auteur
Nico Paul (avec Grégory Protche)

Du même auteur

> article suivant

Shankly, une utopie socialiste

> article précédent

Ballon de Plomb 2006 : l'élection !

> article précédent

La Gazette > 13e journée

Ce n'était pas leur destin

Bonus web – Dossier "Les mal-aimés du foot". Cantona, Ribéry : comment ces deux mal-aimés potentiels se sont métamorphosés en chouchous nationaux ?
Partager
Une exclusion de l’équipe de France après avoir traité le sélectionneur national de "sac à merde" ; un renvoi du centre de formation lillois pour indiscipline; un maillot jeté à terre, des doigts tendus vers le public pour signifier son mépris de l’entraîneur et des supporters; un transfert après seulement six mois passés en L1 pour fuir vers les ors turcs puis un retour mouvementé en France... À eux deux réunis, Éric Cantona et Franck Ribéry écrasent la concurrence en termes de bad boy attitude. Manifestement, les deux hommes possèdent un art bien à eux d’alimenter la chronique médiatique, à dix ans d’intervalle. De quoi assurer aux deux milieux de terrain un statut de parfaits boucs émissaires pour les supporters français? Raté: chacun à leur manière, les deux hommes ont au contraire réussi à devenir des icônes.


Canto, l'antihéros

Il en faut pourtant bien moins que cela à tout une flopée de footballeurs pour récolter sifflets, injures et autres joyeusetés sur les pelouses de l'hexagone. Christophe Dugarry fut pendant longtemps l'objet de la vindicte populaire pour avoir été trop proche de Zinédine Zidane. Christian Karembeu a même réussi la remarquable performance de susciter le courroux des supporters de l'équipe de France sans le moindre motif valable. Avec leur CV, Canto comme Ribéry ont pour leur part échappé à l'opprobre public. Question d'époque. Car les deux hommes ont tous deux bénéficié d'un contexte favorable à leur transformation en gendre presque idéal.

Le véritable avènement populaire du Marseillais date en effet de son exil anglais en 1992, après plusieurs passages chaotiques à l'OM, Bordeaux, Montpellier, et enfin Nîmes. Le milieu du ballon n'a alors pas grand-chose à voir avec celui que les amateurs de ballon rond connaissent aujourd'hui. D'une part, dans cette première moitié des années 90, le public français peine à se trouver des stars nationales au sein d'une équipe de France en crise, marquée par les échecs successifs de l'Euro 92 en Suède et les éliminatoires de la World Cup. Ensuite, dans la France pré-Bosman, les Français évoluant (et réussissant) à l'étranger se comptent sur les doigts d'une main. C'est dans ce climat très particulier que le n°7 mancunien trouve un terreau favorable pour devenir le chouchou d'une partie du public français, qui tient son antihéros et aime à s'encanailler en vouant un culte à ce frenchy parti exporter l'arrogance nationale Outre-Manche.

bw_cantoribery.jpg


Ribéry, Français d'aujourd'hui

Dix ans plus tard, l'apparition de Franck Ribéry sur la scène médiatique n'est pas vraiment comparable de comparable. Il aura suffi de quelques enflammades au Vélodrome pour soulever Phocée, et d'une série de crochets et de coups de rein sous le maillot bleu pour convaincre la Nation. Contrairement à Canto, Ribéry n'est pas une star. Il ne relève pas le col de son maillot et le menton pour célébrer un but, ne méprise pas les journalistes venus l'interviewer après une rencontre, ne cherche manifestement pas à cultiver son image. Au contraire.
Malgré sa gueule de travers, sa réputation d'ingérable, et son arrivée rocambolesque à l'OM, le Nordiste a finalement quelque chose de profondément rassurant pour le peuple des tribunes. C'est en effet l'un des derniers représentants du football d'avant, des dribbleurs et des vanneurs, de ceux pour qui le foot est, plus qu'un sport, un jeu, des tripoteurs qui font rêver même quand ils perdent. De ceux qui ont encore dans le regard un bout des yeux gourmands du public dont ils sont issus. Prolo, habitué à fréquenter des Maghrébins, né dans un quartier populaire au début des années 80, décidé à ne faire que ce que ses choix lui dictent, ambitieux: c'est un Français d'aujourd'hui. Plus encore: un Français de demain. Pas étonnant, donc que les jeunes se retrouvent dans ce "Gaulois de quartier" qui leur ressemble.

Finalement, en retournant une situation initialement mal engagée, les deux hommes ont démontré la fragilité du statut d'homme public... et lancé involontairement un magnifique message d'espoir pour les plus jeunes nominés au Ballon de Plomb.
Partager

> sur le même thème

Fred débouche

> du même auteur

Élie Baup à tâtons

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Stéphane Pinguet
2021-01-20

Lettre ouverte à… Franck Ribéry

Avec le temps s'effacent les mauvais souvenirs. Alors vient le temps, parfois dans les derniers moments, de mesurer toute la tendresse qui nous unit. 


Christophe Zemmour
2021-01-18

Shankly, une utopie socialiste

Bill Shankly, entraîneur et auteur d'aphorismes aussi légendaires que lui, a défendu une vision humaine du football, qu'il a concrétisée à Liverpool. 


Jérôme Latta
2020-12-14

La technique de Neymar provoque-t-elle ses blessures ?

Minichro – Les blessures de Neymar ont tellement pris le caractère d'une fatalité qu'on est tenté de les expliquer par son style de jeu. Doit-il, peut-il le changer? 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 16h44 - L'amour Durix : Classicoaujourd'hui à 16h26Trickyaujourd'hui à 13h41Logique réductionniste classique, donc : le... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 16h40 - coach_mimi : Tu as tout à fait raison.Brady et le reste de l'escouade offensive revient sur le banc, tout le... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 16h33 - Label Deschamps : Oh, je me basais juste sur ma propre pratique, en forçant peut-être un peu le trait mais trois ou... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 16h22 - OLpeth : Non mais Rudi Garcia quand il doit se justifier, c'est le pire communicant du monde. Entre propos... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 16h06 - balashov22 : C'est bien ce que je dis magnus, faut pas que ce soit trop gros, rester un minimum crédible est... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 16h04 - balashov22 : Si les matchs contre l'OL n'ont aucune importance, ne vous embêtez pas à vous déplacer vendredi... >>


Le fil de l'eau

aujourd'hui à 15h08 - Run : Dalin va llus vite des qu'il est sur son bon foil. Sauf qu'il y en a plus a faire sur le mauvais... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 14h51 - khwezi : Mmmh. Lampard avait un effectif à faire palir un Liverpudlien confiant à l'orée de la saison. Il... >>


La revue des Cahiers du football : saison 2 !

aujourd'hui à 13h56 - Sens de la dérision : Tiens, c'est sans doute le moment pour dire que, vraiment, elle est très belle cette revue. Les... >>


Futebol lusitano

aujourd'hui à 13h13 - Le génie se meurt ? Ah mais l'mage rit : Pour ceux qui veulent voir du foot lusitanien à la télé, ce soir, diffusion de Farense contre... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)