auteur
Xavier Monnier

Du même auteur

> article précédent

Une dernière pour la route

> article précédent

Vol à l'étalage

Dossiers noirs du PSG: la justice zappe Canal

Invité: Bakchich – Le réquisitoire du parquet sur les salaires et transferts frauduleux du PSG sont sévères. Étrangement, son actionnaire principal est épargné...
Partager
gg_bak_psgcanal2.jpgLe mot de l'auteur. Trois ans après son épique création, entre toilettes qui fuyaient et néons violets, Bakchich.info débarque en kiosques. Avec un mauvais esprit intact et une volonté d'informer et d'enquêter aussi pressante que présente. Au bout de trois années, c'est pas qu'on s'ennuyait, mais on se disait qu'il fallait un peu innover. Alors devenir le premier site d'info à sortir un hebdo, ça avait de la gueule. D'autant que le monde entier – ou du moins celui de Saint Germain des Prés – a décidé de la mort du papier. Au moins une bonne raison de s'installer chez le kiosquier.
Et puis, pas de doute, ça en a surpris plus d'un, de voir naître si vite notre bébé. Décidé en juillet, maquetté en août et fignolé pour le 23 septembre, date de la sortie de notre hebdo n°1. 20 pages confites de dessins, dégoulinantes d'infos, suintant le mauvais esprit. Et ouvertes à la critique. Autant d'éléments qu'adorent les lecteurs des Cahiers.

logo_bakchich.jpg


Deux cent vingt pages de jolis tableaux, des organigrammes à n'en plus finir et un empilement de noms. Pas de doute, le parquet a bossé avant de rendre, le 4 septembre dernier, son réquisitoire définitif dans l’instruction des transferts frauduleux du PSG entre 1998 et 2003. Du faux et de l'usage de faux, de l'exercice illégal d'agent de joueur, des dissimulations de salaires et des transferts surévalués. Et le renvoi en correctionnelle de dix-sept personnes mises en examen préconisé. "Du travail de moine copiste", commente même un avocat d’une des parties.
 
Sans rature... mais pas sans oubli. Ainsi Sport+, filiale controversée de Canal+, le PSG l’était aussi à l’époque, n'est quasiment pas citée dans le réquisitoire du parquet. Curieux. Deux petites pages seulement dans le document que Bakchich s'est procuré. Sport+ fut fondé après "une réunion, à l'initiative de Pierre Lescure [à l’époque patron de la chaîne cryptée, NDLR] (…), portant sur le recrutement de ce joueur [la star brésilienne Ronaldinho] via Sport+ et l'exploitation des droits à l'image du joueur", lit-on dans le réquisitoire. Une boîte sous contrôle d’un directoire où l’on retrouve, outre Pierre Lescure, le gratin de Canal: Bruno Thibaudeau, Denis Olivennes et Laurent Perpère.


Sport+ et Nike, sociétés amies
Transferts de joueurs et droits sportifs, donc. C’est ce qu’on appelle un mélange des genres. D'autant que l’affectation desdits droits semble un brin suspecte. Selon Jérôme Valcke, alors directeur exécutif de Sport+, les clubs s'étaient servi de ces droits "pour financer une partie des salaires ou des transferts en les défiscalisant". Plus précisément, les clubs ont fait disparaître "ces charges de salaire en faisant prendre en compte tout ou partie des droits d'images par une tierce partie qui pouvait être soit un partenaire commercial du club, soit une société ad hoc", a aimablement  raconté Valcke, auditionné le 16 mai 2005.. Bref, des salaires déguisés via des sociétés amies, à l'instar de Sport+…ou de Nike France, "qui achetait les droits à Sport+".
En somme, la filiale de Canal a servi à gonfler les salaires des joueurs et à les défiscaliser, sans que le parquet trouve à y redire... Alors que ce sont les motifs avancés pour renvoyer en correctionnelle la plupart des mis en examen. Notamment les sociétés PSG et Nike, ou les anciens présidents du club parisien Francis Graille et Laurent Perpère!

gg_bak_psgcanal.jpg


Tapie et Dill, un aller-retour
L'autre charrette de mis en examen est pleine d'agents de joueurs, soupçonnés peu ou prou des mêmes délits. Sans grands noms français. Ou de pseudo agents, accusés, ô hérésie, d'exercice illégal de la profession… Une petite entorse à la loi à laquelle a également goûté Sport+. Notamment à l'occasion du rocambolesque transfert de Dill.
On est à l’été 2001. Acheté au Brésil via deux sociétés amies, puis revendu à l'OM où Tapie a fait son come-back, le joueur est fissa retransféré vers le Servette de Genève. Le tout en moins d'un mois. Et sans bénéfice. Sport+ "a mis en place une chaîne de faux documents afin de vendre Dill à l’OM puis de le transférer au Servette", jugent les enquêteurs de la brigade financière qui ont traité le dossier. Ils se sont tout de même demandé pourquoi Sport+ avait accepté de récupérer et de revendre le joueur aussi vite, pour le même prix soit 4,116 millions d'euros.

L’histoire est en fait assez  simple. L’OM réalise très vite que Dill était une "chèvre". Et veut qu’on lui reprenne. Tapie a des arguments convaincants. Il a "mis en garde Canal+ sur la publicité qu’il pourrait faire dans les médias sur le rôle de Sport+ dans le transfert" a expliqué Jérôme Valcke.
L’argument, relayé "par une note manuscrite de Valcke à Lescure", a fait mouche. Mais n'a pas convaincu le parquet. Reste à le tester sur le juge Van Ruymbeke, en charge du dossier et ultime décisionnaire sur le choix des personnes à renvoyer au procès. Une occasion en or de faire mentir les mauvaises langues qui l'ont affublé du sympathique sobriquet de "Vaine recherche"...
Partager

> déconnerie

Quadriceps

> sur le même thème

L'arrêt Matuzalem fera date

> du même auteur

OM, L'AGENT QUI MONTAIT

La politique et le droit


2020-01-07

« Quand nous protestons, nous sommes vulnérables »

Sous la pression, l'Iran a autorisé les femmes à assister à un match de la sélection, mais ce n'est qu'un début pour les militantes. Entretien avec une porte-parole de la campagne Open Stadiums. 


Hind
2019-12-05

« Le football ne fait pas qu’expliquer, il fabrique »

Avec son livre sur "le football dans le chaos yougoslave", Loïc Trégourès propose une lecture inédite du conflit en même temps qu'une réflexion sur le supportérisme. 


Jérôme Latta
2019-09-05

La lutte contre l'homophobie bloquée au stade de la démagogie et des provocations

Une Balle dans le pied – En optant pour la communication plutôt que pour le discernement, le gouvernement a poussé les ultras à la faute et le débat dans l'ornière. 


>> tous les épisodes du thème "La politique et le droit"