auteur
La rédaction

Du même auteur

> déconnerie

Yes We Did

> article précédent

Jeune et déjà costaud

> article précédent

La LFP et son révélateur

France-Russie : Danse avec les tsars

Matchbox – Festival offensif et adieux (?) au micro, cette rencontre face à la Russie aura été marquante à plus d'un titre. Reste à régler ces sautes de concentration derrière qui empêchent d'être pleinement satisfait.

Partager

 

C'était une dernière impression bleue, mais pas la dernière chance de se mettre en valeur. La liste définitive ne tombera que dans un mois et demi, de quoi estomper un peu l'impact de cette ultime sortie internationale. La forme du moment sera déterminante dans la composition du groupe qui vivra l'Euro, Dimitri Payet et N'Golo Kanté en sont les meilleurs exemples. Il faudra aussi prendre en compte les éventuelles blessures, la résolution de l'épineux cas Benzema... Mais parce que cette victoire face à la Russie (4-2) est pleine de promesses, celles d'une jeunesse offensive dorée, on se prend à rêver. Et ça fait le plus grand bien.

 

 

La nalyse

Julien Momont – Trois enjeux principaux, trois questions à résoudre. En charnière centrale, Mamadou Sakho n'a eu que trop peu l'occasion de se mettre en valeur pour vraiment marquer des points dans son duel avec Laurent Koscielny pour épauler Raphaël Varane. Devant, André-Pierre Gignac a prouvé qu'il était un recours crédible: plutôt discret dans le jeu malgré des remises inspirées, l'ancien Marseillais a été efficace dans la surface.

 

 

La troisième interrogation concernait N'Golo Kanté. Pouvait-il encore grimper un échelon dans son ascension ultra-rapide et se mettre au niveau international? La réponse est oui, mille fois oui. Une activité débordante, un sens inné de l'interception, un jeu simple, juste et efficace: l'ancien Caennais a saisi la chance qui lui était offerte de se mettre en valeur. On souhaite bon courage aux milieux de terrain qui devront se coltiner son duo avec Lassana Diarra – toujours aussi brillant dans les sorties de balle, au passage. Autre avantage de Kanté: il replace Paul Pogba dans les mêmes conditions qu'à la Juventus, axe gauche.

 

Voilà donc qu'un ovni relance la question du trio du milieu de terrain. Le point positif, comme pour les derniers postes entourés d'incertitude (défenseur central, attaquant de couloir), c'est que ce n'est pas faute de candidats satisfaisants – comme cela a pu être le cas par le passé côté droit de l'attaque tricolore. C'est bien parce qu'il y a pléthore d'options envisageables et concluantes que tout n'est pas encore résolu, entre Sakho et Koscielny, Kanté et Matuidi, Martial, Payet et Coman, Giroud ou Gignac. Sans compter l'éventuel retour de Fekir, le cas Benzema... Bref, Didier Deschamps s'est dit après coup satisfait d'“avoir des choix difficiles”, et on le comprend.

 

 

Comme aux Pays-Bas, la victoire des Bleus a été imparfaite. Le nouveau but concédé sur coup de pied arrêté focalisera l'inquiétude sur ces phases de jeu, alors que les remèdes sont limités: à partir du moment où le marquage individuel quasi général est choisi, tout n'est qu'une question de concentration, d'anticipation et d'engagement. La défaillance de Lucas Digne hier n'est pas gage de défaillance quand cela comptera vraiment. L'équipe de France a aussi cédé à la facilité en seconde période, renonçant à certains efforts, à certains mouvements, à une certaine application. L'irrégularité la guette encore, un mal souvent associé à la jeunesse, d'ailleurs, mais dont on imagine/espère qu'il s'effacera dans le contexte de la compétition.

 

Les défenses gagnent les tournois? L'attaque bleue donne envie de tordre le coup aux idées reçues, portée par la justesse et l'intelligence d'Antoine Griezmann, son meilleur élément depuis plusieurs mois. Le Madrilène est un lien essentiel entre ceux de derrière et ceux de devants, un déstabilisateur de défense avant même de recevoir le ballon, un fluidifiant vital et un régal pour les yeux. Autour de lui, la variété des profils permet d'être dangereux sur toutes les phases d'attaque, rapides comme placées: Martial le dribbleur, Coman l'accélérateur, Payet le distributeur... Et encore, ces adjectifs sont réducteurs.

 

L'enthousiasme d'une jeunesse qui ne pense qu'à jouer, sans se poser de questions – et pourtant, il y aurait matière. La technique et la percussion d'un secteur offensif dont le potentiel semble illimité. L'allant collectif général, l'envie sincère – ou alors on est naïf – de jouer pour l'autre qui transpire des combinaisons, des regards. Avec tout ça, on a vraiment hâte d'y être, à l'Euro.

 

 

 

 

Christian Jeanpierre : Peter Pan s'est envolé

Avouons être pris au dépourvu et dans nos contradictions. L'annonce de la fin de mission de Christian Jeanpierre a été si soudaine que le démenti de TF1 a été infirmé en direct par Didier Deschamps lui-même. Elle paraît bien brutale: à la veille d'une phase finale, ce débarquement a la cruauté des évictions de la liste des 23, sans même l'envol symbolique d'un hélicoptère au dessus des montagnes de Tignes. D'autant que, malgré les pics d'exaspération qu'il a pu susciter (et les sommets qu'il a pu atteindre, lorsqu'il remporta le Micro de Plomb 2010), on n'a jamais souhaité quoi que ce soit de cruel au garçon. Un bon garçon qui n'oublie jamais les anniversaires, et qui s'exalte comme un enfant lorsqu'il découvre ceux de deux buteurs d'un soir. Un enfant qu'il est, de fait, resté: la référence qu'il invoque pour s'affoler du match de N'Golo Kanté est Tom Foot, héros d'un film suédois de 1974. Olive et Tom, ce n'est pas sa génération. En revanche, Peter Pan est son modèle.

 

Si certains ont perçu une sorte d'amélioration dans son évolution des années récentes, c'est une constance à toute épreuve qui caractérise Christian Jeanpierre. On ne nous le changera pas, lui. Aussi son (présumé) dernier match des Bleus ne pouvait-il pas déroger aux rituels qui composent le commentaire jeanpierrien. Il y a d'abord un lexique exhaustif des expressions les plus consacrées, souvent désuètes: hier soir, la "forêt de jambes", le "jeu léché", les "grands compas", le "travailleur infatigable", les contres ponctués de "Attention, ça peut aller vite!" Et puis les figures imposées: "Attention à ce joueur, vous allez le découvrir, il est très fort". Mais surtout cette inépuisable réserve d'enthousiasme, cette candeur spontanée qui le distingue de ses confrères aux élans plus calculés. Au moins, il est heureux d'être là.

 

Ah le pauvre! Le pauvre, le pauvre, pauvre! C'est vraiment pas de bol", se désole-t-il lors de la sortie de Jérémy Mathieu (après avoir quand même fait la promo de Téléfoot). "Il est partout!", estime-t-il sur une action de N'Golo Kanté, qu'il qualifiera d'"immense joueur" à la fin de la rencontre. Pas de demi-mesure. CJP aura connu son apogée en commentant la Coupe du monde de rugby 2011, démontrant son universalité. Aujourd'hui, on ne peut plus lui en vouloir et, comme celle de Thierry Roland avant lui, sa voix restera profondément ancrée dans nos mémoires. Tout comme, sans nul doute, la notion de corner intéressant.

 

 

 

Les observations en vrac

• Six ans après, Patrice Evra cherche encore la taupe.

 

• Cette armada offensive des Bleus, c’est de bon augure. Ça rappelle 2002.

 

• Certaines choses ne changent pas, le traditionnel plan sur le directeur de TF1 par exemple....

 

• Un coup de pied arrêté concédé, un but offert: la promo est prolongée..

 

• L’équipe de France n’avait encore jamais été championne d’Europe des matches amicaux.

 

• La traditionnelle nalyse de Marcel.

 

• Il se voulait bienveillant, mais l'hommage de Didier Deschamps à Christian Jeanpierre fut ponctué d'un certain malaise. "Ce silence, écoutez ce silence", comme dirait ce bon vieux CJP.

 

 

 

 

Vu du forum

=>> emink – 21h23
Il est un peu court, Martial. (Je vous préviens, j'ai bouffé un almanach Vermot, je peux faire la soirée).

 

=>> Cleaz – 21h25
Kanté n'est plus qu'à 8 buts de Djibril Cissé. Mais il l'a déjà presque rattrapé en nombre de position de hors jeu. Belle performance.

 

=>> Zouma Zouma Zouma Yeah – 21h44
Nan mais Evra est indestructible. Rappelons-nous que lorsqu'il marche dans la rue, les gens l'acclament.

 

=>> Moravcik dans les prés – 21h55
D'une rare indigence ces Russes. En plus, si ils veulent fracturer quelque chose chez Evra, je suis désolé, mais c'est quand même évident qu'il y a des os moins surdimensionnés que les chevilles auxquels s'attaquer.

 

=>> Christ en Gourcuff – 22h14
Qui a le plus compromis ses chances pour l'Euro?

Mathieu en se blessant ou Digne en jouant?

 

=>> lemeu – 22h29
Bon, ce jubilé Christian Jeanpierre, c'est sympa, y a de la joie, y a du foot, y a des buts. Faudrait qu'il s'en aille plus souvent.

 

 

 

Les titres auxquels vous avez échappé

N’Golo dans la datcha

Kokorin KO

Griezmann power

 

 

Partager

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Richard N
2019-11-17

Henry-Gallas 2009, la main du diable

Un jour, un but – Il y a dix ans, l’équipe de France inscrivait le but le plus controversé de son histoire et se qualifiait manuellement pour la Coupe du monde 2010. 


Jérôme Latta
2019-05-22

Les absents donnent toujours tort (au sélectionneur)

Une Balle dans le pied – Si une liste des 23 suscitera toujours d’inévitables controverses, peut-être faut-il arrêter de croire que l’équipe de France est une méritocratie.

 


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"


Le forum

Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 03h12 - Gouffran direct : Otavio qui a prolongé son contrat. Youpi.Yul, si on gagne on est 3èmes et on talonne les sardines... >>


Messages de service

aujourd'hui à 02h20 - Hyoga : PCarnehanaujourd'hui à 00h44Ah, marrant. On est passé du compteur journalier en J- à celui,... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 01h25 - leo : LSU (2) est en train de fracasser Georgia (4) dans la finale de la SEC !Les Buckeyes (1) vont... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 01h09 - Classico : Etre décisif dans la zone de vérité c'est critique pour gagner des matchs, à l'arrache si... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 01h04 - Lucho Gonzealaise : D'autant plus que Lebron a sûrement réalisé des assists menant plus souvent à des 3 pts que... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 00h58 - rougénoir : Oui d'accord avec tes remarques RedalertMaisous ne pourrons pas gagner tous nos matchs avec ce... >>


Tu sais ce qu'il te dit Casimir ?!

aujourd'hui à 00h06 - Redalert : Comment va Oukidja ? >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

07/12/2019 à 23h49 - Mama, Rama & Papa Yade : Merci pour ces trolls CHR$, c’est flatteur pour un fil qui n’en reçoit que trop peu. >>


Gerland à la détente

07/12/2019 à 23h47 - Charterhouse11 : Runaujourd'hui à 19h58Oui, pourquoi on en reprendrait si ca marche ?Le petit Caqueret, il... >>


Premier League et foot anglais

07/12/2019 à 21h52 - leo : Anglachelaujourd'hui à 18h37Tandis que Son a inscrit ce qui sera sans doute le but de la... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)