auteur
Jamel Attal

Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #171

> article suivant

L'invention du consultant

> article précédent

La stratégie de L'Equipe

> article précédent

Dopin' en bourg

Club résident : un faux problème à résoudre quand-même

Seul le calamiteux contrat de concession oblige, en dépit de l'absence de candidats crédibles, à trouver un locataire pour le SdF qui n'est de toute façon pas fait pour.
Partager
Ces dernières semaines, le gouvernement a poursuivi l’étude des dossiers pour la désignation du futur “club résident“ du Stade de France. Les candidats (le Red Star, Saint-Denis-Saint-Leu-Sarcelles et le Racing-Club de France) ont été auditionnés le 21 avril par le jury dont Marie-George Buffet est la présidente, et qui doit rendre sa décision le 15 mai.

Après une visite sur les lieux, il nous est apparu que, pour être beau et spectaculaire, le SdF n’était à la dimension que des grands événements, pas de l’ordinaire du championnat, fut-il de D1. Sa dimension le réserve à un public massif, et s’accorderait peu avec des fréquentations modestes : sans même parler d’un Red Star-Cannes, belle affiche de D2, qui irait voir un PSG-Guingamp avec les conditions de visibilité du troisième niveau? L’invitation déclinée par le club parisien est parfaitement compréhensible, d’autant que ce choix sauve une infrastructure qui aurait été autrement plus menacée, celle du Parc des Princes, objet de convoitises peu sportives et de l’hostilité de son voisinage. Par ailleurs, rien ne devrait l’empêcher de disputer certains sommets nationaux ou européens à Saint-Denis.

L’empressement du gouvernement à trouver un club résident et celui des médias à en faire un enjeu national semblent indiquer qu’une telle résidence ne peut se passer d’un occupant, que celui-ci est une nécessité absolue inhérente à un tel équipement. C’est mettre en arrière-plan les mauvaises mais bien réelles raisons de cette obligation, qui résulte de l’engagement aberrant pris par l’Etat au moment de la signature à la va-vite du contrat de concession avec le Consortium, entre deux tours d’élection présidentielle.
L’empressement du gouvernement à trouver un locataire est la conséquence des conditions exorbitantes consenties par Edouard Balladur au triumvirat du bâtiment (Bouygues-Dumez-CGE), qui leur garantit une indemnisation (50 millions de francs annuels) en cas de non-occupation. Sans un tel cadeau - qui a donné lieu à des jugements sévères de la Commission européenne et de la Cour des comptes (voir un grand stade pour le prix de deux), on aurait pu envisager sereinement l’exploitation du SdF à la manière d’un Wembley, et lui trouver l’emploi le plus approprié. La course au club résident détourne en effet de la réalité : le Stade de France n’a jamais été la structure idéale pour un club de première division, il était facile de le savoir dès le choix du projet. On peut alors se rappeler que le Stade de Jean Nouvel, plus cher à la construction, offrait une polyvalence qui aurait permis de rentabiliser plus facilement la structure (couvrable et modulable, elle aurait pu accueillir d’autres sports et d’autres types d’événements, notamment en configuration réduite, présentait une meilleure visibilité...). Mais le Premier Ministre de l’époque avait d’autres enjeux à préserver et certains ascenseurs à renvoyer (rappelons-nous la complaisance hallucinante de TF1 avec le candidat à la présidence de la République de l'époque).

Le Stade de France semble encore moins conçu pour un club en développement. Les opportunités qu’il offre aux candidats sont de nature politique ou économique, elles permettent de nourrir certaines ambitions, d’espérer certains investisseurs (Bouygues courtisé par le Red Star). S’il est tout à fait souhaitable qu’un projet mobilisateur se développe en banlieue nord pour offrir une seconde équipe à la région, qu’une formation jeune y mobilise les identités, baisse audacieusement le prix du billet, offre une concurrence au PSG, on peut cependant douter de la capacité à créer ex-nihilo un public de 50 ou 60 000 personnes en quelques années – la belle moyenne de 36 000 spectateurs du Parc des Princes, obtenue en sept ans, témoigne de la difficulté d’une telle entreprise.
Pour créer une alternative et faire évoluer les clubs de la banlieue parisienne, il serait plus raisonnable de regarder vers les infrastructures plus modestes, comme le superbe Charléty ou le Stade Bauer rénové. Ceci dit, c’est sans arrière-pensée que nous adressons nos vœux de réussite au futur lauréat, en espérant que Marie-George aura la main heureuse.

Partager
>> aucune réaction

> déconnerie

Prendre à contrepet

Les stades et les supporters


La rédaction
2019-03-26

Supporters : « Rendre la parole à des gens invisibilisés »

Entretien avec les auteurs du livre Supporter, une plongée dans un univers mal connu – y compris par ses propres acteurs – et plus divers qu'il n'y paraît. 


Geoff Pearson
2019-01-30

Supporters : la police britannique mise sur le dialogue et la prévention

When Saturday Comes – Les violences baissent au Royaume-Uni, mais les moyens aussi. Les forces de l'ordre expérimentent avec succès des méthodes qui privilégient une gestion intelligente. 


Jon Spurling
2018-12-06

Des supporters aux abonnés absents

When Saturday Comes – En laissant des sièges vides dans des stades de Premier League affichant "complet", les abonnés à la saison exercent leur droit de boycotter certains matches, mais d’autres ne peuvent en profiter.


>> tous les épisodes du thème "Les stades et les supporters"

Sur le fil

Votre exemplaire de la Revue de stress est disponible à l'accueil: https://t.co/NbNn2XhFbS https://t.co/PjWTd2lnl4

RT @RemiBelot: "On ne pourra jamais faire mieux que Van Halen pour une entrée des joueurs sur un terrain de foot. C'est le morceau parfait"…

RT @kivolanov: Petit thread sur les disques sortis sur l'O.M ( ou par des joueurs évoluant au club).

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Dans le haut du panier

aujourd'hui à 12h38 - Label Deschamps : Pourtant normalement il est bon sur les produits en croix. >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 12h37 - cocobeloeil : Bonne nouvelle les gars!Bala parie fermement sur une victoire Nîmoise.En toute logique, donc, on... >>


Le Palet des Glaces

aujourd'hui à 10h39 - L oeil était dans la tombe : Il n'y avait que 2 matchs cette nuit mais cette saison de NHL restera dans les annales. C'est en... >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 10h38 - Mix Diskerud : On l'a chanté : https://www.youtube.com/watch?v=VBpgFAjzuVwEt lui-même a chanté :... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 10h24 - maDoudou Makhosa-Cisse : Même pas, puisque c'est à Villeneuve d'Ascq qu'il l'avait perdue !Mais la légende eût été... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 09h52 - De Gaulle Volant : Contre son décan"Tousart : "Du mieux dans les attitudes"" (lequipe.fr) >>


L2, National, CFA... le championnat des petits

aujourd'hui à 09h14 - suppdebastille : Je doute beaucoup que le vel de Creil soit homologué pour la L2.Gamin, j'y ai vu plusieurs matchs... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 08h35 - Pascal Amateur : Le catholicisme de Bernanos, comme celui de Bloy et à la différence de Barbey d'Aurevilly,... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 07h37 - Hok : J'ai trouvé qu'il y avait une baisse physique de notre côté sur la fin. Enfin surtout une baisse... >>


MLS, c'est l'Amérique

aujourd'hui à 04h03 - Gouffran direct : Pozuelo a décidé de ne marquer "que" des bijoux.50 mètres à la course et lucarne... >>


Les brèves

Bjeurk

"Un maillot collector contre l'Islande." (lequipe.fr)

Décision de Lacour Martial

"La justice refuse le prénom Griezmann Mbappé." (lequipe.fr)

Gastrique Bertrand

"Comment le PSG a digéré ses éliminations." (lequipe.fr)

Flop chef

“L1-Gourvennec : ‘On n’a pas mis les ingrédients’.” (l’équipe.fr)

Ravons plus grand

“De l’ecstasy dans le drapeau du PSG.” (ouest-france.fr)