auteur
Les Dé-Managers

 

Christophe Kuchly, Julien Momont, Raphaël Cosmidis et Philippe Gargov. Les Dé-managers: un blog pour parler tactique – pas pour meubler –, et une chronique du jeu dans leurs cartons.


Du même auteur

> déconnerie

Les lucarnes refusées

> article suivant

Les caresses de Coutinho

> article suivant

2010, Casillas des as

> article précédent

Paz and love

> article précédent

Revue de Stress #65

Dans les Cartons : Lille, QI foot et toros

Semaine un peu conceptuelle, où l'on se sert encore de l'Atlético Madrid pour parler d'intelligence de jeu et de toros (il n'y pas que Pep qui en fait, loin de là). Pour ceux qui n'aiment pas l'Espagne, il y a aussi le LOSC de Fredo. 

Partager
 
 
 

Changements de dispositifs ou de joueurs, batailles philosophiques et stratégiques, échecs et réussites… Chaque semaine, les quatre Dé-Managers proposent leurs billets d’humeur.


* * *

 

Le chantier de Fredo

Raphaël Cosmidis – Le LOSC a remporté ses cinq derniers matchs de Ligue 1, inscrivant douze buts au passage. Après Reims, Bastia, Toulouse et Nantes, c’est un bien plus gros morceau qui est tombé dimanche devant le Lille de Frédéric Antonetti: l’AS Monaco. Certes en petite forme, les Monégasques ont néanmoins été largement dominés (4-1) par leur adversaire nordiste, désormais septième du classement, avec les places européennes dans le viseur.

 

 

L’histoire de la remontée lilloise est pleine de personnages, dont Frédéric Antonetti, protagoniste principal. Le technicien corse a donné un style de jeu au LOSC, ou du moins des priorités: se servir de ses latéraux, et compter sur Eder, recrue de l’hiver, pour mettre ses partenaires milieux face au but. Morgan Amalfitano, également arrivé en janvier, apporte plus de variété dans le jeu du LOSC, trop dépendant de Sofiane Boufal avant la trêve. Le néo-international marocain demeure l’inventeur de la plupart des opportunités des Dogues, mais l’intelligence d’Amalfitano dans le déplacement a offert autre chose à la phase offensive de son équipe. En se rapprochant des latéraux, en prenant le côté à leur place parfois, l’ex-Lorientais leur permet de s’appuyer sur lui pour ensuite attaquer l’axe. À plusieurs reprises dimanche, Sébastien Corchia a percuté vers le coeur du jeu depuis son flanc droit. Chaque fois, Monaco a été dépassé ou poussé à la faute.

 

Le passage d’Hervé Renard restera difficile à juger. On a d’ailleurs peu de souvenirs de son LOSC, en dehors de son incapacité à marquer. C’est peut-être le plus gros regret de celui qui est devenu sélectionneur du Maroc: n’avoir jamais réussi à faire de son Lille l’équipe de certains principes de jeu, certaines intentions. Contrairement à Antonetti, qui a créé de vrais circuits dans la circulation de balle. À sa décharge, Renard ne pouvait pas compter sur Amalfitano et Eder, deux hommes qui participent grandement à la transformation lilloise.

 

L’apport du Portugais est particulièrement étonnant. On avait gardé l’image d’un attaquant maladroit, que ce soit face au but ou en pivot, et extrêmement limité techniquement. L’image qu’il avait laissée à la Coupe du monde 2014 et un petit peu à Swansea. On a en fait découvert un avant-centre plutôt fin, capable de se débrouiller avec le ballon et de créer des occasions pour ses partenaires. En 631 minutes de jeu, l’international lusitanien totalise déjà 5 buts et 3 passes décisives. Seul Sofiane Boufal s’est montré plus décisif pour le LOSC cette saison. Et comme Boufal, Eder, prêté par les Swans, risque de ne plus porter le maillot des Dogues la saison prochaine. Si Frédéric Antonetti est parvenu à construire rapidement un projet de jeu pour sauver la saison de sa cinquième formation en France, il devra peut-être repartir à zéro dans quelques mois.

 

 

 

 

Infographie

Quand un match est-il véritablement “fini”? Ce graphique illustre le nombre décroissant d'égalisation d'une équipe au fil du temps lorsqu’elle est menée d’un ou deux buts après l’heure de jeu.

 

 

 

 

 

En vrac

Heureusement, le très beau Dortmund-Liverpool (1-1) nous a réconcilié avec le foot européen au lendemain du difficile PSG-City. Les Allemands ont été embêtés comme rarement par une équipe pressant haut et tranchante devant. Le BVB a normalement les armes pour se qualifier au retour mais si Mamadou Sakho continue à stopper toutes les attaques et Divock Origi prend aussi facilement les espaces qu’au Signal Iduna Park, on devrait s’amuser.

 

Nice continue de régaler et Hatem Ben Arfa de briller. Cette fois, les Aiglons ont expliqué le football à un concurrent direct pour le podium, le Stade Rennais. Jeu de possession, relance courte et au sol, et qualité en contre-attaque, le Gym est une superbe équipe, sublimée par un joueur à son zénith.

 

Même chose pour Las Palmas, vainqueur en déplacement à La Corogne. Malgré des moyens misérables, l'équipe de Quique Setien ne cesse de produire un football magnifique. Plus petit budget de Liga, Las Palmas est dixième du classement après sa victoire en Galice.

 

La malédiction d'Anoeta continue pour le Barça, à nouveau battu par la Real Sociedad là-bas, avec un Rulli impérial dans les cages du club basque. Après cette défaite, les Blaugranas ne comptent plus que trois points d'avance sur l'Atlético Madrid.

 

Bravo à Marseille et Bordeaux, constants dans la déception. Les deux clubs se partagent le top 4 des matchs les moins bien notés par les abonnés de Canal+. Quand on sait comment ils (ne) travaillent (pas), on n'est pas vraiment surpris. 

 

 

 

 

Focus : Marseille

Entraîneur : Michel.
Système préférentiel : 4-2-3-1.

Classement :14e de Ligue 1.
Possession : 55,2% (4e)
Passes réussies : 82,8% (4e).
Tirs par match : 12,5 (3e).
Dribbles par match : 14,4 (1er).
Fautes subies par match : 14 (5e).
Centres par match : 26 (1er).
Tirs dans la surface : 63% (3e).
(Statistiques WhoScored).

 

 

 

 

L'instantané tactique de la semaine

C.K. – Le moment où un joueur prend l’information est décisif. Lire le jeu pour deviner au mieux ce qui peut se passer, c’est une qualité que possède Antoine Griezmann, qui combine QI footballistique élevé et technique au point. Ici, lors du match entre l’Atlético et l’Espanyol ce week-end, l’action commence alors qu’il est dos au but, prêt à jouer en remise. Sauf que la passe d’Augusto Fernandez, forte, est destinée à Fernando Torres, en position de pivot, et saute donc une ligne. Griezmann, qui se retourne au passage de la balle, voit l’espace libre devant lui et enclenche immédiatement un sprint vers l’avant.

 

 

 

Torres remet immédiatement à Koke, seul à sa droite, tandis que le Français, troisième homme (on vous conseille de lire Comment regarder un match de foot ? pour mieux comprendre) continue sa course. L’espace, initialement libre entre ses deux partenaires, s’ouvre dans l’axe puisque les défenseurs sont obligés de resserrer sur le porteur de balle. Celui-ci enchaîne double contact et passe en profondeur pour Griezmann, servi à l’entrée de la surface et qui, lancé, a le temps nécessaire pour ajuster une frappe croisée dans le but.

 

 

 

 

Les déclas

Suaudeau avait une grande maîtrise du jeu et de l’entraînement. Il aimait bien discuter avec moi dans ce que nous, les joueurs, appelions le ‘bureau magique’. Il avait sa philosophie mais aussi un bon groupe auquel il a fait pratiquer un football qui reste aujourd’hui un modèle. En France, c’était novateur, mais pas en Yougoslavie où j’avais déjà connu un football un peu similaire. Un jeu collectif au sens premier du terme, alors que même Barcelone et surtout le Real aujourd’hui s’appuient d’abord sur des actions individuelles qui créent des décalages pour les partenaires. Il y a ceux qui portent l’eau et ceux qui la boivent. À Nantes, tout le monde devait participer de façon égale à l’animation, qu’elle soit défensive ou offensive.

Vahid Halilodzic dans Vestiaires.

 

 

Honnêtement? Pep Guardiola va gagner le championnat et le changer d’une manière que vous n’avez jamais vue auparavant. J’en suis parfaitement sûr. Il va construire l’une des plus grandes équipes à Manchester City et remporter le championnat sans aucun problème. Vous allez voir une manière de jouer totalement différente. C’est une des meilleures situations que le football anglais va avoir pour un long, long moment.

Jan Kirchkoff, ancien milieu du Bayern Munich, désormais à Sunderland, dans un entretien accordé au Guardian.

 

Nous avons connu la même situation en Allemagne il y a peut-être cinq ans. Nous avions beaucoup de jeunes et talentueux joueurs locaux qui arrivaient dans nos meilleures équipes, et ces équipes avaient de très bons entraîneurs: Jürgen Klopp à Dortmund et Pep Guardiola au Bayern. Et l’équipe nationale a explosé. Je ne pense pas qu’on a gagné le Mondial grâce à notre incroyable sélectionneur, Joachim Low. Je pense qu’on a gagné grâce à Guardiola et Klopp. C’est parce que ces joueurs talentueux ont ramené en sélection toute la connaissance footballistique que leur ont transmis leurs entraîneurs en club. Si Guardiola a beaucoup de joueurs anglais, ils progresseront et rendront la sélection meilleure. C’est pareil avec un autre entraîneur que j’aime beaucoup: Mauricio Pochettino. Vous pouvez déjà voir l’influence de son Tottenham sur l’Angleterre. Tous ses joueurs savent quoi faire, ont une bonne lecture du jeu et sont si intelligents et techniques. C’est incroyable.

Jan Kirchkoff à nouveau.

 

 

 

 

La vidéo de la semaine

Les toros sont souvent utilisés comme un échauffement tranquille et divertissant avec ballon. Ils peuvent aussi avoir un vrai sens tactique. (Vous pouvez d’ailleurs lire cet article à ce sujet)

 

 

 

Et parce que c’est bon pour la santé, votre dose de Sergio Busquets hebdomadaire.

 

 

 

 

 

La revue de presse (presque) anglophone

Quelle est la véritable importance de la dynamique dans le football? Éléments de réponse à partir de l’exemple Leicester.

 

Dans le même ordre d’idée, la confiance impacte-t-elle beaucoup la réussite d’un attaquant devant le but? Étude statistique.

 

Ex-Klopp vs Klopp: analyse de Dortmund-Liverpool ici, et encore là.

 

Naples est l’une des équipes les plus sympas à voir jouer cette saison. Focus tactique sur l’équipe de Maurizio Sarri.

 

Étude tactique détaillée des mécanismes de pressing.

 

Bruno Génésio a détaillé son plan tactique qui lui a permis de battre le PSG avec l’OL.

 

Pourquoi Antonio Conte peut être l’entraîneur parfait pour Chelsea?

 

 

 

 

 

 

 

Partager

Dans les cartons des Dé-Managers


Les Dé-Managers
2016-05-17

Dans les Cartons : bilan tactique, Italie-Yougoslavie 68, Rayo, Boateng

Les derniers Cartons de la saison sont bien remplis et plein de bonnes choses, d'hier et d'aujourd'hui, de l'Italie à l'Espagne, des entraînement de Guardiola au Bayer Leverkusen, du Rayo Vallecano à Pascal Dupraz.


Les Dé-Managers
2016-05-10

Dans les Cartons : Guardiola, Espagne-URSS 1964 et la France U17

Quel bilan tirer des trois saisons de Guardiola au Bayern? C'était comment, quand l'Espagne et l'URSS s'affrontaient en 1964? Et y a-t-il des pépites en équipe de France U17? Tant de questions auxquelles on tente de répondre cette semaine. 


Les Dé-Managers
2016-05-03

Dans les cartons : la Premier League, URSS-Yougoslavie 1960 et Aston Villa

Claudio est champion et c'est de bon augure pour la Premier League, d'autant plus qu'Aston Villa va descendre. Sinon, on revient cinquante-six ans en arrière pour un match très particulier, et on s'intéresse au sous-marin jaune. 


>> tous les épisodes de la série "Dans les cartons des Dé-Managers"

Sur le fil

RT @lemonde_sport: #CM2018 Pourquoi les grandes équipes rencontrent-elles autant de difficultés face aux outsiders ? | La chronique de @je…

RT @laRadioNova: Ce soir, à partir de 18h, c'est une table ronde spéciale #CoupeDuMonde2018 avec Stéphane Beaud, Fred Poulet et @jeromelatt…

"Clément d'Antibes a une capacité à se mettre dans le cadre de la caméra que je n'ai connue que chez Djorkaeff." L… https://t.co/sp0mdaWSl3

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Coupe du monde 2018 : le groupe G

aujourd'hui à 21h28 - Lionel Joserien : Étonnant tous ces "gros" qui connaissent les mêmes trous d'air, avec de la grosse bourdasse... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe D

aujourd'hui à 21h25 - Lionel Joserien : Certainement une perception différente de la "hiérarchie" des sports. Je considère que le nombre... >>


World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 21h16 - Metzallica : À vue de nez il y a 20% des buts sur penalty dans ce mondial.C'était le cas dans les précédents... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 21h09 - Lucho Gonzealaise : Oh Mamm Billigaujourd'hui à 17h17Mais du coup pour toi quelle est la différence avec un arbitre... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 21h03 - Lucho Gonzealaise : Pour poursuivre dans ton exemple, Radek, j'ai toujours trouvé que Valbuena était un mec très... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 20h54 - Tricky : De fait, le modèle économique des universités US est tellement dépendant des dons des anciens... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 19h53 - axgtd : Ainsi qu'une contre Federer à Rome 2011, Murray également à Rome (2012) et Djokovic aux... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe F

aujourd'hui à 18h22 - lyes : Je vois toujours l'Allemagne et le Mexique passer quand même. Ils semblent très au dessus des... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 18h13 - Jean-Huileux de Gluten : Je n'ai absolument aucune idée du contenu des comics. L'intrigue y est plus complexe ? >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 17h54 - Lucho Gonzealaise : "permettre à des joueurs peu utilisés chez nous de s'épanouir ailleurs (Bedimo, Sertic, Doria ou... >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)