auteur
Plumitif

 

Alias Dominique Rousseau, ancien journaliste de l'Équipe.

Forumiste des Cahiers depuis 1999.

Les Coulisses du foot business


Du même auteur

> déconnerie

Le Diaporama de Noël

> article suivant

Revue de stress #157

> article précédent

Les Bleus liquident l'Eire

> article précédent

On fait le bilan : Liga 2017/18

Derrière Mediapro, la Chine, Man City et les frères Guardiola

Mediapro, grand vainqueur de l'appel d'offres pour les futurs droits de la L1, appartient à la galaxie des grandes multinationales planétaires de l’audiovisuel. Une galaxie parfois nébuleuse. 

Partager

 

Mediapro est devenu mardi soir le détenteur de la plus grosse part du gâteau de la Ligue 1 pour la période 2020-2024, après leur attribution par la LFP pour un total de 1,153 milliard d’euros par an. Une issue spectaculaire, qui voit Canal+, diffuseur historique du championnat de France, sortir brutalement du jeu [1], tandis qu'un acteur mal connu déboule dans le pays.

 

 

 

 

De l'Espagne à l'Europe

Qu'est-ce en effet que Mediapro, qui promet la création d'une chaîne française entièrement consacrée au football à l'été 2020? D'abord une filiale d’Imagina, giga groupe audiovisuel espagnol, mis en vente au début de l’année. Parmi les candidats à la reprise figuraient plusieurs groupes chinois liés au foot [2]. C’est un autre fonds chinois, Orient Hontai Capital, qui en a pris le contrôle (53,5%) en février dernier pour un milliard d’euros.

 

Mediapro détient en Espagne l'essentiel des droits de la Liga et ceux de la Ligue des champions, et souhaite, à l'initiative de ses nouveaux actionnaires, poursuivre son développement en Europe. Lundi, la Ligue italienne a cependant annulé l’attribution des droits de la Série A que Mediapro avait remportés en février aux dépens de Sky Italia. En raison, semble t-il, d'un défaut de garantie bancaire – une avanie que rencontrent régulièrement les groupes chinois dans leurs investissements footballistiques sur le continent.

 

Chez Mediapro, société "espagnole" dont le président est Jaime Roures, militant indépendantiste catalan, les frères Guardiola (Pep, manager de Manchester City, et Pere, agent) sont très présents. D'abord gestionnaire de droits d'images chez Nike (en particulier de joueurs du Barça), Père Guardiola est entré en 2009 chez Mediapro.

 

 

Du Barça à City

Mediapro, via Pere Guardiola, se charge depuis 2013 de la production et de la distribution du contenu audiovisuel de Manchester City. Il est également directeur général de Media Base Sport, filiale de Mediapro. En mai 2016, Media Base Sport a cédé 46% de son capital pour 39,5 millions d'euros à Wuhan Double, un conglomérat chinois. L'homme de réseaux Pere Guardiola a aussitôt facilité un deal en conseillant à la famille Pozzo, propriétaire du Grenade FC, de vendre le club à Wuhan Double, représenté par Jiang Lizhang [3]. Ce qui fut fait, toujours au printemps 2016.

 

Lorsque Pere Guardiola a piloté en 2015 le rachat de Gérone FC (alors en D2 espagnole) c’est un ex directeur marketing de Mediapro (Ignasi Mas-Bagà) qui est devenu directeur général du club. Ce rachat du club catalan a permis à Manchester City de renforcer son opération séduction afin de sécuriser la venue de Pep Guardiola à l'été 2016, comme l'a relaté The Telegraph. Dès la saison 2015/16 le Gérone FC est devenu une des "filiales" du club mancunien, par le biais de prêts de jeunes joueurs. Une fois nommé manager de Manchester City, Pep Guardiola s'est d'ailleurs rendu au Gérone FC animer une master class, et l'effectif du club catalan est venu à Manchester pendant quelques jours pendant sa préparation estivale.

 

La barre du milliard d'euros annuels franchi par la L1 marque aussi l'entrée de plain-pied du championnat de France dans la finance mondialisée du football…

 

 

[1] Du moins si le nouvel acteur ne décide pas de revendre une partie des lots acquis à d'autres opérateurs.
[2] Dalian Wanda (Infront / FIFA, Atletico Madrid), Suning (Inter Milan) et Alibaba (FIFA, Guangzhou Evergrande, Chine)
[3] Jiang Lizhang possède un club de SuperLigue en Chine (Chongqing Lifan) et détient 5% des Minnesota Timberwolves (NBA).
Photo cc Roi González Villa.

Partager

> déconnerie

Ruffier : The facts

> Dossier

Le bizness

Le bizness


2018-12-08

Les bénéfices de la Coupe du monde ruissellent (sur les gros clubs)

Une Balle dans le pied – La FIFA va distribuer 209 millions de dollars aux clubs ayant mis leurs joueurs à disposition des sélections, suivant l'éternel principe de l'enrichissement des plus riches.


Jérôme Latta
2018-11-05

Super Ligue, la fin du super bluff ?

Le chantage des clubs riches auprès de l'UEFA repose depuis vingt ans sur la menace d'une ligue privée. Le projet d'une "European Super League", révélé par les Football Leaks, semble plus concret que jamais. 


Jérôme Latta
2018-10-10

Cartons et course en tête, le grand "spectacle" des grosses équipes

Une Balle dans le pied – Entre porno SM et corrida, le grand show des 5-0, est-ce encore du sport? Et quand les clubs riches survolent de plus en plus leur championnat, quel spectacle reste-t-il?


>> tous les épisodes du thème "Le bizness"

Sur le fil

RT @DialectikF: "Toute notre vie on compte. On compte à la caisse, on compte partout. Quand je joue au foot, j’aimerais juste ne pas avoir…

Trop mdr les vannes footballistiques à base de viol (non). https://t.co/OdZvcKzCEH

Tout est annulé, sauf la Revue de stress ! Images, vidéos, infographies, jeux, souvenirs, liens précieux: https://t.co/MLeKrw64xV

Les Cahiers sur Twitter