> déconnerie

France liste

> article précédent

La Gazette du Mondial, numéro 6

> article précédent

Nouveau départ

F comme "Facile pour l'Argentine"?

En battant le Nigeria, l'Argentine a marqué son territoire et confirmé son statut de favori, assurant un bon départ dans ce fameux groupe F où l'Angleterre a marqué le pas. Les Suédois ne sont pas là pour tenir la chandelle. Premières impressions sur les forces en présence…
Partager
ARGENTINE-NIGERIA : 1-0
Les premiers jours d’une Coupe du monde sont toujours l’occasion d’évaluer les forces en présence, en particulier chez les favoris. S’ils étaient devant leur télé, les adversaires de l’équipe d’Argentine ont pu s’apercevoir que la réputation des Sud-américains n’était en rien usurpée.
Malgré un score étriqué, la performance des hommes de Bielsa est pour le moins impressionnante: dans une rencontre de très haut niveau, ceux-ci ont développé un jeu d’une grande vivacité, alliant à leur aisance technique un très gros pressing. Finalement placé en pointe de l’attaque aux dépens de Crespo, Batistuta a bénéficié du gros travail d’Ortega, particulièrement actif à droite. Le jeu a d’ailleurs eu tendance à s’orienter sur ce côté, Sorin et Claudio Lopez ayant été moins tranchants et disponibles sur l’autre.

Les Argentins ont été particulièrement efficaces au plan de l’organisation défensive. Le petit Ogbeche s'est senti bien seul face à son coéquipier Pochettino, posté comme à l’accoutumée à droite de Samuel (dans l’axe), Placente prenant le côté gauche. Si le jeune attaquant parisien n’a pas démérité par ses prises de balle, il n’a pas pu frapper une seule fois au but, et c’est d’ailleurs l’ensemble de la section offensive des Super Eagles qui a semblé étouffée par Veron et ses coéquipiers — malgré quelques missiles d'Okocha.
Comme souvent dans ce genre de match outrageusement dominé par une formation, c’est le gardien adverse qui s’est le plus illustré, malgré une unique sortie hasardeuse sur corner qui permet à Batistuta d’inscrire un nouveau but en Coupe du monde. Sur l’ensemble du match, la formation nigériane, face à une opposition haut de gamme et avec une balance des occasions très défavorable, ne s’en sort peut-être pas si mal (surtout dans l'optique d'un arbitrage final de la qualification par le goal average)…

Le but
Sur un corner rentrant au deuxième poteau, Batistuta profite de la passivité de l’ensemble de la défense et de ses propres coéquipiers pour s’élever plus haut que tout le monde et placer une tête croisée dans un angle très fermé, que West ne fait que toucher sans pouvoir la repousser…

La phase de jeu
Juste après le quart d'heure de jeu, une séquence en première intention entre les milieux argentins (dont Veron) permet à Batistuta de bénéficier d’un bon ballon. Le goleador effectue un long contrôle qui élimine le défenseur, mais pas le gardien, bien sorti à sa rencontre.

L’homme du match
Shorumnu, gardien Nigérian irréprochable sur sa ligne, qui a détourné un nombre incalculable de ballons sur des frappes de Batistuta principalement (dans le jeu et sur coups francs), ou de belles reprises, comme celle de Sorin en seconde période (consécutive à un bel amorti de la poitrine).


Bréviaire

miracle
Qui aurait pu prévoir qu’on verrait quatre joueurs de l’OM et du PSG dans un match de Coupe du monde de ce niveau ?

fluo
Le Nigeria invente le maillot de sélection à la mode Borussia.

sous-Roland
Philippe Houy : "Un petit chef-d’œuvre d’arbitrage de Monsieur Veissière". Si la France est éliminée prématurément, on sait déjà ou se logeront les débris du chauvinisme des commentateurs.


ANGLETERRE-SUÈDE : 1-1
L'Angleterre n'a qu'à moitié réussi son entrée en jeu, et ce nul, dans un groupe aussi ardu, sonne déjà comme une menace. L'équipe d'Ericksson, avec une configuration à trois milieux offensifs (Heskey-Scholes-Beckham) et deux attaquants (Owen-Vessel), a d'abord montré beaucoup de qualités en première période, mais à elle a décliné en même temps que le physique de Beckham, encore à court de compétition (et sorti à l'heure de jeu). La défense avait pourtant donné quelques assurances, et une volonté affirmée poussait les Blancs vers l'avant. Cole et Vassel virevoltaient, Hargreaves et Scholes tenaient la baraque, Beckham et Heskey faisaient la différence sur leurs ailes respectives. Le Mancunien parvenait alors logiquement à déposer un corner sur la solide tête de Campbell, qui ne cracha pas dans la soupe.

Mais la confiance s'effrita en seconde période, à mesure que les Nordiques se mettaient à construire un jeu un peu plus sophistiqué, posant des problèmes croissants à leurs adversaires. Heskey sembla alors en exil le long de la ligne, Owen s'épuisait en vain sans parvenir à se retourner vers le but et le milieu suédois prenait très clairement le dessus. Une approximation défensive de Mills (Dixon a un héritier) permettait alors à Alexandersson de ramener les deux équipes à égalité. Ses coéquipiers auraient ensuite pu faire le break si Lucic, Linderoth ou Larsson avaient remporté leurs duels face à Seaman.

Le destin de l'Angleterre reste donc aléatoire, tout comme son réel niveau. Les Suédois ne sont comme prévu pas disposés à jouer les figurants. Exempts de la pression des favoris, ils ont déjà montré qu'ils pouvaient s'enhardir…

Partager

> sur le même thème

Avant-match : Suède Angleterre

La Coupe du monde 2002


2010-06-11

10 raisons de ne pas gagner la Coupe du monde

Soyons lucides: il va falloir se préparer à cette éventualité. Alors autant voir déjà le bon côté de la chose.


Etienne Melvec
2002-10-21

Une inquiétante Coupe du monde

Le volet technique et tactique du rapport de la FIFA produit beaucoup de banalités, dont émergent pourtant des indices très significatifs de l'évolution du jeu: sens des buts, tendances tactiques, évolutions des rôles.... Et à l'arrivée, difficile de nier que la qualité du jeu a été très décevante.


Julie Grémillon
2002-10-21

L'organisation était presque parfaite

La FIFA a publié son rapport sur le Mondial 2002, sécuritaire et parfaitement organisé, complète réussite pour les pays hôtes et les acteurs économiques. Le tableau presque idyllique d'un sport sans dopage, qui ravit les sponsors, mais dans lequel les journalistes sèchent les matches et les joueurs sont en pièces détachées…


>> tous les épisodes du thème "La Coupe du monde 2002"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)