auteur
Jean-Patrick Sacdefiel

Du même auteur

Femmes à balles

Le foot féminin, handisport le plus populaire de France? Le consensus mou né de la Coupe du monde a ulcéré Jean-Patrick Sacdefiel.
Partager
Juillet aura été un mois humide. D'un bout à l'autre du spectre de la presse footballistique, des crypto-réacs aux pseudo-gauchos, de France Football aux Cahiers du football, les grandes âmes ont trempé leur bonne conscience dans une écœurante unanimité, toutes émoustillées de se trouver si larges d'esprit, à s'amouracher ainsi du football féminin. Il faut bien que l'amour rende aveugle – ou alors ces mamelles malencontreusement compressées par des soutiens-gorge Gibaud – pour s'exciter sur un spectacle qui dégalvaude l'expression "parodie de football". Quelle pudeur de la part de tous, pour ne pas constater l'échec de ces malheureuses jeunes filles, inaptes à produire quelque chose qui ressemble de loin à ce sport en dépit de leurs efforts, qu'il faut bien reconnaître même si le résultat s'apparente à une séance de médecine-ball dans un centre de rééducation des accidentés de la route. Jamais discipline handisport n'avait connu pareil engouement.

jps_football_feminin.jpg

En regardant les matches – comme on regarde un documentaire animalier: en désespoir de cause ou pour se donner l'illusion d'apprendre quelque chose – sur l'une ou l'autre des sous-chaînes de télévision ayant acquis les droits au prix de la saison 6 de Shérif, fais-moi peur, même après avoir coupé le son j'entendais l'écho des braillements d'Alexandre Delperrier et des admirations bêlantes de Jean-Luc Arribart (qui a accompli l'exploit d'abaisser ses analyses tactiques au niveau du jeu proposé). On a ainsi découvert chez les éditocrates sportifs un nombre considérable de nostalgiques de l'époque où ils tenaient l'élastique des filles à la récréation. J'ai compris qu'ils avaient tous basculé dans la folie (ou la fumisterie la plus achevée) lorsque je les ai entendus trouver Hope Solo jolie. Les goûts en matière de femmes sont devenus aussi grossiers qu'en matière de maillots: des traits épais, des couleurs criardes, des silhouettes empesées.

Je veux bien paraître d'un autre âge en affirmant qu'il y a des sports d'hommes et des sports de femmes, et que le football fait partie des premiers. La frontière ne devrait jamais être franchie, ni dans un sens ni dans l'autre – que l'on pense au désastre esthétique global qu'a engendré le patinage artistique masculin. Suffit-il donc, pour assurer le spectacle et ravir les gogos, de mettre des gardiens de but de la taille de Jérémie Janot avec la détente verticale de Pierre Ménès et la technique de mains d'Abdelatif Benazzi? J'ai ouï dire que les statisticiens de la FIFA avaient connu le bug de l'an 2000 en comptabilisant un nombre incommensurable de passes ratées lors de Corée-Colombie. Tout juste concéderai-je un certain faible pour Gaëtane Thiney, qui perd les ballons avec une élégance toute djorkaevienne. Mais quelle immense mascarade régressive que cette célébration consensuelle! Après les femmes de footballeurs, il fallait atteindre un nouveau degré d'avilissement médiatique. Avec les footballeurs femmes, c'est chose faite.

Le concours de pâmoison a abouti à une conclusion logique: quiconque ne s'ébaudissait pas devant les entrechats de ces dames s'est vu qualifier d'archéo-sexiste – du genre à trouver naturel de culbuter une soubrette se présentant imprudemment au moment de votre auguste sortie de douche. Un soir, seul chez moi cela va sans dire, déplorant à haute voix une sixième perte de balle en moins de trente secondes, j'ai même craint de voir débarquer Clémentine Autain ou une quelconque chienne de garde de la nouvelle gynocratie, venue verbaliser mon entorse à la doxa. Mais tant pis si je dois encore souffrir de rêves de castration, et qu'on m'exécute pour avoir dit la vérité, comme l'a chanté l'immense Guy Béart: le foot féminin est au football ce qu'Intervilles est aux Jeux olympiques.

Du même auteur :
Ronaldo Maccione
Le Martyre de Saint-Valentin
Comment dit-on footix en rugby ?
En OL de boudin
RLD était pipé
Panne décence
Sans cérémonie
Le sous-marin bleu
Miss monde
Honte aux Bleus
Partager

> sur le même thème

Un printemps en juillet

> du même auteur

RLD était pipé

Le football féminin


CHR$
2018-12-06

Six mois

Ni buts ni soumises – Le plateau de la Coupe du monde est désormais connu et il ne comporte pas de surprise, à part peut-être la Jamaïque. Mais il ne manquera personne. Place désormais au tirage au sort


CHR$
2018-11-15

Sept mois

Ni buts ni soumises – Les Bleues terminent l’année sur une victoire convaincante contre le Brésil, la septième d’affilée cette année, dans un système à trois défenseuses déjà vu contre l’Australie qui élargit leur palette tactique.


CHR$
2018-10-18

Huit mois

Ni buts si soumises – À l'approche du Mondial, la sélectionneuse de l’équipe de France a profité des matches du mois d’octobre pour tester de nouveaux systèmes de jeu. L'objectif: s’offrir des possibilités tactiques et de sortir ses joueuses de leur zone de confort.


>> tous les épisodes du thème "Le football féminin"

Sur le fil

RT @LaurentFavre: Cette finale à Madrid fut, pour tous les Argentins d'Espagne, une douloureuse aubaine. @FlorentTorchut pour @letemps http…

RT @JeuneGuillou: L’enquête sur le trucage supposé du match PSG-Etoile rouge de Belgrade est au point mort. Le club serbe a déposé une plai…

Pour Raheem Sterling, les "différences de traitement" par les médias, selon que l’on soit blanc ou noir, conduisent… https://t.co/9VQNQ85LNb

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Happy Neuer

Neuer : 'Finir l'année sur une bonne note'." (lequipe.fr)
Et en avant la Munich !

Malcolm Leaks

"Quand Malcolm enfile le maillot de l'OM." (lequipe.fr)

Emile Louis-II

"Les ‘combines’ de Monaco pour attirer les joueurs mineurs." (lequipe.fr)

Je crois keupon

"Laurent Blanc n'a esquivé aucun sujet. Même ceux qui fâchent..." (lequipe.fr)

Michel derche accueillant

"C'est devenu Montpellier Eros." (France Football)