> déconnerie

HBA, le BHL du futur

> article précédent

Galerie de portraits bleus

Dans le tunnel

Luttons contre la déprime d’avant-Mondial en assourdissant les lamentations et en dédramatisant le conflit entre les Bleus et le peuple.
Partager
Comme les jours qui ont précédé l’ouverture du Mondial et le spectacle incertain des matches de préparation semblent tirer la France du foot vers son pessimisme atavique (la France du pas-foot s’étonne même de ce manque d’entrain et ricane de ce profil bas), il est temps de dédramatiser sérieusement les enjeux de la compétition et de modérer l’auto-flagellation générale qui anticipe sur les prestations bleues dans la compétition (“l’Everest en espadrilles“ annonce Gérard Ejnès dans l’Equipe, fidèle à son mix de Cassandre et de Saint-Just). Pour retrouver un peu de sérénité, il convient de commencer par regarder les performances médiocres d’autres équipes, les déboires sérieux de certaines. Le Nigeria se fait cartonner en jouant une sorte de tournoi de France bis (Allemagne, Yougoslavie, Pays-Bas) ; le Brésil perd Romario, s’empêtre dans l’affaire qui s’ensuit, et déjoue au point de contredire sa réputation de favori; le Danemark essaie encore de faire croire qu’il ne s’est pas qualifié en alignant des matches minables ; le Cameroun a déjà une affaire sur les bras... Ajoutons que les matches de préparation ne définissent pas un ordre sur la grille de départ, et que par exemple les 10 buts des Pays-Bas ne compteront pas pour leur goal-average. Ces scores et ces résultats ne sont pas aussi significatifs qu’on le fait croire, et ils auront vite fait de basculer dans l’oubli. Quant aux Français eux-mêmes (ceux qui font partie de la liste des 22), leur situation n’est pas aussi dramatique qu’on peut l’entendre. On sait que derrière, sauf grosse faute d’inattention, c’est du solide (sauf bourde spectaculaire). C’est évidemment l’attaque qui entretient les doutes. Dugarry est son propre procureur et la foudre le menace plus que jamais (mais son Mondial sera nécessairement un martyre ou une rédemption). Diomède est moins fort que cet hiver et prend un coup. Djorkaeff est titulaire devant les micros, mais refuse toujours de jouer quand il est sur le terrain (mais pas de marquer de temps en temps). Pirès semble encore atteint par un complexe d’adolescence prolongée qui l’empêche d’élever son niveau de jeu (son mariage l’a peut-être déniaisé mais pas sûr). Heureusement, pour éclaircir un peu le tableau, Henry et Trezeguet semblent en bonne forme. De toute façon, il ne faut pas trop idéaliser les rencontres du groupe C, le combat sera rude et probablement peu esthétique contre des équipes au blindage renforcé. C’est ensuite, dans les tours à élimination directe, qu’il faudra lancer la cavalerie, prendre des risques et mettre le feu. Restons calmes.
Partager

Les médias et les journalistes


Rémi Belot
2019-12-10

« On était au début des années 2000, c'était nouveau, ça parlait de foot »

Faro, dessinateur qui a été de l'aventure du mensuel des Cahiers, travaille aujourd'hui pour L'Équipe ou France Football. Il nous parle de l'évolution du dessin de presse dans le sport.


Jacques Blociszewski
2019-10-01

Non, un match de foot n’est pas une histoire

Tribune – Le football ne raconte pas d'histoire, mais la télévision s'en empare pour imposer et son propre storytelling.


Jérôme Latta
2019-05-17

Comment faire du journalisme avec les stats ?

Une Balle dans le pied – Pour réellement valoriser les statistiques, les médias spécialisés doivent arrêter de lancer des chiffres qui ne disent rien, et prendre le parti de faire du journalisme avec les données. 


>> tous les épisodes du thème "Les médias et les journalistes"