auteurs
M. Garnier et C. Zemmour

> article suivant

Les caresses de Coutinho

> article suivant

2010, Casillas des as

> article précédent

Les affres de "l’humiliation"

Comment s'organise la Coupe du monde ?

La Coupe du monde en infographies / 2 - Après les bonnes têtes des vainqueurs, quelles sont celles des pays organisateurs, quel est leur parcours? Comment le calendrier a-t-il évolué et quelles ont été les affluences?

Partager

 
On l’a vu avec la première partie de cette série, organiser un Mondial est loin de garantir le succès final. En revanche, il est très improbable qu’un pays hôte effectue un parcours catastrophique. L’Afrique du Sud est l’unique nation d’accueil à ne pas avoir franchi la barrière du premier tour. Les USA en 1994 et la France en 1938 chutent à sa sortie face au futur vainqueur, respectivement le Brésil et l’Italie.


[cliquez sur l'image pour l'agrandir]

 

Infographie parcours des pays organisateurs de la coupe du monde


 

Quant à eux, le Chili 1962 et la Corée du Sud 2002 ont poussé la belle aventure jusque dans le dernier carré, stade où les Italiens en 1990, et dans une moindre mesure les Allemands en 2006, considèrent avoir échoué. De même que le Brésil en 1950, victime de l’Uruguay en “finale” et qui bannira son maillot blanc d’alors, avant de faire subir le même sort à la Suède huit ans plus tard et d’en faire les deux seuls cas de ce type.
 


La Coupe du monde a adopté trois types de formats: une invariable première phase de poules suivie d’un second tour de groupes soit final, soit qualificatif pour une demie ou une finale, soit enfin à élimination directe. Le premier cas n’a été expérimenté qu’une seule fois, en 1950, où les circonstances ont fait que le dernier match entre la Selecao et la Celeste a pris des allures de finale, dans laquelle un nul suffisait à l’une et une victoire était impérative pour l’autre.


[cliquez sur l'image pour l'agrandir]

 

 

La compétition a majoritairement adopté un format comprenant une seconde phase à élimination directe. Elle a expérimenté un tour de poules à quatre équipes suivi d’une finale (1974 et 1978), puis à trois formations qualificatif pour une demie (1982). Le Mundial espagnol a constitué une première adaptation à une compétition à 24 équipes, avant de laisser place à un système permettant aux meilleurs troisièmes d’atteindre les huitièmes. “Problème” résolu avec le format à 32, instauré lors de France 1998.


 


Même si elle a connu quelques plateaux sur des séries de trois à quatre phases finales, lui donnant ainsi une allure en escalier, l’affluence totale de la Coupe du monde a une évolution globalement à la hausse. Son maximum a été atteint lors de l’édition américaine, pic approché par Allemagne 2006 et Afrique du Sud 2010 qui semblent définir un nouveau seuil situé au-dessus des 3 millions de spectateurs. L’affluence moyenne a connu, elle, des creux notables, en 1934 et 1938 puis entre 1954 et 1962, avant de se maintenir assez solidement autour des 50.000, excepté évidemment le cas de USA 1994.
 


La WorldCup 94 aura été très estivale (17 juin-17 juillet), décriée à cause de ces matches disputés à des moments chauds de la journée. On remarque aussi que la tendance à débuter la phase finale fin mai n’est pas si rare, même si la majorité des rencontres se déroulent à la mi-juin.


[cliquez sur l'image pour accéder à l'infographie interactive]

 


 

On ne dépasse pas, sauf exceptions (Uruguay, Angleterre) la mi-juillet, et on observe une stabilisation de la durée totale autour d’un mois, avec une répartition plutôt homogène en termes de nombre de matches, les jours à quatre rencontres correspondant désormais à la fin de la phase de poules: toutes les équipes d’un même groupe jouent simultanément, jurisprudence RFA-Autriche 1982 oblige.

 

Partager

Infographies


Steeven Devos
2015-02-09

La "recrue type" de Brendan Rodgers à Liverpool

Infographies – "Je suis espagnole, j’ai été recrutée dans un club anglais, je coûte environ 11 millions d'euros, je compte 40 sélections avec la Roja et 34 matches de Premier League. J’ai 23 ans, mesure 1m79 pour 74kg et j’ai disputé 13 matches européens. Je suis, je suis?"


Mathieu Garnier
2015-01-07

Le foot au berceau

Infographies – En France on n’a pas de pétrole mais on a des footballeurs. Où se trouvent les gisements de ce trésor national qui fait le bonheur des clubs du pays et du vieux continent ? Revue d’effectif des maternités où naissent nos joueurs. 


Mathieu Garnier
2014-11-12

12.000 footballeurs sous la toise et sur la balance

Infographies – Que pèsent et que mesurent les footballeurs de 21 championnats européens? Réponses en images, par pays, par poste et pour chaque club de Ligue 1…


>> tous les épisodes de la série "Infographies"

Sur le fil

RT @lemonde_sport: #CM2018 Pourquoi les grandes équipes rencontrent-elles autant de difficultés face aux outsiders ? | La chronique de @je…

RT @laRadioNova: Ce soir, à partir de 18h, c'est une table ronde spéciale #CoupeDuMonde2018 avec Stéphane Beaud, Fred Poulet et @jeromelatt…

"Clément d'Antibes a une capacité à se mettre dans le cadre de la caméra que je n'ai connue que chez Djorkaeff." L… https://t.co/sp0mdaWSl3

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 21h36 - Moravcik dans les prés : Oui l'article citait cet argument comme étant très souvent avancé mais semblait dire qu'il ne... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe G

aujourd'hui à 21h32 - José-Mickaël : C'est ce qui m'épate le plus, ce pressing. La plupart du temps les Tunisiens sont scotchés dans... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe D

aujourd'hui à 21h25 - Lionel Joserien : Certainement une perception différente de la "hiérarchie" des sports. Je considère que le nombre... >>


World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 21h16 - Metzallica : À vue de nez il y a 20% des buts sur penalty dans ce mondial.C'était le cas dans les précédents... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 21h09 - Lucho Gonzealaise : Oh Mamm Billigaujourd'hui à 17h17Mais du coup pour toi quelle est la différence avec un arbitre... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 21h03 - Lucho Gonzealaise : Pour poursuivre dans ton exemple, Radek, j'ai toujours trouvé que Valbuena était un mec très... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 19h53 - axgtd : Ainsi qu'une contre Federer à Rome 2011, Murray également à Rome (2012) et Djokovic aux... >>


Coupe du monde 2018 : le groupe F

aujourd'hui à 18h22 - lyes : Je vois toujours l'Allemagne et le Mexique passer quand même. Ils semblent très au dessus des... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 18h13 - Jean-Huileux de Gluten : Je n'ai absolument aucune idée du contenu des comics. L'intrigue y est plus complexe ? >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 17h54 - Lucho Gonzealaise : "permettre à des joueurs peu utilisés chez nous de s'épanouir ailleurs (Bedimo, Sertic, Doria ou... >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)