auteur
Les Dé-Managers

 

Christophe Kuchly, Julien Momont, Raphaël Cosmidis et Philippe Gargov. Les Dé-managers: un blog pour parler tactique – pas pour meubler –, et une chronique du jeu dans leurs cartons.


Du même auteur

> article suivant

La D1 dans la lumière

> article précédent

Un gardien en lévitation

Dans les Cartons : l'Atlético, les corners et Joshua Kimmich

Depuis samedi, on rêve tous les soirs que Pep Guardiola corrige notre placement. On veut défendre, et jouer comme l'Atlético. On veut tenter les corners comme le Napoli de Sarri. Et voir des pornos pendant la causerie.

Partager
 
 
 
 

Changements de dispositifs ou de joueurs, batailles philosophiques et stratégiques, échecs et réussites… Chaque semaine, les quatre Dé-Managers proposent leurs billets d’humeur.


* * *

 

Quand l'Atlético joue au football

Raphaël Cosmidis – Sauf miracle, l’Atlético Madrid ne gagnera pas le championnat d’Espagne cette saison. Huit points derrière le Barça, à dix journées de la fin, représentent un défi insurmontable. Parce que le Barça gagne même quand il ne joue pas bien. Parce qu’avec les performances de Neymar et de Luis Suarez, on avait presque oublié que Lionel Messi est encore là, et qu’il reste le meilleur joueur du monde.

 

Les Colchoneros disputent une autre compétition, celle qui consiste à finir le moins loin possible du FC Barcelone. Pour l’instant, ils devancent le Real Madrid. Et même si les Merengues l’ont emporté 7-1 face au Celta Vigo ce week-end, la prestation des Matelassiers à Valence dimanche soir mérite peut-être plus de crédit, et surtout d’attention. Les hommes de Diego Simeone forment la seule équipe humaine des trois premiers de la Liga. Quand le Barça et le Real peuvent être sauvés par des extraterrestres, l’Atlético ne compte que sur sa cohérence et une régularité inégalable en Europe. Quel que soit le onze aligné, quel que soit le système de jeu, l’Atlético montre les mêmes vertus.

 

 

Privés de Diego Godin à Mestalla, les Madrilènes s’adaptèrent. Comme souvent, ils commencèrent le match mieux que l’adversaire. Valence ratait ses transmissions à cause d’un positionnement trop anarchique; l’Atlético récupérait par ses milieux, laissant son arrière-garde tranquille. Le jeune Français Lucas Hernandez ne trembla pas, confiant à José Gimenez la relance. L’Uruguayen avait pour mission d’allonger sur Vietto et Griezmann. Koke, Saul et Gabi devaient gagner le second ballon pendant que Kranevitter montait la garde.

 

Cette tendance à sauter le milieu vaut à l’Atlético pas mal de critiques. Diego Simeone l’a souvent assumée dans la presse: le style de son équipe, et historiquement de ce club, c’est un mélange de football et de combat. De la vista, oui, mais beaucoup de grinta. Redondo jouait au Real Madrid, Simeone à l’Atlético. Les symboles sont parfois forts. Et troublent la vue. Si les Colchoneros n’hésitent pas à sauter le milieu, ils affichent une qualité technique et une coordination immenses une fois qu’ils sont dans le camp adverse. C’est par du jeu court et des combinaisons dans les petits espaces que cette formation conclut ses actions. Entre Valence et l’Atlético, la possession fut équilibrée: 55% en faveur des Madrilènes. Mais le duel dans les trente derniers mètres est presque à sens unique: 83 passes réussies dans cette zone pour Valence, 163 pour l’Atléti.

 

Vainqueur 3-1 à Mestalla (Griezmann, Fernando Torres et Carrasco), l’Atlético Madrid a encaissé douze buts en vingt-huit journées. Le Barça, deuxième meilleure défense du championnat, a pris dix pions de plus. Incroyable machine à jouer sans ballon, l’Atlético a encore rappelé qu’il est plus que cela. Qu’il sait jouer au football, et le fait quand c’est nécessaire. Une élasticité à surveiller en Ligue des champions...

 

 

 

 

 

En vrac

On parle corners indirects dans l’instantané, signalons également ceux mis directement dans la surface et prolongés de la tête vers un partenaire. Gimenez (Atlético) et Mandzukic (Juventus), défenseur central et attaquant, ont ainsi permis à Torres et Bonucci, attaquant et défenseur central, d’avoir le ballon dans un no man’s land et marquer facilement. Bien aidés, au passage, par la présence d’un joueur sur la ligne pour couvrir le hors-jeu – autre chose à l’impact bien plus sous-estimé que les rares sauvetages potentiels près des poteaux.

 

Classique du championnat espagnol: le Real Madrid, chanceux de mener à la pause contre le Celta, et Barcelone, parfois bien bougé par Eibar, l’emportent finalement 7-1 et 4-0. Aimer jouer, c’est parfois subir des bonnes claques, surtout quand, comme Vigo, on abandonne les principes défensifs de base si ça tourne mal.

 

Stephan El Shaarawy continue son festival italien dans une équipe de la Roma qui semble savoir où elle va… c’est-à-dire vers les premières places. Au-delà de son but opportuniste, on retiendra surtout sa passe décisive de l’extérieur pour Diego Perotti dans une victoire 4-1 face à la Fiorentina qui permet d’avoir un peu d’espoir avant le match retour contre le Real.

 

 

Focus : Monaco

Entraîneur : Leonardo Jardim.
Système préférentiel : 4-4-2 (voire 4-2-4).
Classement : 2e de Ligue 1.
Possession de balle : 50% (10e).
Tirs par match : 10,8 (16e).
Passes réussies : 79,1% (8e).
Tirs concédés par match :12,6 (18e).
Tacles par match : 18,3 (17e).
Dribbles par match : 9,1 (10e).
Buts sur coups de pied arrêtés : 18 (43%, 1er).
Joueur clé : Thomas Lemar : 5 buts (1er de l’ASM), 2 passes décisives, 1,7 tir par match (1er), 1,2 occasion créée par match, 1,8 dribble par match, 83,7% de passes réussies, 1,5 tacle par match.
(Statistiques WhoScored).

 

 

 

 

 

 

L'instantané tactique de la semaine

C. K. – Tout le monde a ses marotte. Pour nombre de commentateurs, c’est le refus de reconnaître le bienfait des corners à deux, ces combinaisons qui transforment des coups de pieds arrêtés en jeu placé. Sans avoir de statistiques indiscutables sous la main, on aurait pour notre part tendance à penser le contraire – quitte à le répéter assez souvent: ne pas mettre le ballon directement devant le but, c’est augmenter ses chances de marquer. Démonstration du bienfait de la combinaison fut faite par Sassuolo, où une passe en retrait fut catapultée au fond par Alfred Duncan. Et par Naples, via son défenseur roumain Vlad Chiriches.

 

 

La combinaison, loin de la forme antique du corner à la rémoise, n’a pas de grand risque jusqu’au moment du centre. Jorginho, qui tire rapidement le corner vers Marek Hamsik, court alors directement vers l’angle de la surface. Le Slovaque garde le ballon, aidé par la course de Lorenzo Insigne qui plonge dans son dos en croisant Jorginho et occupe l’attention des défenseurs. Le milieu brésilien est servi une fois arrivé au bon endroit et peut, avec tout le temps du monde, ajuster un centre rentrant forcément beaucoup plus dangereux qu’un corner direct puisqu’il suffit d’une déviation pour que le ballon aille vers le but. Le buteur Gonzalo Higuain est dans l’axe et les deux défenseurs centraux sont au deuxième poteau: on a donc un deux contre deux voire trois contre trois dans la zone où le ballon est susceptible d’atterrir. Kalidou Koulibaly, très grand est en position de pivot et occupe un peu plus qu’un défenseur. En deuxième rideau, Chiriches plonge et marque de la tête à trois mètres du but.

 

 

 

 

Les déclas

Dans la causerie avant le match contre Bilbao (défaite 1-0 en 2013), Joaquin Caparros nous a montré une vidéo avec des images tirées d’un film pornographique. On était choqué, on n’a absolument pas compris ce qu’on était en train de voir. Le coach voulait augmenter notre moral mais on n’a pas saisi son idée. Il nous a dit que notre tension pendant le match devait être la même que celle de l’acteur pornographique.

Anderson Conceicao, désormais à Philadelphie, a vécu de drôles de moments à Majorque.

 

Il y a beaucoup de travail à l’entraînement. On joue avec le ballon et on joue sans le ballon. Je crois que la chose la plus importante en Premier League, c’est la division entre ceux qui ont le ballon et ceux qui ne l’ont pas. Tout le monde doit comprendre que dans certains matches, l’adversaire a tous les outils et toutes les armes pour gagner une partie de football, et qu’on essaie de faire face, peu ou prou.

Tony Pulis, entraîneur connu pour fermer à double tour les matches, aujourd’hui à la tête de West Bromwich Albion.

 

 

 

La vidéo de la semaine

Joshua Kimmich, héros involontaire de l’après-match de Dortmund-Bayern pour s’être fait reprendre par Pep Guardiola sur la pelouse, a surtout été auteur d’une prestation magnifique.

 

 

 

 

 

 

La revue de presse (presque) anglophone

Et s'il y avait enfin une vraie mesure statistique pour juger les défenseurs? Attention, il faut aimer les chiffres.

 

Michael Cox revient sur les bons choix d'Arsène Wenger dans le match d'Arsenal à White Hart Lane. 

 

Toujours à Londres, la bonne saison de Tottenham fait de Danny Rose une véritable option pour l'équipe d'Angleterre.

 

Ousmane Dembélé réalise une saison exceptionnelle pour son âge. Analyse de son jeu par Florent Toniutti, stats à l'appui.

 

Roberto Martinez et Brendan Rodgers sont-ils des imitateurs ratés de Pep Guardiola? 

 

 

 

 

Partager

> déconnerie

OM 2009/2010 : la fiche

> sur le même thème

La fin de la tactique libre

Dans les cartons des Dé-Managers


Les Dé-Managers
2016-05-17

Dans les Cartons : bilan tactique, Italie-Yougoslavie 68, Rayo, Boateng

Les derniers Cartons de la saison sont bien remplis et plein de bonnes choses, d'hier et d'aujourd'hui, de l'Italie à l'Espagne, des entraînement de Guardiola au Bayer Leverkusen, du Rayo Vallecano à Pascal Dupraz.


Les Dé-Managers
2016-05-10

Dans les Cartons : Guardiola, Espagne-URSS 1964 et la France U17

Quel bilan tirer des trois saisons de Guardiola au Bayern? C'était comment, quand l'Espagne et l'URSS s'affrontaient en 1964? Et y a-t-il des pépites en équipe de France U17? Tant de questions auxquelles on tente de répondre cette semaine. 


Les Dé-Managers
2016-05-03

Dans les cartons : la Premier League, URSS-Yougoslavie 1960 et Aston Villa

Claudio est champion et c'est de bon augure pour la Premier League, d'autant plus qu'Aston Villa va descendre. Sinon, on revient cinquante-six ans en arrière pour un match très particulier, et on s'intéresse au sous-marin jaune. 


>> tous les épisodes de la série "Dans les cartons des Dé-Managers"

Sur le fil

Interdictions de déplacement: une politique ubuesque en plus d’être nuisible. https://t.co/6wvoeMSphL https://t.co/2KYceVSPnw

RT @cahierscinema: La #VAR, alias l'arbitrage vidéo dans le foot : règne de la vérité 24 fois par seconde ou croyance irrationnelle dans l'…

RT @footballskiFR: "Je pense que ce qui nous unit tous autour du Velež, c'est que c'est le symbole de Mostar. Ça nous rappelle le bon temps…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 19h04 - Run : Tiens, Groupama met un petit coup de pression. Etre associe de facon systematique aux polemiques ne... >>


EAG, les paysans sont de retour

aujourd'hui à 18h56 - De Gaulle Volant : Prends ça Stade René ! >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 18h55 - LLBB1975 : Y avait qu'à mettre Courtois à la place de Dani Alves. Ça n'aurait pas été plus ridicule.... >>


Manette football club

aujourd'hui à 18h52 - Danishos Dynamitos : Pascal Amateuraujourd'hui à 15h25Danishos, il me semble que tu avais adoré "The last of us" ? Ce... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 18h48 - Milan de solitude : ParisHiltonaujourd'hui à 09h05Cette liste est une réponse à ton "c'était mieux avant, après... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 18h40 - Back-T-Oblak : Jouer en oeuf et demi"Mollet de retour dans le groupe" (lequipe.fr) >>


Observatoire de la violence dans le football

aujourd'hui à 18h24 - balashov22 : S'ils faut en passer par là pour que les autorités se torchent avec nos libertés individuelles... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 18h04 - pipige : Françoise Jallet-Maurice24/09/2018 à 10h55La pétoche, c'est pour les premiers... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 16h39 - beltramaxi : Ah pardon lotbur.Sinon j'ai quand même l'espoir que le positionnement de Neymar en 10 soit... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 16h05 - Run : Giovinazzi sera le coequipier de raikkonen chez Sauber l'an prochain. Exit Ericsson. On l'a pas vu... >>


Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)