

Henry-Gallas 2009, la main du diable

Un jour, un but – Il y a dix ans, l’équipe de France inscrivait le but le plus controversé de son histoire et se qualifiait manuellement pour la Coupe du monde 2010. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Le forum

Etoiles et toiles

aujourd'hui à 19h50 - Jah fête et aime dorer Anne : Minority Report, c'est un film pas mal, mais je l'ai trouvé décevant en tant qu'adaptation car la... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 19h39 - Utaka Souley : Portnaouacaujourd'hui à 18h49Pour le celeri rémoulade, y'a le fil "Manger autre chose que la... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 19h36 - Utaka Souley : Luck à tortaujourd'hui à 17h16Allez, un petit article sur le réchauffement climatique... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 19h35 - Dédie mon Stück : leoaujourd'hui à 19h18Le truc le plus dérangeant de Breaking Bad, c'est qu'on voit beaucoup trop... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 18h56 - Milan de solitude : Quignon sur la table ! >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 18h49 - suppdebastille : Après 10 jours de chaleur sur Roland Garros , c'est du temps froid et pluvieux pour les... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 18h15 - Delio Onnisoitquimalypense : Niang, même si l'OM n'était pas en difficulté financière, ça semble surtout bizarre par... >>


L2, National, CFA... le championnat des petits

aujourd'hui à 18h11 - Delio Onnisoitquimalypense : Ah oui, merci Marius. J'en profite pour lancer un appel : à part La Rascasse, comment s'informer... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 17h40 - cocobeloeil : Purée, on va faire quoi de tout ce beau... >>


Go Mouest !

aujourd'hui à 16h06 - Etienne Mattler : (notre ancien maire a refusé le nouveau stade, si je ne m'abuse) >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)