auteurs
Matthias Cunha et Mathieu Garnier

> article suivant

[JDD #7] Irrésistibles

> article précédent

Emil ou tintin pour l’Amérique

> article précédent

La Gazette de la L1 : 13e journée

L’Euro dans tous ses États

L'UEFA veut organiser l'Euro 2020 à travers toute l'Europe... Proposons une jolie variante: les Euros des grandes régions du continent. Neuf projets sur une carte interactive.

Partager

 

Il y a un peu moins d’un an, le Comité exécutif de l’UEFA annonçait, à la surprise générale, que l’organisation de la phase finale de l’Euro 2020 ne serait pas confiée à un ou deux pays comme à l’accoutumée, mais que celle-ci se déroulerait à travers toute l’Europe. Une initiative séduisante à première vue, bien que les motivations cet "Euro pour l’Europe" soient largement politiques, Michel Platini nous ayant habitués à sa conception de l’élargissement comme élargissement de sa base électorale: ce fut le cas avec le passage de l’Euro à vingt-quatre équipes et sa réforme de la coupe d’Europe, cela l’est encore avec sa récente proposition de Coupe du monde à quarante.

 

Plutôt qu’un éclair d’inventivité ayant traversé la salle de réunion du Comité, il semble justement que la genèse de cette idée soit, au moins en partie, à chercher dans cette expansion de la phase finale: une façon habile de rattraper une décision mal pensée, comme on peut le deviner dans ces propos de Gianni Infantino, le secrétaire général de l’UEFA: "Évidemment, le fait que la phase finale de l'Euro mette désormais en lice vingt-quatre équipes au lieu de seize impose des contraintes supplémentaires pour les pays candidats. Pour de nombreux pays, il devient de plus en plus difficile de postuler en raison des exigences de plus en plus élevées." Ce n’est pas le Portugal où la Grèce qui diront le contraire (lire "Le Portugal pas encore sorti de l'Euro").

 

 

Un "Euro pour l’Europe" ?

Mais ne boudons pas notre plaisir. En ces temps de montée des nationalismes où le pointage du doigt d’un pays par un autre est le quotidien des instances bruxelloises, un événement sportif de grande ampleur à même de mettre en valeur un sentiment pro-européen peut être salué, voire encouragé.


Cependant, plusieurs défis seront à relever pour les organisateurs et les participants (équipes comme supporters) à cet Euro trans-européen, et notamment la gestion des transports. Les treize sites qui accueilleront les différentes rencontres ne sont pas encore choisis, mais on peut supposer qu’une équipe qui ira loin dans la compétition rencontrera forcément, à un moment ou à un autre, le problème de la distance. Là où traditionnellement les sélections posaient leurs valises dans un ou deux lieux durant tout le tournoi, les intendants et autres responsables de la logistique vont avoir du travail sur un Euro s’étalant potentiellement de Moscou à Lisbonne. Et l’on imagine également sans mal la quasi-impossibilité pour un supporter lambda de suivre son équipe sur toute la durée du tournoi.


Un autre écueil concerne, justement, le choix des sites. Pour en faire un Euro "de l'unité et du partage d'expériences" (selon le communiqué de l’UEFA), il serait dommageable que la sélection se borne à prendre le plus grand stade disponible dans chacun des pays représentants les treize fédérations les plus influentes au sein de l’UEFA. Chaque rencontre serait alors l’occasion d’un défilé d’apparatchiks locaux, ce qui semble peu propice à la réussite de la "grande fête dans toute l’Europe" souhaitée initialement. Malheureusement, cela est à craindre.



Des Euros en Europe !

Une alternative serait alors une organisation intermédiaire, un Euro se déroulant dans plusieurs pays mais dans une zone géographique restreinte, qui inclurait un continuum culturel et faciliterait les transports des équipes comme des supporters. Un Euro qui rappellerait qu’avant d’être un regroupement d’États essayant tant bien que mal de cohabiter ensemble, l’Europe est avant tout un continent avec ses fleuves, ses montagnes, ses rivages, qui furent jadis propices à la circulation des hommes et des idées. Financièrement plus souple à gérer pour les villes et collectivités qu’un Euro dans un seul pays, cela aurait de plus un vrai intérêt en terme de tourisme et pourrait même, peut-être, un petit peu, créer un quelque chose se rapprochant d’une "européanitude" (terme non contractuel) parmi les populations concernées.


Dans cette optique, en regardant simplement une carte de l’Europe, six grands espaces se dégagent alors d’eux-mêmes : bassin méditerranéen, façade Atlantique, mer du Nord et Baltique, vallées du Rhin et du Danube, chaîne des Alpes, mer Noire et Caucase. En assouplissant les critères de capacité des stades (lire ci-dessous), nous avons défini neuf Euros (pour le détail des villes et des stades, voir aussi, plus bas, la carte interactive).

 


 


La question se pose de savoir si, en termes de sites d’organisation, ces espaces contiennent assez de stades satisfaisant aux critères de l’UEFA. Petit rappel, pour l’Euro 2020 ils sont ceux-ci: "La capacité minimum nette requise sera de 70.000 places pour les demi-finales et la finale, 60.000 pour les quarts de finale, 50.000 pour les 8es de finale et les matches de groupes. Et afin d’ouvrir le plus des possibilités d’organisation pour un plus grand nombre de pays et de villes, deux exceptions seront accordées pour les stades d’une capacité minimale nette de 30.000 places, pour les matches de groupes et les 8es de finale."


Ces contraintes sont les plus exigeantes jamais définies pour un Euro, et rédhibitoires pour tout autre compétition qu’un Euro organisé à travers tout le continent. À titre de comparaison, l’Euro 2016 sera organisé sur seulement dix stades, dont cinq ont une capacité inférieure à 45.000 places. En  partant du principe qu’avec un Euro à 24 le nombre de “petites” équipes va augmenter, et qu’il n’est alors pas nécessaire de n’avoir que des enceintes géantes, il suffit donc d’assouplir légèrement ces critères et l’on peut dresser pour chaque espace concerné une liste de dix stades tout à fait adéquats pour organiser jusqu’à neuf “Euros EN Europe”.



Carte interactive

Voici donc nos neuf Euros trans-européens, et deux Euros bonus pour prendre le parti inverse, celui d'un championnat d'Europe dans une seule ville: ceux du Great London et du Grand Paris.
Texte Matthias Cunha, webmap réalisée par Mathieu Garnier (@matamix).


[cliquez sur l'image pour afficher l’infographie]

 

 

 

Partager
>> dernière réaction : «Hum.» / 15/11/2013 à 17h58
>> voir les 16 réactions

> sur le même thème

L'Euro, éparpillé façon puzzle

Infographies


Steeven Devos
2015-02-09

La "recrue type" de Brendan Rodgers à Liverpool

Infographies – "Je suis espagnole, j’ai été recrutée dans un club anglais, je coûte environ 11 millions d'euros, je compte 40 sélections avec la Roja et 34 matches de Premier League. J’ai 23 ans, mesure 1m79 pour 74kg et j’ai disputé 13 matches européens. Je suis, je suis?"


Mathieu Garnier
2015-01-07

Le foot au berceau

Infographies – En France on n’a pas de pétrole mais on a des footballeurs. Où se trouvent les gisements de ce trésor national qui fait le bonheur des clubs du pays et du vieux continent ? Revue d’effectif des maternités où naissent nos joueurs. 


Mathieu Garnier
2014-11-12

12.000 footballeurs sous la toise et sur la balance

Infographies – Que pèsent et que mesurent les footballeurs de 21 championnats européens? Réponses en images, par pays, par poste et pour chaque club de Ligue 1…


>> tous les épisodes de la série "Infographies"

Sur le fil

Cruel Sommer.

RT @CoupFrancMLS: @cahiersdufoot Astuce (pour les supporters en tribune) qui marche : compter tout haut les secondes. Je l'ai vu faire dans…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Toujours Bleus

aujourd'hui à 01h37 - Milan de solitude : J'avais confiance dans l'équipe de 2006, car elle était pleine d'expérience, de métier et de... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 01h17 - Moravcik dans les prés : Cette discussion me fait penser à un dialogue de Minority Report, qu'on pourrait adapter pour... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe E

aujourd'hui à 01h15 - le_merlu_frisé : Espinas > Je ne suis plus trop le foot suisse comme je le faisais avant. C'est vraiment le néant... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 01h03 - vert75 : l'autre sujet pénible ce soir, syndrome Anelka-Raymond sur nos journalistes, c'est l'effort... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 00h30 - impoli gone : Koepka fait donc le doublé 17/18 devant Fleetwood.Et le vainqueur est à +1.Le parcours gagne. >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h15 - Espinas : Lloris, Umtiti, Tolisso et Fékir ont gagné malgré la boulette de Sam23, Lovren aussi.Voili voilou >>


World Cup, the road to Doha

17/06/2018 à 23h47 - fabraf : Ou faire jouer Messi, Neymar et Griezmann contre l’Islande. Et faire rentrer Bale pour le fun à... >>


L'empire d'essence

17/06/2018 à 23h35 - Roy compte tout et Alain paie rien : Quand tu as une seule safety car sur un circuit comme Le Mans, pour peu qu'elle sorte entre le 1er... >>


Scapulaire conditionné

17/06/2018 à 23h18 - Yul rit cramé : C'est'pour ça qu'il n'est plus défenseur alors ?Je croyais qu'on était juste passé à côté de... >>


Les CdF : cahiers de doléances

17/06/2018 à 22h41 - PCarnehan : fireflyonthewater.Un article engagé, un seul, dans un océan de louanges, et d'injonctions à... >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)