auteur
@Hinho

> déconnerie

357 Magnum

> article suivant

Le cafouillage de l'année

> article précédent

L'année de Marco Asensio

"Cette année, c'est la bonne !", chronique rennaise

Chaque club construit sa légende avec ses propres moyens. Pour le Stade rennais, c'est celle de ses échecs, une épopée de déboires sans autre consolation que la certitude d'être unique. Éphéméride rouge et noir. 

Partager

 

 

Texte issu d'un thread Twitter de @Hinho, qu'on remercie. Dans le même genre "Banter Era", vous pouvez retrouver ceux de l'OM ou de l'OL.

 

 

 

 

01/2000. Nouveau meneur de jeu du Club pour 3 millions d'euros, Franck Gava est contraint de stopper sa carrière pour raison médicale six mois après son arrivée.

 

24/08/99. Finale de Coupe Intertoto. Défait 2-0 à l'aller, Rennes reçoit la Juve de Zizou. Diouf et Nonda n'y peuvent rien (2-2). You shall not pass.

 

Été 2000. Cette année, c'est la bonne. Un recrutement à 50 millions d'euros, des giga discours ambitieux pour une superbe 6e place. So Rennes.

 

 

 

 

 

Été 2001. Christian Gourcuff arrive. Pourquoi faire jouer Luis Fabiano quand on a Fred Piquionne dans son effectif? Très belle 12e place au final. Pour la petite histoire, Lorient remporte la seule Coupe de son histoire cette année-là. Sans Christian Gourcuff.

 

28/07/2001. Première journée de Ligue 1 et premier match du sorcier Gourcuff à la tête du Club. Défaite 5-0, quadruplé de Djibril Cissé.

 

26/04/2003. Demi-finale de Coupe avec Cech dans les buts contre Auxerre. C'est con de commettre sa seule erreur en 2 ans à la 91e (1-2).

 

Sept-décembre 2005. Après avoir brillamment éliminé Osasuna en barrages, Rennes repart de l'UEFA avec 4 défaites en 4 matches. Ogre européen.

 

Août 2005. Début de nouvelle saison prometteur, 3 défaites en 4 matches, dont un fabuleux 0-6 à Nancy. -12 de différence de buts après 4 journées.

 

20/04/2006. Nouvelle demie de Coupe de France, on va à Marseille, et on revient comme on est venus – un missile de Taiwo dans la lucarne en prime. 0-3.

 

Été 2006. Le club cède Alex Frei à Dortmund pour 4 millions d'euros et le remplace par Daniel Moreira et Julian Esteban pour 7,5 millions au total. French Flair. Esteban et Moreira comptabiliseront à eux deux 55 matches pour un rendement sensationnel d'un but. Costaud pour des buteurs.

 

Janvier 2007. Olivier Monterrubio, légende, est échangé contre Olivier Thomert à Lens. Et Rennes rajoute 3 millions d'euros dans le deal. Fin du game.

 

Janvier 2008. Supervisé sur YouTube, le magicien Emerson, recruté pour 6 millions d'euros, repart au bercail six mois plus tard après 6 matches et 0 but. Il s'ajoute logiquement à la longue liste des brésiliens floppés au Stade rennais

 

26/05/07. Après une superbe saison, Rennes se fait rejoindre à la 92e minute de la 38e journée par Lille et Fauvergue (1-1).

 

 

 

 

 

Mais comme Toulouse gagne sur tapis vert son match de la précédente journée à Nantes, après l'envahissement de terrain par les supporters canaris, Toulouse 3e, devance Rennes au classement final. Pas de première Ligue des champions de l'histoire du club. Impossible que ces événements se produisent simultanément. Sauf quand on est le Stade rennais.

 

26/03/2009. En stage avec l'équipe de France, Jimmy Briand, meilleur attaquant du club, se fait les croisés. Il manquera le reste de la saison.

 

09/05/2009. Sans Briand, Rennes se présente en finale de Coupe de France contre le voisin guingampais (L2). Thomert est aligné en pointe. L'ouverture du score de Bocanegra ne permet pas d'enrayer les 38 ans sans titre pour Rennes. Guingamp s'impose à la surprise générale.

 

Été 2009. Rennes cale 11 millions d'euros sur Ismaël Bangoura. Rien à ajouter. Le même été, le club recrute Alexander Tettey, Junichi Inamoto et Félix Katongo. Vous ne vous en rappelez pas? Nous non plus.

 

02/07/2010. Joueur de Rennes, Gyan rate à la 124e minute le pénalty qui devait envoyer le Ghana en demie de Coupe du monde. La lose s'exporte.

 

Septembre 2011. "Il ira très haut parce que des comme lui, il n'y en a pas beaucoup. S'il continue, il aura sa place devant la défense du Barça." Frédéric Antonetti à propos de Yann M'Vila avant que celui-ci ne prenne un fameux taxi, en bon Rennais qu'il est.

 

Septembre 2011. Le FC Sion (chapeau 4), disqualifié d'Europa League, est remplacé dans sa poule par le Celtic (chapeau 2). Pas de bol pour Rennes. Sympa la poule de Ligue des champions avec l'Atlético, Udinese et le Celtic. Comment ça, c'est de l'Europa League?

 

Été 2011. Christian Benteke veut rejoindre Rennes absolument, mais le club se rabat finalement sur Erding. Benteke sera acheté par Liverpool 46 millions d'euros quatre ans plus tard. French flair is back.

 

 

 

 

11/04/2012. Rennes se hisse en demi-finale de Coupe de France et affronte Quevilly, pensionnaire de National. Doit-on vraiment vous décrire la suite?

 

22/09/2012. 95e minute, corner pour le TFC alors que Rennes mène, Ahamada, gardien toulousain, monte et égalise. Évidemment. Avant Ahamada, le dernier (et seul) gardien à avoir inscrit un but en L1 était Grégory Wimbée, en 1996. Vous en rêviez, Rennes l'a fait.
https://www.youtube.com/watch?v=4aZdy8Cm07s&feature=player_embedded

 

Janvier 2013. Romain Alessandrini marche sur l'eau avec Rennes, après six mois en L1. Il est présélectionné en équipe de France. Les croisés? Ne nous privons pas.

 

20/04/2013. Finale de Coupe de la Ligue, sans Alessandrini. Défaite 1-0 contre l'ASSE. La joie de la victoire en demie était pourtant tellement belle. Une double peine? On parle du Stade rennais là, pourquoi poser la question? 50.000 euros d'amende pour l'envahissement de terrain évidemment.

 

Été 2013. Antonetti quitte son poste, le club veut briser la malédiction et va chercher du lourd: Philippe Montanier, meilleur entraîneur de Liga. Tonnerre sur le foot français, Rennes enfin ambitieux recrute un entraineur renommé voulant du beau jeu? Ce thread tourne-t-il au vinaigre?

 

 

 

 

01/2014. Victoire en demi-finale de Coupe de France (envahissement de terrain pour fêter ça), Rennes prépare sa revanche: finale contre l'EAG, cinq ans après. L'occasion est sublime, une finale contre le rival, plus faible sur le papier, esprit de revanche en prime: cette fois c'est la bonne. MDR. Excédés, les supporters tentent d'obtenir des explications à l'entrainement. Kana-Biyik scande alors "Brigade Loire, Brigade Loire". Génie.

 

Été 2014. Le Stade rennais ne lève pas la clause à 30 millions d'euros de Nelson Oliveira. L'idée avait pourtant été évoquée en début de saison. Étonnant.

 

Février 2015. Une tumeur au foie est détectée chez Philipp Hosiner, tout juste arrivé au club. La lose prend une tournure tragique.

 

25/01/2015. Doucouré privilégié pour jouer en 10, Féret rejoint Caen et permet à son équipe de s'imposer 4-1 Route-de-Lorient (1 but, 2 passes décisives).

 

Août 2015. Pépite du club, Ousmane Dembélé ne souhaite pas signer pro. Philippe Montanier ne croit pas en lui, jugé "trop frêle".

 

31/08/2015. Rennes engage Quintero à la surprise générale en prêt avec option d'achat. On raconte qu'il prenait deux places dans le bus pour s'asseoir. Inutile de préciser que le joueur a échoué au club, et est rentré après avoir rompu son prêt.

 

Octobre 2015. Surprise! Ousmane Dembélé signe pro, convaincu par le projet rennais, et a priori une clause de vente à 5 millions d'euros sous seing privé.

 

05/08/2015. Waris arrive à Lorient pour signer son contrat sous l'oeil médusé des rennais venus l'accueillir à l'aéroport. #MesQueUnClub

 

Mai 2016. Ousmane Dembélé affole tous les clubs européens. Rennes va le vendre une fortune. Oups, une clause sous seing privé, vous dites? Au final, son prix de vente varie de 5 à 50 millions d'euros sans que l'on sache réellement qui a raison ou tort. Quel club.

 

Été 2016. Christian 2: le retour. Cette fois, il est vraiment motivé et on va réussir à franchir un palier. Le club termine 9e. Mais cette année, "on va jouer la Coupe de la Ligue à fond!" On envoie la réserve à Monaco, défaite 7-0. Heureusement qu'on a joué à fond.

 


LIRE AUSSI : "RENNES, LES DAMNÉS DE LA LOSE" 

Partager

Les clubs et les équipes


Jérôme Latta
2018-11-12

L'éthique en prime, ou le prix de la vertu

Une Balle dans le pied – Les primes d'éthique ne sont pas propres au PSG, et ne concernent pas seulement l'obligation de saluer les supporters. Mais elles témoignent d'une forme de cynisme désenchanteur. 


Christophe Zemmour
2018-07-30

OM : retour à la case nouveau départ

Après une saison riche en émotions et en promesses, l'OM de Rudi Garcia va reprendre la compétition avec des attentes élevées, et quelques atouts pour y répondre. 


Jérôme Latta
2018-04-23

Hamburger SV, dinosaure au bord de l'extinction

Engagé dans une lutte désespérée pour échapper à la première relégation de son histoire, le HSV recevait Fribourg, samedi. Récit d'une rencontre qui a surtout démontré l'amour des supporters pour cette institution. 


>> tous les épisodes du thème "Les clubs et les équipes"

Sur le fil

RT @DialectikF: "Le contexte politique influence les noms des groupes des pionniers ultras, et plusieurs font référence à la lutte armée d…

RT @LucarneOpposee: Le #LOmag 5 est sorti 🇫🇷 ▶️ https://t.co/W4DJyFtzJH 🌍 ▶️ https://t.co/Y4chMwO8KQ Détail du sommaire ⤵️ https://t.…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Canari WC

“Vahid Halilhodzic : ‘Ici, il faut un bon nettoyage’.” (ouest-france.fr)

José Agonie

"Garcia : 'Petit à petit, on s'est éteint'." (lequipe.fr)

Playmobiles dans l'axe

"Zubizarreta : ‘L’ego, je le laisse de côté’. " (lequipe.fr)

Sales slips de Francfort

"Francfort-OM : une débâche qui laisse des traces." (msn.com)

GTA

"Ribéry reconduit malgré son coup de sang." (lequipe.fr)