auteur
Julien Momont (avec C. K.)

 

Journaliste SFR Sport. Membre encarté des Dé-Managers


@JulienMomont


Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #174

> article suivant

Nouvelle ère à Budapest

> article précédent

Gare aux chandelles rétro...

France-Cameroun : Payet, franc tireur

Pour son premier match de préparation à l’Euro, l’équipe de France a battu le Cameroun (3-2), confirmant son potentiel offensif et sa perméabilité défensive.

Partager

 

On est à dix jours de l’Euro, mais on pourrait tout aussi bien être encore en mars, tant le constat, après cette première répétition, est similaire à celui dressé après les victoires aux Pays-Bas (3-2) et contre la Russie (4-2): quand ils accélèrent, les Bleus disposent d’un potentiel offensif redoutable et d’une belle variété de menaces; quand l’adversaire accélère (ou même pas), ils restent à la merci d’erreurs défensives individuelles qui ne manquent jusqu’ici jamais d’arriver. Le contexte de la rencontre, disputée à moitié en marchant et avec un engagement souvent retenu, tempèrera tout alarmisme, sans pour autant étouffer le sentiment que l’équipe de France entamera certainement la compétition sans avoir comblé toutes ses lacunes.

 

 

La nalyse

Julien Momont – En attendant l’arrivée d’Antoine Griezmann, Didier Deschamps a aligné ce qui ressemble fort à son équipe-type, avec une charnière Rami-Koscielny pour pousser jusqu’au bout sa logique de respecter les postes habituels de ses défenseurs centraux. Forts dans les duels (aériens notamment), le Sévillan et le Gunner ont été sujets à quelques flottements (surtout le premier, comme il l’a lui même reconnu), et le deuxième but camerounais ne rassurera personne quant au potentiel comique de l’arrière-garde tricolore.

 

  

 

Le premier, celui de Vincent Aboubakar, s’est terminé sur un retard conjugué de Patrice Evra, Blaise Matuidi et Dimitri Payet que l’on attribuera à l’engagement intermittent qu’implique un tel match, en croisant les doigts pour que la compétition gomme ce manque de cohésion collective. À l’origine, toutefois, un choix de relance incompréhensible d’un Lassana Diarra vraiment pas à son avantage et apparemment à court de forme – au contraire d’un N’Golo Kanté plus saignant et juste.

 

Plus globalement, les Bleus ont connu d’énormes difficultés à lancer leurs actions, face à un 4-4-2 camerounais certes bien en place mais pas secoué pour autant. Diarra ne décrochait pas vraiment entre Rami et Koscielny, qui ne s’écartaient pas vraiment non plus, Sagna et Evra ne se plaçaient pas vraiment haut: bref, la base d’une phase initiale placée n’était pas en place pour étirer le bloc adverse. Autre facteur: Blaise Matuidi et Paul Pogba eurent tendance à décrocher simultanément, limitant de facto les solutions de passes cassant les lignes adverses.

 

 

Incapable de progresser collectivement, l’équipe de France a été orientée vers les ailes, où Kingsley Coman, dès qu’il a pu évoluer face au but, a démontré qu’il pouvait être bien mieux qu’un simple joker. Lancé, il est inarrêtable en un contre un, comme sur l’ouverture du score d’un Matuidi jamais grâcieux mais qui s’en sort toujours. Le profil du Bavarois est d’autant plus intéressant qu’il compense la faiblesse offensive des latéraux tricolores, terriblement préjudiciable lorsque les attaquants devant eux délaissent leur couloir. Ce n’est pas le cas de Coman, donc, ce qui équilibre un peu mieux les offensives bleues.

 

Autre satisfaction: Dimitri Payet qui a su ouvrir des brèches par ses décrochages et ses déplacements entre les lignes, et soulager techniquement l’entrejeu après la sortie de Paul Pogba. Sans parler, évidemment, de sa qualité de tireur de coups de pied arrêtés, directs comme indirects, atout considérable qui faisait défaut à l’équipe de France il y a encore quelques mois. Superbe passeur décisif avant la pause pour un Giroud rarement trouvé par ailleurs, Paul Pogba a lui eu du mal avec son placement en seconde période, quand Didier Deschamps l’a testé au poste de meneur de jeu d’un 4-2-3-1, seule véritable expérimentation du match.

 

 

Tout n’a pas été parfait”, a concédé Didier Deschamps à l’issue du match, mais pour l’instant, le talent offensif individuel des Bleus suffit à compenser leurs failles défensives. La victoire arrachée par Payet entretient la dynamique qui doit porter les Bleus jusqu’à un Euro réussi comme le bel élan populaire qui les accompagne déjà. On a à la fois hâte que la compétition commence, et on voudrait laisser le temps au staff tricolore de régler ce qui doit l’être. Dix jours, c’est long. Mais c’est court aussi.

 

 

 

 

Les observations en vrac

• Selon Opta, Dimitri Payet est à six coups francs transformés sur vingt-quatre tentés. Soit une incroyable moyenne de 25%... Ses quatre derniers buts toutes compétitions confondues sont d’ailleurs des coups francs directs.

 

• Sachez que, juste avant que le Cameroun revienne à 2-2, Grégory Wimbée était dos tourné à l’écran, en train de gagner une partie de fléchettes endiablée.

 

• On a senti la complicité entre Matuidi et Coman, deux joueurs qui évoluent ensemble au PSG… Ah merde non.

 

• On a une pensée pour Christian Jeanpierre, avec qui nous avons souvent été dur et envers qui TF1 n’a pas été très délicat. Mais diantre, quel saut de qualité dans le commentaire, déjà… Même la question du jeu était mieux posée.

 

 

 

 

Vu du forum

=>> Tonton Danijel – 21h04
Margotton qui annonce d'entrée de jeu que les Camerounais joueront bien en 4-4-2, claquage neurnonal chez les habitués de CJP.

 

=>> Moravcik dans les prés – 21h06
La télé noir et blanc me manque ce soir, ces deux équipements en même temps sur le terrain on dirait une publicité pour Playskool.

 

=>> Moravcik dans les prés – 21h20
Margotton doit en être à 25 statistiques données depuis le début du match, alors qu'il n'a toujours pas parlé de Téléfoot. Qu'est-ce que c'est que ce travail.

 

=>> Freddy – 22h50
Pauvre Dèche, se retrouver à la tête d'une équipe qui doit en mettre 4 pour gagner, ça doit lui faire drôle.

 

=>> Back-T-Oblak – 22h52
Le public de la Beaujoire il doit être déboussolé, il savait pas qu'on avait le droit de tirer les coups-francs direct à cette distance.

 

 

 

Les titres auxquels vous avez échappé

Edgar Salli? Hugo Broos!

Juste Ondoa

Le passage du coup franc à l’Euro

La Zoua de vivre

Adil lapidé

Un Rami qui vous veut du bien

Tu seras bienvenu Chedjou

 

 

 

Partager

> sur le même thème

France-Russie : Danse avec les tsars

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


2018-11-21

Sans peine mais pas sans péno

 L'équipe de France a dominé l'Uruguay dans un match agréable où elle s'est retrouvée, un peu tard. • l'édito • la nalyse • les gars


2018-11-17

Sous la Coupe de Memphis

Punie de ses insuffisances par des Pays-Bas qui ont tout bien fait, l'équipe de France perd la main sur sa Ligue des nations. • l'édito • la nalyse • les observations • les gars • l'action à charge • vu du forum


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

Alexandre Ruiz pointing fingers at things, a collection. https://t.co/GxkD6WxkZ2

Ivan Ergić, footballeur et "dernier marxiste" - https://t.co/YsxXFwAQbH

RT @BilelGhazi: Le message du KVN contre la réforme des coupes européennes #OLSMC @lequipe https://t.co/yguyWRHJuF

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 02h42 - Radek Bejbl : Classicoaujourd'hui à 00h37Viril mais correct des deux côtés, ça joue. Le fait est que je suis... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 02h08 - valdo : jeannolfanclub20/05/2019 à 23h00Et pourtant il y en a eu des déclarations maladroites de joueurs... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 01h40 - Hyoga : Juninho et Cris sont peut-être de gros coups de moule. Cris arrive en effet après une expérience... >>


La L1, saison 2018/2019

aujourd'hui à 01h35 - Redalert : C'est parce que tu m'as vu citer Erasmus ?Aller, je vais même en citer un par ligne.Debec (sa... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 01h30 - Utaka Souley : Un article sur Pep (le vrai :-) sur kiplé explore aujourd'hui, intéressant et plutôt bien fait... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 01h13 - Lucho Gonzealaise : J'ai l'impression que cette histoire de joueurs mauvais qui arrivent à signer dans des clubs de... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 01h04 - Mama, Rama & Papa Yade : Je m’étais permis de taquiner les colocs quand j’avais lu séant « Notre Téji », j’ai... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 01h01 - Redalert : Ben c'est vrai que j'ai pas mis non plus Jinani, Ivanov, Fleurquin ou Loeshbor mais c'est l'Équipe... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 00h57 - Lucho Gonzealaise : Faisons venir Heinze, les tire-au-flanc vont moins faire les malins. >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 00h25 - cocobeloeil : (Pas Lacombe qui est devenu un méchant Lyonnais alors que Pauleta s'est reconverti en gentil... >>


Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)