> article suivant

Anelka, trop bien compris

> article précédent

Revue de stress #118

France-Bulgarie : trois minutes, douche comprise

Hormis l'essentiel, l'équipe de France n'a rien assuré à Sofia. Les circonstances n'ont pas aidé, mais ces trois points n'amoindrissent pas la frustration.

Partager

 

Mieux vaut un match plié à 3e minute qu’un match perdu à la 90e: l'allusion marche aussi bien avec certain vieux souvenir ressassé qu'avec une toute récente défaite en Suède. Trois minutes et trois points, le "piège" est évité, l'essentiel assuré. Mais même ceux qui s'attendaient à un match âpre et peu esthétique ont pu s'affliger de la pauvreté de la rencontre et du jeu français.

 

Premier responsable, techniquement, à la fois de cette précieuse victoire et de cette manière pénible, Didier Deschamps écopera de reproches qui iront jusqu'à lui prêter la volonté de faire mal jouer l'équipe de France. Ce n'était probablement pas son plan, même si l'on retrouve sa patte dans ce résultat, acquis sur un but surprise et conservé essentiellement grâce à une bonne solidité défensive. Le problème étant que les Bleus sont toujours aussi enclins à subitement perdre pied pour offrir des occasions inespérées à leur adversaire, aussi faible soit-il, sans parvenir à tuer une telle rencontre.

 

 

 

 

Cette fois, Deschamps avait pourtant pris le parti d'une certaine audace en titularisant Lacazette et Tolisso en plus de Kylian "à la demande générale" Mbappé. Offensivement et pour l'animation en général, cette expérimentation fut un échec assez complet, seul le quatuor de la défense s'en sortant avec les honneurs. Certes, les conditions n'ont pas favorisé l'expression, entre les absences (Pogba, Dembélé), la pluie, l'agressivité limite des Bulgares, la sortie précoce de Kanté et les longues interruptions pour blessures. Mais elles n'expliquent pas, en plus du manque d'idées des Bleus, leur déchet technique et leurs faillites individuelles.

 

 

 

 

Non seulement les attaquants ont assez mal collaboré, mais ils se sont égarés dans des tentatives en solo qui se sont soldées par des échecs. Non seulement les milieux n'ont pas assuré d'emprise sur l'entrejeu, mais ils ont trop rarement porté le danger devant. Et les enchaînements offensifs réussis, à plus de cinq ou six passes, ont été terriblement rares.

 

L'ultime match de ce groupe A, mardi contre la Biélorussie, ajoute à l'objectif de la victoire celui de renouer avec les meilleurs moments de ce parcours qualificatif plutôt qu'avec la faible copie d'hier soir.

 

 

  

 


Les gars

Le match de Lloris s'est déroulé presque tout entier à la 37e minute. Il cafouille un tir vicieux de Nedelev et exécute une parade salvatrice avant de voir le tir de Slavchev frôler ses montants. Moins pénalisantes, ses relances au pied ont été médiocres.

 

Pour un troisième choix à un poste auquel on fustige la faiblesse des internationaux français, Digne s'en est remarquablement bien sorti. Il a tenté sur son aile et est régulièrement passé. Son centre en semi-retrait est une avant-dernière passe décisive sur le but (3e). Un bon tacle pour finir, histoire de chasser les fantômes.

 

Constat analogue pour Sidibé. À l'aise dans le combat et auteur d'importants retours défensifs, il dégage aussi plusieurs ballons très chauds – ne serait-ce que sur la triple occasion bulgare, quand il prive Manolev d'une reprise à bout portant (37e). Lui aussi a eu le mérite d'un volontarisme dont ses coéquipiers ont été plus avares.

 

Les défenseurs centraux ont mal commencé leur match, en perdant deux ballons dangereux (7e et 8e), avant de se ressaisir complètement. Varane a été impeccable dans le placement, les duels et les compensations, éteignant les velléités adverses au moment du quart d'heure bulgare. Lui comme Umtiti ont cherché des relances utiles – allant jusqu'à passer eux-mêmes la première ligne, voire à se projeter – mais il y avait peu de solutions devant eux. Le Barcelonais a dominé l'espace aérien, comme lorsqu'il nettoie successivement deux ballons de la tête (69e).

 

 

 

 

Sur les fiches du staff bulgare, il était probablement fait état de la nervosité de Tolisso et après une série de taquets, il a paru perdre son sang-froid – la dernière chose à faire dans un tel match. Un bon tir à côté (19e), deux centres sur lesquels Iliev devance Griezmann et Mbappé (14e et 25e), une belle ouverture pour Mbappé (39e) témoignent d'une première mi-temps intéressante. Rien d'aussi notable en seconde.

 

Après un but qui signe son retour après trois absences consécutives, Matuidi a livré un combat intense, mais il n'est parvenu ni à passer ni à casser les lignes. Un joli tir du droit directement en touche (16e).

 

Alors que Kanté avait commencé assez timidement, peinant à trouver des solutions devant lui (hormis Mbappé sur une remontée de balle dans l'axe – 15e), on l'a vite regretté tant Rabiot est mal entré dans son match, au point de délivrer une passe quasi décisive pour Slavchev (37e). Lui non plus n'est pas parvenu à faire ressortir beaucoup de ballons exploitables en attaque.

 

 

 

 

On a d'abord pensé que les inspirations et la vitesse de Mbappé finiraient par être décisives. Il trouvre ainsi une première position de tir (14e). Mais cette fois-là comme la suivante, alors qu'il s'était ouvert une belle fenêtre de frappe (45e+1), il manque d'efficacité. Ses départs en dribles ont aussi essuyé des fins de non-recevoir (29e, 64e, 71e). Il a quand même été de toutes les (rares) combinaisons qui ont fonctionné dans les trente derniers mètres, et il sert Griezmann puis Lacazette sur un plateau (26e et 29e) Mais son match a plutôt été à l'image de cette reprise ratée et en position de hors-jeu (56e).

 

Comme le démontre sa passe décisive pour Matuidi, Griezmann a conservé son sens du jeu dans les intervalles, mais son influence a très vite décliné après sa seule occasion – un tir trop croisé qui aurait pu tuer le match (26e). Il n'a pas trouvé sa place dans un axe très encombré, et n'a su se rendre utile ni sur les côtés, ni en décrochant.

 

Enfin titularisé dans un match à enjeu, Lacazette a souffert, lui aussi. Faute d'espaces et de ballons exploitables, il a été le moins dangereux des attaquants, malgré son ouverture parfaite pour Digne sur l'action du but. Il est repris sur sa seule occasion, malgré le service de Mbappé (29e), et se trompe de passe puis de dribble sur un bon contre (66e).

 

Sans y voir un lien de cause à effet, Payet est entré au moment où les Bleus ont cessé d'attaquer vraiment: c'est dire qu'on l'a peu vu lors de ces vingt minutes. Il ne pouvait en aller autrement pour Giroud, qui a juste eu le temps de montrer que lui aussi pouvait galvauder une action offensive et prendre un carton pour fêter ça.

 

 

 

Le pont au dessus d'une eau trouble

(via @kapweech

 

 

 

 

Vu du forum

=>> McManaman - 20h50
En fait, historiquement, on n'a jamais eu de grands résultats sans un milieu de la Juve. Merci Blaise pour ton transfert.

 

=>> animasana - 20h57
Après les dernières prestations de Kurzawa, je me retrouve à m'enflammer dès qu'un centre de Digne arrive à destination.
=>> matthias - 21h03
Nous au PSG, on en est à se rappeler au bon souvenir de Nicolas Laspalles. J'te jure t'as de la marge.

 

=>> matthias - 21h13
Rien à voir, mais j'espère que le TPI de la Haye s'emparera du dossier sur la pub de bord du terrain "Carlsberg : probably the best beer in the world". Nan parce qu'on a beau vivre dans une société de consommation, y a des limites à l'indécence.

 

=>> michelidalgo - 21h35
Pas d'inquiétude, les gars. La Bulgarie, c'est de l'eau.

 

=>> McManaman - 21h39
Dommage que le collectif soit sorti sur blessure avant la mi-temps.

 

=>> Mevatlav Ekraspeck - 22h03
Ce milieu est un naufrage, le Rabiot de la méduse.

 

=>> Joey Tribbiani - 22h09
Incontestablement l'entrée de Rabiov a fait beaucoup de bien au milieu bulgare.

 

=>> Mevatlav Ekraspeck - 22h13
Oui, ils ont la Bavolev...

 

=>> O Gordinho - 22h17
71e minute: Comme les Lyonnais depuis des années, j'attends toujours l'entrée de Lacazette.

 

=>> Tricky - 22h25
Matuidi m'est assez sympathique, mais tout de même, sur ce match, on croirait un éboueur marseillais. Je marque au bout de trois minutes, et je rentre chez moi.

 

=>> emink - 22h30
Ce gros plan et cette sortie interminable de MBappé, ça m’a rappelé Macron au Louvre, le soir de son élection.

 

=>> Mevatlav Ekraspeck - 22h31
Pas illogique que Zanev se retrouve avec une autoroute devant lui.

 

=>> Coach Potato - 22h32
Quand Giroud est parti vers le poteau de corner, vous y avez pensé aussi?

 

=>> la menace Chantôme - 22h42
Comme quoi, pour marquer dans des angles impossibles, les pieds carrés, ça peut servir. Merci Blaisou !

 

=>> Mevatlav Ekraspeck - 07/10/2017 à 22h56
En tout cas, offensivement, il y en a certains qui, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d'aller regarder s'ils sont à leurs postes.

 

 

 

La compo inattendue

Côté bulgare, l'expression "être capable de jouer à deux postes différents" a été un peu trop prise au pied de la lettre pour Bodurov.

 

 

 

 

Les titres auxquels vous avez échappé

Marche ou Kraev
Russie 2018 : Yaourt n'est plus très longue
Il aura Sofia d'un but
Le chiant de Sofia

 

Le titre est de Robert Murdocq, les TAVAE de OhVertige, Milan de solitude, djay-Guevara et Robert Murdocq.
 

Partager

> sur le même thème

Les grands douchés du Luxembourg

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Jérôme Latta
2020-07-29

Revoir Guadalajara

Une Balle dans le pied – Qu’est-ce qui fait le mythe d’un match comme France-Brésil 1986, faut-il sortir de la légende du football une rencontre qui y est entrée, que peut-il en rester ?

 


Mevatlav Ekraspeck
2020-06-11

1986-1990 : les années noires des Bleus

[Épisode 1/3] Quand l'ère Platini s'achève, l'équipe de France plonge dans un tunnel de quatre années ratées. De nombreux joueurs y laisseront leur peau d'internationaux. 


Mevatlav Ekraspeck
2020-06-11

1986-1990 : années noires, losers bleus

[Épisode 2/3] Trop tendres, éphémères ou poissards, ils ont eu leur(mal)chance en équipe de France au mauvais moment. Et ils ne sont pas ressortis de la lessiveuse. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Le forum

CdF Omnisport

aujourd'hui à 13h53 - narcoleps : Cela dit, avec une clavicule petée, il y avait peu de risques de le revoir courir rapidement... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 13h41 - AKK, rends tes sets : Pour l’instant oui. Les 30 millions sont une estimation prenant en compte le bonus de l’UEFA... >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 12h56 - Radek Bejbl : L'avoir fait si proprement face à un tel adversaire joue forcément beaucoup, mais il y a... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 12h50 - Le déjeuner sur Hleb : L'indice sur le titre en 98 était très vicieux. Mais la coïncidence champion d'entrée / en... >>


Le Ch'ti forum

aujourd'hui à 11h34 - Bof : Le club fait l'objet de railleries sur les résozozios après avoir teasé une vidéo mettant en... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 11h26 - Bof : Karl Tocard ÉconduitJoseph désire un job >>


Paris est magique

aujourd'hui à 10h50 - contact : Il y a 29 ans, Valdo nous rejoignait. >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 10h44 - Schpatz : [MotoGP]Les pilotes sont particulièrement mécontents de l'état de la piste de Brno. Elle est... >>


EAG, les paysans sont de retour

aujourd'hui à 09h48 - Joswiak bat le SCO : @positive vibes:Depuis son arrivée, Gravelaine aspire à dégager Didot en qui il n'a pas... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 06h41 - khwezi : @Atli: je précise que mes stratégies contre le London sont très librement inspirées de parties... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)