auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

[JDD #7] Irrésistibles

> article précédent

Trois arrêts pour un titre

> article précédent

Le Diaporama de Noël

Eder 2016, comme un papillon de nuit

Un jour, un but – Le 10 juillet 2016 au Stade de France, la frappe de l'attaquant portugais Eder fait mouche et brise le rêve d'un troisième sacre européen pour l'équipe de France.

Partager

 

Eder reçoit la passe de Joao Moutinho à une trentaine de mètres de la cage française. L'attaquant portugais se bat avec Laurent Koscielny et doit se déporter dans l'axe. Le libéro français lâche son effort et son coéquipier Samuel Umtiti reste à distance sans intervenir. Alors Eder, esseulé, tente sa chance. Sa frappe du pied droit surprend Hugo Lloris, qui plonge avec un léger retard. Le gardien français ne peut détourner la course du ballon et le voit fuser au pied de son poteau droit puis rouler dans ses filets. À onze minutes de la fin des prolongations, ce 10 juillet 2016, le Portugal mène 1-0 en finale du championnat d'Europe.

 

 

 

Un soupçon de réussite

La France du foot vient de se prendre une gifle. Elle qui somnolait quelque peu, attendant le but français que son esprit avait programmé, est prise d'une soudaine inquiétude. Les hommes de Didier Deschamps ont dominé une grande partie du match, mais sans réussite. Il y a bien eu quelques éclairs d'Antoine Griezmann, le meilleur buteur du tournoi, quelques percées spectaculaires de Moussa Sissoko, ou encore cette ultime occasion d'André-Pierre Gignac qui trouve le poteau dans les dernières secondes du temps réglementaire. Mais pas de but.

 

Tout semblait pourtant avoir été mis en place pour un triomphe de cette équipe de France de 2016, sans doute pas aussi solide que ses devancières de 1984 ou 2000, mais finalement bien présente pour conquérir le trophée. Sortie d'un premier tour poussif grâce aux exploits individuels de ses attaquants, elle s'est lancée dans les phases éliminatoires épiques avec un Antoine Griezmann retrouvé et ce soupçon de réussite qui accompagne les grandes équipes vers la victoire. Une réussite qui semblait poursuivre son œuvre ce 10 juillet lorsqu'après vingt minutes de jeu, le Portugal se retrouva amputé de son meilleur joueur, le multiple Ballon d'Or Cristiano Ronaldo, contraint de sortir le genou en compote suite à un choc avec Dimitri Payet.

 

 

Un parcours sans convaincre

Du coup, le Portugal joua longtemps sans se créer de véritable occasion. À l'image de son parcours, où l'on critiqua beaucoup la qualité de son jeu. Les hommes de Fernando Santos franchissent le premier tour sans remporter la moindre rencontre (trois matches nuls) mais en bénéficiant de la règle fumeuse des meilleurs troisièmes. Ensuite, les Lusitaniens provoquent une petite surprise en éliminant la Croatie en huitième de finale. Puis c'est la Pologne, battue aux tirs au but, et enfin, le Pays de Galles, dans un choc des "sans-grades" en demi-finale.

 

Les Portugais sont donc loin d'être favoris de cette finale, d'autant qu'ils affrontent l'équipe hôte du tournoi. Mais depuis 2004, ils sont bien placés pour savoir qu'un pays organisateur a beau être favori d'une finale, il lui arrive de ne pas lever le trophée.

 

 

Pour faire le nombre

Ederzito António Macedo Lopes dit Eder est entré en finale à dix minutes de la fin du temps réglementaire. Avant cela, durant cet Euro, l'avant-centre prêté par Swansea au LOSC n'avait joué que cinq minutes, lors du premier match contre l'Islande. À vrai dire, Fernando Santos, le sélectionneur portugais, ne comptait pas trop sur lui. Il l'avait couché sur sa liste des vingt-trois faute d'avoir trouvé un avant-centre véritablement convaincant.

 

C'est un peu par hasard, et sous la contrainte imposée par la sortie de Cristiano Ronaldo, que le sélectionneur portugais va réaliser un coaching gagnant. Dès que Eder foule la pelouse du Stade de France, le Portugal devient plus offensif et se procure des occasions. Le Bissau-Guinéen impose sa masse athlétique sur l'arrière-garde française et manque bien d'être décisif dans la première prolongation, lorsqu'il cadre une reprise de la tête repoussée par Lloris. Quatre minutes plus tard, son tir ne manquera cette fois pas sa cible.

 

 

Partager

> sur le même thème

Le meilleur mois de leur vie

> Dossier

L'Euro 2016

Un jour, un but


Richard N
2018-06-12

Dugarry 1998, mauvaise langue

Un jour un but – Le 12 juin 1998 à Marseille, c’est Christophe Dugarry qui marque le premier but de l’équipe de France lors de sa Coupe du monde.


Christophe Zemmour et Richard N
2018-05-26

Kennedy 1981, la passe de trois

Un jour un but – Le 27 mai 1981 au Parc des Princes, un but de son arrière latéral Alan Kennedy permet au Liverpool FC de conquérir sa troisième Coupe des Clubs champions aux dépens du Real Madrid.


Richard N et Christophe Zemmour
2018-05-15

Boli 1993, la tête à Basile

Un jour un but – Il y a bientôt vingt-cinq ans, l’Olympique de Marseille s’en était allé conquérir la première coupe d’Europe du football français. Un coup de tête de Basile Boli fit chavirer Marseille et basculer l’Hexagone dans le camp des vainqueurs.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

Cruel Sommer.

RT @CoupFrancMLS: @cahiersdufoot Astuce (pour les supporters en tribune) qui marche : compter tout haut les secondes. Je l'ai vu faire dans…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Toujours Bleus

aujourd'hui à 23h51 - Espinas : Enfin, le Mexique (en 1/8e à chaque CdM depuis 1998), la Suisse (en 1/8e 2014 et euro 2016) ou... >>


World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 23h47 - fabraf : Ou faire jouer Messi, Neymar et Griezmann contre l’Islande. Et faire rentrer Bale pour le fun à... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe E

aujourd'hui à 23h42 - PCarnehan : Charterhouse11aujourd'hui à 22h34----------Oui, contre l'Espagne, en match de préparation, la... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 23h36 - Moravcik dans les prés : Je plussune évidemment Jamel, Mathoux ne semble pas se rendre compte que sa remarque est en fait... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 23h35 - Roy compte tout et Alain paie rien : Quand tu as une seule safety car sur un circuit comme Le Mans, pour peu qu'elle sorte entre le 1er... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 23h18 - Yul rit cramé : C'est'pour ça qu'il n'est plus défenseur alors ?Je croyais qu'on était juste passé à côté de... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 23h01 - impoli gone : Fleetwood, lui, est bien au chaud, tranquille, au club house. Et il attend. >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 22h41 - PCarnehan : fireflyonthewater.Un article engagé, un seul, dans un océan de louanges, et d'injonctions à... >>


La vie et l'avis des coaches

aujourd'hui à 22h25 - fabraf : Runaujourd'hui à 16h00Tu as un lien d’une interview ? >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 21h44 - forezjohn : Logique si on te dit pas de laisser tu tentes forcément de la dévier de la main dans ta surface. >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)