auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Retour vers le footoir [1]

> article précédent

Avant Neuer, il y avait Higuita...

> article précédent

Revue de stress #23

Danish theory

Si un match amical entre la France et le Danemark n'intéresse pas grand monde, l'histoire commune des deux sélections en compétitions suscite un intérêt particulier: aucune n'a remporté de titre majeur sans n'avoir battu l'autre dans son parcours.

Partager

 

Avant que ne débute le France-Danemark de Saint-Étienne, les confrontations footballistiques entre les deux sélections font état d'une égalité parfaite: six victoires, six défaites et un match nul. Sur la plan des buts, les Scandinaves ont une avance considérable avec trente-six buts contre seulement seize pour la France. L'explication de cette différence se trouve dans les premières oppositions, durant la préhistoire du foot. En deux matches, nos Tricolores se prennent en effet vingt-six buts pour n'en rendre qu'un seul.

 

 

Double raclée

 

Nous sommes aux Jeux olympiques de Londres, en 1908, et le Danemark, qui échange fréquemment avec le Royaume-Uni, est déjà une grosse nation de foot. Sa fédération a été fondée dès 1889 et ses joueurs raflent quelques médailles, notamment les tournois des Jeux d'Athènes, qu'ils soient olympiques (1896) ou non (1906).

 

Malgré cette histoire déjà riche, la sélection danoise n'est officiellement née qu'en 1908, à l'heure où le foot est enfin reconnu comme discipline olympique. Le tournoi des Jeux de Londres aurait dû rassembler huit nations, mais seulement cinq sont présentes. Curieusement, la France a envoyé deux équipes, sans doute pour faire le nombre. La première, l'équipe B, affronte le Danemark à White City et se prend un sévère 9-0. Mais ce n'est rien à coté de ce qui attend l'équipe A, qui se prendra dix-sept buts, trouvant quand même le moyen d'en inscrire un. Est-il utile de souligner qu'il s'agit de la plus grosse raclée de l'histoire de l'équipe de France, et la plus large victoire de celle du Danemark?

 

Comme si ce souvenir était trop douloureux, l'équipe de France n'a plus rencontré son bourreau pendant soixante-cinq ans, même en match amical. Il faut dire que le foot danois a lentement décliné, au point que sa sélection est devenue quasiment insignifiante. Refusant de sélectionner ses talents exilés, elle ne parvient à se qualifier à aucune Coupe du monde. Ce n'est que dans les années 1970 que le Danemark retrouve la France sur un terrain de foot pour quelques amicaux sans importance.
 

 

 

 

Champ de bataille

Les retrouvailles officielles ont lieu à Paris, le 12 juin 1984. Le Danemark est présent pour la première fois en phase finale d'une grande épreuve, en l'occurrence l'Euro 1984 organisé en France. Les deux formations disputent le match d'ouverture pour un affrontement plutôt musclé: jambe d'Allan Simonsen fracassée sur un tacle d'Yvon Le Roux, coup de boule d'Amoros sur Jesper Olsen (voir "De l'ouverture de l'Euro" et "Le Top 10 des remplacements mémorables en équipe de France"). Au cœur du champ de bataille, Michel Platini trouve la lumière sur un tir détourné par un défenseur au sol, Sören Busk, qui prend son gardien, Ole Qvist, à contre-pied. En dépit de ce match brutal, les deux équipes feront un beau tournoi, à tel point qu'on espérera les retrouver en finale. Mais le Danemark trébuchera en cours de route alors que la France remportera le tournoi.

 

Huit ans plus tard, c'est à nouveau au premier tour d'un Euro que France et Danemark se retrouvent. À Malmö plus précisément, où la France des Papin et Cantona est favorite face à une équipe du Danemark appelée d'urgence pour pallier le forfait de la Yougoslavie. Un nul suffit aux Bleus pour décrocher la qualification, mais ils se font surprendre par un but de Henrik Larsen. JPP parvient à égaliser en deuxième période mais, rapidement, les Danois reprennent par Lars Elstrup un avantage qu'ils conserveront jusqu'au terme de la rencontre. Combinée à la défaite de l'Angleterre face à la Suède au même moment, cette victoire (2-1) les propulse en demi-finale (voir "Final Fort"). Quelques jours plus tard, à la surprise générale, le Danemark remporte l'Euro 1992.

 

 

Naissance d'une théorie

Le 24 juin 1998, Français et Danois se retrouvent à Lyon pour leur troisième match de la Coupe du monde. L'enjeu est très relatif car les deux équipes sont à peu près déjà qualifiées. La France s'impose 2-1, buts de Djorkaeff et Petit contre Laudrup, et poursuit son chemin jusqu'au sacre final. Une théorie prend forme qui veut que lorsqu'un France-Danemark a lieu au premier tour d'un grand tournoi, son vainqueur remporte l'épreuve. Cela se vérifiera lors de l'Euro 2000: à Bruges, une équipe de France irrésistible inflige au Danemark de Peter Schmeichel son score fétiche (3-0), grâce à des buts de Laurent Blanc, Thierry Henry et Sylvain Wiltord. Trois semaines plus tard, la France est championne d'Europe.

 

Un nouveau France-Danemark se présente dès 2002 à Incheon, lors du Mondial coréo-japonais. Les champions du monde en titre ont raté leur entrée, battus par le Sénégal en match d'ouverture et tenus en échec par l'Uruguay. Avec un Zidane blessé et sans Henry suspendu, la France doit s'imposer au minimum 2-0 pour sauver la qualification. Le score sera bien là, mais en faveur des Danois, buts de Dennis Rommedahl et Jon Dahl Tomasson. Tandis que les Bleus rentrent tête basse par le premier avion, les hommes de Morten Olsen poursuivent le tournoi. Mais ils sortent dès les huitièmes de finale et écornent un peu la théorie.

 

Le quatorzième France-Danemark de l'histoire, ce 29 mars à Saint-Étienne n'apportera sans doute pas grand-chose à l'histoire du foot. Mais les plus superstitieux ne verraient pas d'un mauvais œil un rendez-vous entre les deux nations au premier tour de l'Euro 2016.

 

Partager

> sur le même thème

France-Brésil : les gars

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Jérôme Latta
2019-05-22

Les absents donnent toujours tort (au sélectionneur)

Une Balle dans le pied – Si une liste des 23 suscitera toujours d’inévitables controverses, peut-être faut-il arrêter de croire que l’équipe de France est une méritocratie.

 


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


2018-11-21

Sans peine mais pas sans péno

 L'équipe de France a dominé l'Uruguay dans un match agréable où elle s'est retrouvée, un peu tard. • l'édito • la nalyse • les gars


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Le forum

Observatoire de la violence dans le football

aujourd'hui à 00h43 - Jeune Mavuba Vaincu : Je pense qu'il y a plein de gens bien plus qualifiés que moi pour faire l’exégèse de... >>


Pendant le foot, les affaires continuent

aujourd'hui à 00h37 - Nos meilleures Sané : Y a pas à dire, sont forts ces Indiens...plus d'un an à filer du pognon (sans doute pas beaucoup,... >>


Aux Niçois qui manigancent

aujourd'hui à 00h25 - lyes : On annonce trop de noms je commence à douter. Même Dolberg je n'y croirais que si c'est officiel. >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 00h23 - lyes : L'ajax s'en sort treeees bien. Sur la fin de match l'Apoel enchaine les offensives, touche la barre... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 00h23 - Jeune Mavuba Vaincu : Tous les clubs qui ont été les plus titrés en championnat de France à un moment donné? >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 00h21 - Nos meilleures Sané : ul rit cramé19/08/2019 à 00h08Vada, à 23 ans, qui part en d2 espagnole pour 750 000€, même... >>


Noir, Jaune, Foot

aujourd'hui à 00h13 - ParisHilton : Moi aussi j'y serai sûrement le 15, ça me ferait plaisir d'y croiser des cdfistes! (Et de boire... >>


Parties de campagne, bières, et football...

20/08/2019 à 23h58 - FPZ : [LYON]Dimanche 25 août - 10h00 - Plaine des Jeux de Gerland :- Zénon- balashov22- Cris CoOL-... >>


Gerland à la détente

20/08/2019 à 23h48 - CHR$ : Signe de la notoriété grandissante de la discipline, Émelyne Laurent fait comme les garçons et... >>


EAG, les paysans sont de retour

20/08/2019 à 23h23 - le Bleu : C'était pas si mort que ça pour Deaux. Du coup, que pèse la parole du président maintenant ? >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)