> article suivant

Retour de flamme

> article précédent

Une défaite, mais pour qui?

France-Irlande : les gars

En dehors de leur ange gardien, les Bleus ont obéi à leurs pires démons et connu des déroutes individuelles spectaculaires.
Partager
Il a rendu une copie presque parfaite dans les airs (à une air-sortie près), a surgi dans le bon tempo et surtout, a encore remporté des duels cruciaux: Lloris est le seul vainqueur de cet aller-retour.

fra_irl_gars2.jpg

Sagna a été un des seuls joueurs à réussir de jolis gestes techniques et à rester dans le match – non sans souffrir sur son côté: il est ainsi pris de vitesse par Duff sur l'action du but, mais l'ouverture d'Andrews était parfaite. Il a pris des ballons de la tête, a délivré beaucoup de centres et n'a pas renoncé à attaquer en dépit du peu d'allant des attaquants devant lui. Placide mais combatif, c'est décidément un joueur plaisant.
Évra est allé au charbon, et c'est souvent lui qui a repoussé des balles aériennes en profitant de sa détente. Mal soutenu lui aussi, il a été peu productif en attaque en ne débordant presque jamais, même s'il faut lui concéder le centre impeccable sur lequel Govou trouve les filets en position de hors-jeu. Au moins son engagement n'a-t-il pas souffert de la comparaison avec les Irlandais. Pas plus d'erreurs techniques que la moyenne de ses partenaires, mais la malchance de fracturer le nez d'Escudé – qui avait plutôt bien entamé son match avec trois interventions assez propres.

Dans un match raté à ce point collectivement, il serait assez vain de mener un décompte individuel des innombrables erreurs commises. Le fait est que Gallas, buteur dans son style de pousse-ballon à deux mètres des buts, a alterné les gestes défensifs de classe et les absences embarrassantes. Battu de la tête pour deux occasions vertes d'affilée (24e et 26e), il a concédé des coups francs et affiché un certain manque de confiance... dans cet axe gauche qu'il n'affectionne pas. Il a tout de même tenté de sonner la révolte au cours de la prolongation avec quelques montées rageuses. Un joueur important, en somme.
Volontaire dans les duels aériens, mais lui aussi secoué, Squillaci n'est pas idéalement placé sur le centre en retrait de Duff. Sérieux le reste du temps, il a souvent dû parer au plus pressé.


L'ombre de son ombre: peut-être perturbé par les polémiques ayant suivi le match aller, Lassana Diarra a évolué à un niveau consternant. Enchaînées dès le début, ses erreurs techniques vont de la passe anodine ratée à la perte de balle assassine: il envoie littéralement au but Duff et Keane (61e et 90e). Il est même parvenu à tacler Gourcuff. Et comme il n'a pas été plus heureux en portant le ballon vers l'avant, la thèse de l'explosion mentale apparaît encore plus plausible.
Alou Diarra n'a pas vraiment contrebalancé le bilan de la paire formée avec son homonyme. Utile dans le domaine aérien, il n'a pas plus réussi à enrayer les assauts irlandais qu'à impulser une dynamique vers l'avant en exploitant les séquences de possession. La présence de Toulalan aurait certainement laissé plus de chances de conjurer la déroute de ce secteur de jeu, dans un tel soir du jeune Madrilène.

Déjà à la peine quatre jours auparavant, Gourcuff a suivi le mouvement général en semblant n'exercer aucun pouvoir sur le jeu, dans une rencontre qu'un numéro 10 aurait dû remettre un peu en ordre. Il a émergé lors de la meilleure période des Bleus, sans obtenir plus d'influence.


Henry a été d'une ineffable faiblesse et son geste décisif est à l'opposé absolu celui de 2005 contre le même adversaire. Avec un déchet technique record, sa prestation n'a malheureusement été qu'une redite de bien d'autres contre-performances sous le maillot bleu depuis deux ans, mais cette fois dans une rencontre dont l'enjeu était immense. Capitaine d'une équipe désorganisée et affaiblie mentalement, il nourrira les inquiétudes des pessimistes dans les mois à venir, tant il est ridicule de seulement parler de son "rendement" lors de ces barrages.
Beaucoup plus actif, auteur de nombreuses tentatives – mais généralement inoffensives – et pouvant se prévaloir d'un très net regain d'influence en fin de rencontre, Anelka a pourtant semblé faire partie du problème, lui aussi. Énigme tactique éternelle, il a mal animé le côté droit et a significativement contribué à la statistique des passes ratées. Avec Henry, cela fait beaucoup de joueurs dont on attend vaguement et vainement qu'ils fassent quelque chose, alors que c'est une idée directrice qui manque, et une tout autre force de percussion.

Dure soirée pour Gignac, qui présente probablement le taux de maladresses le plus élevé de son équipe. Très peu alimenté, il s'est énervé à inventer des situations de tir, qu'il a gâchées parfois grossièrement.


Govou et Malouda ne sont pas parvenus à être beaucoup moins confus que leurs partenaires, n'ayant pas vraiment apporté de nouvelles solutions. À leur crédit tout de même: le Lyonnais marque mais est signalé hors-jeu avec le seul tir vraiment réussi de tout le match côté tricolore (102e), l'ex-Lyonnais exécute très bien le coup franc qui amène le but français.


Soutenir les Cahiers (avec des sous)
> Pourquoi nous aider
Partager

> déconnerie

Tabloïd, numéro 1

> sur le même thème

De vilaine manière

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Richard N
2019-11-17

Henry-Gallas 2009, la main du diable

Un jour, un but – Il y a dix ans, l’équipe de France inscrivait le but le plus controversé de son histoire et se qualifiait manuellement pour la Coupe du monde 2010. 


Jérôme Latta
2019-05-22

Les absents donnent toujours tort (au sélectionneur)

Une Balle dans le pied – Si une liste des 23 suscitera toujours d’inévitables controverses, peut-être faut-il arrêter de croire que l’équipe de France est une méritocratie.

 


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Le forum

LdC : La Ligue des Cahiers

aujourd'hui à 20h12 - Redalert : Peut-être reste t-il 2-3 gégènes de l'époque coloniale... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 20h11 - L'amour Durix : Et en incluant Sarrinho dans la transaction ? >>


Foot et politique

aujourd'hui à 20h09 - L'amour Durix : Certes. J'aurai peut-être dû parler d'arrivage comme un chien dans un jeu de quille alors.Parce... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 19h57 - FPZ : Oui, mais cette année, c'est pas pareil, c'est lui qui cherche, avec son maillot tout moche... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 19h54 - vertigo : J'étais plein d'espoir au début de la saison. Ce mélange de vieux briscards et de jeunes... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 19h54 - impoli gone : 93 ans. My god.Les vieux souvenirs de boomer que voilà.Sacré bouteille, Qui a tué Davy Moore et... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 19h31 - Run : LYon Indomptableaujourd'hui à 17h19Je n'arrive même pas à identifier ce qu'il y a à changer... >>


La L1, saison 2019/2020

aujourd'hui à 19h24 - Mevatlav Ekraspeck : En fait, sin on enlève le PSG et Toulouse (et peut-être l'OM), cette ligue 1 est devenue un vaste... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 19h15 - JeanBen : La dem de Letang c'est après la défaite à LilleLe rythme va revenir à un match par semaine, ça... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 18h54 - Yul rit cramé : Décidément, Ferguson n'aurait jamais pu entraîner en ligue 1...3minutes seulement de temps... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)