auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Une Coupe du monde sous VAR

> article précédent

Ayew Technology

> article précédent

Diesel Eagles

Carlos Alberto 1970, l'offrande du Roi

Coupe du monde: un jour, un but... Le 21 juin 1970 à Mexico, Carlos Alberto est à la conclusion d'un enchaînement de rêve, magnifié par une passe lumineuse du roi Pelé.

Partager

 

Il est 13h41 à Mexico, et même si la finale n'est pas tout à fait terminée, il ne fait aucun doute que le Brésil va remporter sa troisième Coupe du monde. À quatre minutes de la fin, les Auriverde mènent 3-1 et font circuler le ballon devant des Italiens qui ne savent plus trop quoi faire, sinon attendre dans leur camp.



Carlos Alberto en pleine course

Une attaque transalpine sans réelle conviction a rapidement été éventée par l'intervention de Tostão, très replié. L'attaquant de Cruzeiro chipe le ballon et trouve en retrait son libero Brito. Celui-ci donne à Clodoaldo. Puis Pelé, Gérson, de nouveau Clodoaldo retrouvent le ballon, que les Brésiliens se passent et se repassent sur un rythme de bossa-nova. Gianni Rivera se dévoue pour tenter une interception, mais Clodoaldo l'esquive. Domenghini s'interpose à son tour, sans résultat. Clodoaldo l'élimine comme il élimine ensuite Mazzola, puis Juliano. Toute l'Italie aurait pu tenter de lui chiper le ballon qu'il ne l'aurait pas perdu. Il transmet ensuite le ballon coté gauche à Rivelino, posté le long de la ligne de touche.



carlos_alberto_70.jpg



Le jeune ailier brésilien décide d'accélérer la cadence. Le long du couloir, il envoie Jairzinho en profondeur. L'ailier de Botafogo repique vers le centre en faisant face à Facchetti. Il sollicite Pelé pour un une-deux, mais Pelé ne lui rend pas le ballon. Seul dans l'axe, le roi fixe Burgnich avant de transmettre tranquillement le ballon sur sa droite, sans même jeter un regard. C'est alors que surgit Carlos Alberto, lancé pleine course, qui frappe la balle comme elle vient. Rosato a beau se jeter pour s'interposer, Albertosi peut plonger de tout son long, le ballon va exploser dans les filets.


La Coupe du monde du siècle

C'est le quatrième but brésilien de l'après-midi, le dernier de la Coupe du monde 1970 et sans doute le plus beau. La conclusion d'un magnifique mouvement collectif où pas moins de huit joueurs se sont échangé le ballon depuis le camp brésilien. La conclusion d'une rencontre que le Brésil a largement dominée, et celle d'un tournoi souvent considéré comme le plus beau de l'histoire du foot.

Tous les superlatifs sont en effet utilisés lorsque l'on évoque Mexico 1970 : La plus belle des Coupes du monde remportée par la plus grande équipe de l'histoire et le meilleur joueur de tous les temps. Une édition qui a vu la prolongation du siècle (Italie-RFA), l'arrêt du siècle (Gordon Banks), la feinte du siècle (Mazurkiewicz), le lob du siècle (Viktor) et bien sûr, la passe du siècle. Au risque de briser le mythe, il ne faut rappeler toutefois que de nombreuses rencontres du tournoi furent d'un niveau assez médiocre. Pour les besoins de la télévision européenne, qui commençait à imposer ses vues, les rencontres se déroulaient en milieu de journée. Sous le cagnard mexicain, les joueurs se montraient économes de leurs efforts. La lenteur des débats a ainsi profité aux équipes les plus techniques, parmi lesquelles le Brésil.


Une touche finale pour l'œuvre de Pelé

Celui-ci possède alors l'une des plus belles équipes de son histoire. Il a surtout la chance de détenir un Pelé de vingt-neuf ans, sûr de sa force et de son art. Le Brésilien en est à sa quatrième phase finale, mais c'est la première qu'il dispute sans les handicaps de la jeunesse et des blessures. Tout au long du tournoi, il a marqué des buts et tenté quelques "trucs" comme un lob du milieu de terrain sur Viktor ou une feinte de folie sur Mazurkiewicz. Sa passe à Carlos Alberto, dans les dernières minutes de la finale, est la touche finale de son œuvre.

 

C'est un geste d'une pureté absolue. Un ballon à ras de terre poussé de l'intérieur du pied. D'autres l'auraient joué de l'extérieur. Certains auraient risqué une talonnade ou peut-être même un tir. Pelé a reçu le ballon, l'a contrôlé deux fois pour fixer son adversaire puis l'a offert à son capitaine de la façon la plus simple qui soit.

Avant de transmettre le ballon, Pelé n'a même pas un regard sur sa droite. Il raconte que seule l'intuition a guidé son geste. Si le roi Edson aime distiller les petits mystères qui font mousser sa légende, les autres acteurs tiennent aussi à tirer la couverture. Le coach Mario Zagalo aime répéter que tout avait été travaillé à l'entrainement. Carlos Alberto, lui, se contente d'expliquer qu'au moment de recevoir le ballon, Pelé avait jeté un regard en coin et savait que son capitaine avait enclenché sa course d'élan. On a beau regarder les images, on ne voit à aucun moment Pelé jeter un œil sur sa droite. En revanche, on voit devant lui Gérson tendre le bras et lui indiquer la marche à suivre. C'est sans doute là que Pelé a pris l'information. Mais peu importe. La passe est tellement pure, tellement précise, tellement majestueuse dans sa simplicité qu'elle n'a besoin d'aucune explication.

 

Partager

> sur le même thème

Deschamps, des choix

> du même auteur

Dugarry 1998, mauvaise langue

Un jour, un but


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


Richard N et Christophe Zemmour
2018-07-12

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but – Le 12 juillet 1998 au stade de France, Zinédine Zidane marque deux fois le même but et assomme le Brésil. Le jour de gloire est arrivé.


Richard N
2018-07-10

Thuram 1998, buteur dubitatif

Un jour, deux buts – Le 8 juillet 1998 au stade de France, des Bleus en difficulté face à la Croatie en demi-finale de leur Coupe du monde se découvrent un buteur inattendu...


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

Un série d’affiches pour les Bleus par l’excellent @zoranlucic. https://t.co/O8xMxqk8do

Une série d’illustrations inspirées par la Coupe du monde - https://t.co/hiph72uwbt https://t.co/hAQyjcSVDE

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 02h45 - Tricky : ('à part ça') >>


In barry we trust

aujourd'hui à 02h20 - Westham : Depuis 2005, seuls Jamarcus Russell, Christian Ponder, Tim Tebow et Jack Locker (fin de carrière... >>


World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 02h07 - Tricky : CHR$aujourd'hui à 00h09Le problème de 2002 (outre la blessure de Zidane) n'était pas les joueurs... >>


Noir, Jaune, Foot

aujourd'hui à 02h02 - Tricky : Ah mais parce que tu penses que la Fédération renierait son essence chaotique en définissant des... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 01h59 - Tricky : C. Moa22/07/2018 à 23h56----------(Non, non, mais c'est un plaisir, mais je te le fais à grands... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 01h46 - LYon Indomptable : le Bleu22/07/2018 à 12h37_____________________«Mais bon, en face, c'était l'Argentine face à la... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 01h44 - Run : Faudra que tu m'expliques les trajectoires de Hamilton, Coach. Il a des trajectoires tres... >>


Fussball chez nos cousins germains

aujourd'hui à 00h39 - I want my Mionnet back : Sachant qu'Erdogan est plébiscité et réélu en grande partie (l'autre partie ce sont les... >>


Rumeurs de transferts...

22/07/2018 à 23h39 - Hydresec : Formé (en partie) au Gym, révélé à Strasbourg et engagé la saison prochaine avec le SCO :... >>


Toujours Bleus

22/07/2018 à 23h37 - Joey Tribbiani : En 2010 l’Espagne devait remporter cette finale pour plein de raison :Parce que David VillaParce... >>


Les brèves

Pepe honni

"Reina, gardien de Naples, dénoncé pour ses liens avec la mafia italienne." (20minutes.fr)

Mendycité

"Mendy : ‘J’ai la dalle’.” (lequipe.fr)

Pas Metz que un club

"Metz : Un groupe amoindri." (lequipe.fr)

DSKudetto

“Maurizio Sarri : ‘On a perdu le titre dans un hôtel’.” (lequipe.fr)

Mousse à mazout

"Sarr : ‘Il ne faut pas nous enflammer’." (sofoot.com)