auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

France Football annexé par L'Équipe

Conséquence inattendue mais logique de son échec éditorial, le bi-hebdomadaire devient dès la semaine prochaine un supplément (payant) du quotidien sportif.
Partager
Le 5 août prochain, les lecteurs de presse sportive vont se voir offrir un produit inédit, où plutôt un package inattendu: les deux éditions de France Football leur seront en effet proposées, les mardi et vendredi, avec celles de L'Équipe – au tarif de 3 et 2,50 euros respectivement. De toutes petites ristournes de vingt et dix centimes pour les lecteurs réguliers de ces deux titres, et une offre dont l'attractivité pour les autres n'apparaît pas évidente. Contrairement à L'Équipe Mag, supplément en "vente forcée" le samedi, le client conservera la possibilité de n'acheter que le quotidien au prix habituel (un euro ces jours-là).


Sauvetage ou enterrement ?

De 2005 à 2010, le support a vu sa diffusion fondre de 33%. Une érosion spectaculaire – qui s'est accélérée en 2010, pourtant année de Coupe du monde –, alarmante sur le plan économique et sans appel quant à l'inadéquation éditoriale du journal. On peut certes se demander pourquoi un magazine diffusant tout de même à 136.000 exemplaires ne parvient pas à assurer son avenir, mais avec ce modèle économique-là, le groupe Amaury opte pour une solution dont on ne sait si elle consiste en une tentative de sauvetage ou en un enterrement anticipé.

france_football_1.jpg

Amaury se défendra évidemment de programmer des réductions d'effectifs, mais en pareil cas, le groupe ne devrait pas tarder à évoquer autrement les "synergies" entre les deux titres: pour convaincre leurs acheteurs, ils devront éviter de doublonner les sujets, ce qui réduira mécaniquement le périmètre de France Football, ainsi diminué à l'état de supplément (ajoutons que L'Équipe va fusionner ses rédactions web et papier début septembre). François Morinière, directeur général du groupe L'Équipe, assure pourtant que "les lignes éditoriales demeureront indépendantes, respectant l'ADN de chaque titre". "L'ADN", un échantillon du jargon technocratique cher aux communicants, pas totalement inadéquat toutefois, en ce qu'il traduit l'incapacité de FF à opérer une vraie mutation: les tentatives de rajeunir le journal en dépoussiérant sa maquette [1] (ce qui est surtout revenu à réduire encore la place du rédactionnel) n'ont consisté qu'en un ravalement de sa façade vénérable mais déclassée [2].


Journal facultatif

À l'image de son slogan aussi prétentieux qu'inepte ("La bible du football": une bible bihebdomadaire?), France Football est devenu un objet obsolète en dépit de ses efforts de modernisation. Là où L'Équipe a continué à valoriser son enseigne, la marque FF est tombée en désuétude, incapable d'avoir une résonance contemporaine [3]. Le Ballon d'Or lui-même est devenu trop lourd à porter, et il a été cédé à la FIFA (lire "Ballon d'Or : La FIFA récompensée par France Football et L'Équipe"), mettant fin aux pénibles remises du trophée des mains fébriles de Denis Chaumier – symbole de l'impossibilité, pour le journal, de s'incarner dans des figures ou une signatures emblématiques.

Dans les journaux médiocres, on trouve parfois beaucoup de bons journalistes, mais ce ne sont jamais eux qui y détiennent le pouvoir. Bilieux, moralistes, conservateurs (pour ne dire réactionnaires), les éditorialistes de France Foot ont semblé vouloir parodier leur parodie Jean-Patrick Sacdefiel. Ils n'ont rien fait de leur journal en évitant toute inventivité et toute prise de risque, ont laissé son identité se dissoudre au point de rendre facultative sa lecture – nous-mêmes y ayant renoncé en dépit de la manne qu'elle offre pour la satire du journalisme sportif. Il y avait pourtant un service rendu, avec la couverture des divisions "inférieures", mais faute de vision, FF n'a pas su proposer de réponse à la concurrence du web, de la presse régionale ou des feuilles de choux (But, Le Foot).


Volontiers virulent dans la polémique stérile mais inoffensif pour les pouvoirs en place, prenant quelques libertés avec la déontologie (lire "Des hontes au logis"), pratiquant le journalisme de révérence (lire "Encens unique"), France Football s'est attaché à convaincre de son caractère accessoire. Cette transformation en supplément de L'Équipe est donc assez logique. Et comme gérer un fonds de commerce ne saurait s'apparenter à une véritable ambition éditoriale, ni même économique, le destin de FF pourrait même préfigurer celui de L'Équipe, quotidien épicier assis sur son monopole.


[1] Rappelons, pour l'anecdote et en guise d'indicateur du manque d'originalité de France Football, que lors d'une précédente rénovation, la maquette n'avait pas trouvé mieux que d'adopter comme police de caractères principale... celle des Cahiers du football mensuels.
[2] Le bi-hedomadaire va par ailleurs être disponible sur tablettes, ce qui constituera une rencontre originale entre la presse à papa et un public pour qui "FF" désigne plutôt le Follow Friday sur Twitter.
[3] Disparu depuis plusieurs décennies, le Miroir du Football laissera une trace autrement plus profonde.
Partager

> du même auteur

Tendu comme un stream

Les médias et les journalistes


Jérôme Latta
2019-05-17

Comment faire du journalisme avec les stats ?

Une Balle dans le pied – Pour réellement valoriser les statistiques, les médias spécialisés doivent arrêter de lancer des chiffres qui ne disent rien, et prendre le parti de faire du journalisme avec les données. 


Nadine Zamorano
2019-04-18

L'invention du consultant

Comment s'est imposé le "consultant" de foot, dont le nom et le principe viennent du monde de l'entreprise et du conseil, et dont la fonction n'est pas toujours allée de soi?


Maxime Brun
2019-03-18

Ici, c'est "pas rire"

Tribune – L’élimination inattendue de Paris face à Manchester United a amené une ribambelle de commentaires moqueurs sur les réseaux sociaux. Un jeu auquel tout le monde n’a pas le droit de participer.


>> tous les épisodes du thème "Les médias et les journalistes"

Le forum

Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 12h48 - Tonton Danijel : Bizarre, j'ai l'impression en cette fin de mâtinée de voir un match en slow motion, avec des... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 12h37 - Tricky : Luis Carollaujourd'hui à 11h17Ce n'est pas la moindre des ironies de l'histoire que de constater... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 12h24 - Marius T : syle21/09/2019 à 21h34Je ne vais pas débattre pour te convaincre, c’est du football fiction que... >>


Sport et santé

aujourd'hui à 12h09 - Label Deschamps : Pas spécialiste de la nutrition mais à mon sens attaquer un régime une semaine avant ne changera... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 11h52 - Sidney le grand Govou : En cas de victoire, le classement va être magnifique. >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 11h50 - Mevatlav Ekraspeck : @supp:Déjà fait. Mais elle m’a en fait demandé confirmation des infos glanées sur le web.... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 11h33 - Seven Giggs of Rhye : Coty Week 3Dolphins@Cowboys 10-38Bengals@Bills 14-24Lions@Eagles 17-23Jets@Patriots... >>


EAG, les paysans sont de retour

aujourd'hui à 11h11 - Joswiak bat le SCO : Est-il possible de ne pas totalement enterrer Niakate après un match raté qui suit 3 matchs... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 08h54 - Yul rit cramé : On se retrouve pas mal sur notre lecture du match.Je ne l'ai pas évoqué dans mon message... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 08h07 - BoblaFlamb : Je veux bien, mais tu voudrais des exemples sur quels sujets en particulier ? >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)