> article précédent

Rattrapés par la réalité

> article précédent

La Gazette > 32e journée

C1 beau roman : quarts retour

Partager
Manchester-Roma : 1-0
Barcelone-Schalke 04 : 1-0
Liverpool-Arsenal : 4-2
Chelsea-Fenerbahçe : 2-0


Les gestes des quarts

• Les percées à grandes enjambées de Diaby en première mi-temps, au petit goût de déjà vu...  Et qui laissent supposer qu'à Arsenal, on a déjà commencé à expérimenter le clonage humain.
• L'enchaînement dos au but de l'ouragan El Nino, qui envoie Senderos dans le vent avant de faire exploser la lucarne d'Almunia.
• La charge du brigadier léger Walcott qui, au triple galop sur son poney, parvient à traverser un champ de mines de quatre-vingt mètres sans se faire éparpiller avant de déposer une offrande aux pieds d'Adebayor.


Les antigestes des quarts

• La position de matador de Reina qui, croyant pouvoir attirer sur lui le bison lancé vers son but, en oublie complètement de fermer sa portière gauche.
• Le marquage des yeux de Senderos sur Hyppia, qui permet au vieux Finlandais d'échapper au jeune Suisse – en marchant – avant d'envoyer un exceptionnel coup de boule dans la lucarne d'Almunia.
• Le raté "FC Metz represent" d'Adebayor, seul devant un Reina pourtant à genoux et la poitrine offerte.
• Les choeurs d'Anfield qui reprennent cinq fois l'insupportable po-popopo-po-pooo-po... Oh non, pas eux.
• La "Johnny Wilkinson" de De Rossi dans les nuages... Un penalty qu'on aurait aimé le voir tirer un certain 9 juillet.



La mini-bannette
 
La demi-molle
Mirko Slomka (kicker.de) : "Il nous manque de l'expérience pour la mettre au fond – les attaquants se sont procuré de très bonnes occasions, mais il a manqué le dernier centimètre".
 
L’excès d’hédonisme
Thierry Henry (Sport) : "Je n’ai pas entendu les sifflets".

Le temps que les moins de vingt ans ne voudront jamais connaître
Alex Ferguson (L’Equipe) : "On a déjà joué plusieurs fois contre Barcelone. Je me souviens d’un match que l’on avait perdu 4-0 là-bas. A l’époque, on n’avait le droit qu’à trois étranger, je n’avais pas fait jouer Schmeichel et on avait pris quatre buts". On n’avait jamais entendu parler d’Internet, et personne n’avait de téléphone portable. Cantona pesait trente kilos de moins.

Le laid sur le feu
Jean-Michel Larqué (TF1) : "Il n’est pas très élégant, Kuyt". Qui l’eut cru?



c1_quart_bar.jpgBarcelone-Schalke 04. Le scandale

Alors que des milliers d’amateurs de football s’impatientaient à l’idée de suivre un passionnant Barça-Schalke 04, l’UEFA a diffusé dans toute l’Europe la cassette d’un vieux Caen-Marseille sorti des archives de l’INA.
Certes, les Blancs ont fait illusion pendant la première demi-heure, se créant quelques actions chaudes devant le but de Victor Valdés, le gardien normand. Mais comme à l’aller, les attaquants phocéens ont vendangé allègrement, laissant passer une chance historique de sortir le grand SM Caen. Dans ce piètre duel, les Rouge et Bleu se sont imposés sur un but médiocre: un centre de Bojan, un dégagement en chandelle de Bordon atterrissant sur la barre, et Touré – seul joueur ayant survécu aux envolées kamikazes de Neuer – envoie le ballon au fond des filets. En deuxième mi-temps, l’intensité s’est noyée dans une torpeur tiède pour les Caennais. Ni inquiets, ni sereins. Mais la fragilité de l’édifice normand est patente, et les broncas nombreuses.

L'indifférence du Camp Nou
La pañolada qui a sanctionné le choix de Rijkaard de faire sortir Bojan, marque la première rupture sérieuse entre le Néerlandais et le public Catalan. Le coup de sifflet final déchire un silence glacial, dans un stade à moitié vide. Ni soulagement, ni joie, ni colère dans les tribunes. C’est dans l’indifférence que le Camp Nou prend acte du retour des Barcelonais parmi l’élite européenne. Car la perspective de rencontrer Manchester terrorise les socios du SM Caen, qui, pour leur salut, sont prêts à invoquer un miracle, voire mieux: un Messi.



c1_quart_liv.jpgLiverpool-Arsenal. L’orgasme

Parfois, on n’a juste pas envie. Pas envie de disserter sur la mise à mort du football par le business, pas envie de compter le nombre de joueurs nationaux sur le terrain, pas envie de regretter la disparition des clubs norvégiens de la compétition. On a juste envie de siroter son mojito, de fumer sa cigarette et de souhaiter revenir en arrière pour revivre encore le match sans en connaître à l’avance les péripéties et le résultat. Du plaisir pur.

Une partie débutée sous l’auspice des ajustements tactiques (Kolo Touré côté droit, Peter Crouch en deuxième attaquant) et dont on craignait qu’elle se déroule sur le même canevas que les trois premiers affrontements scouso-londoniens de la saison. Tout faux, et grâce en soit rendue à Arsenal. Vingt minutes initiales qui constituent une leçon de géométrie dans l’espace, de déplacements acérés et de transmissions cristallines. Vingt minutes de tableau noir où Alonso et Mascherano courent après un ballon insaisissable, vingt minutes sanctionnées par un but de Diaby après une action de quarante-sept secondes. Vingt minutes d’orgie.

Kuyt ubique, Fabregas cramé
Et puis Liverpool, qui entretient une relation si particulière à la fois à la Coupe d’Europe et à la haine de l’échec, se rebiffe peu à peu, remet de l’intensité et de la qualité, entraîné par l’abnégation infinie d’un Dirk Kuyt ubique, Liverpool qui se rebranche vingt minutes sur courant fort, et égalise sur un corner repris par Hyppia, neuf ans après son premier but pour les Reds. Surtout, Mathieu Flamini se blesse en fin de mi-temps, ce qui a pour double conséquence de relancer le vieillissant Gilberto Silva et surtout de forcer Alex Hleb à jouer plus bas. Fabregas visiblement cramé, la limonade d’Arsenal parut vite éventée. Pendant ce temps le python Liverpool resserre progressivement ses anneaux sur sa proie.

Les Gunners gardent la balle parce que c’est leur nature, mais sans rien en faire, Liverpool attend parce que c’est leur ADN, avec en point d’orgue la soixantième minute pendant laquelle les Gunners échangent trente-deux fois de suite le ballon sans pouvoir prendre le moindre risque. Les espaces bouchés, les visiteurs durent se résoudre à rentre la balle à l’adversaire. Puis tout s’emballe, et le reste s’inscrit dans l’histoire, du coup parfait joué par un Torres jusque-là transparent en profitant de la seconde absence au marquage de Senderos, à l’imitation parfaite du Michael Owen 1998 par un Theo Walcott hors du monde pendant quinze secondes, en passant par le raté monégasque d’Adebayor seul face à Reina. Le tout conclu par le rush volontaire d’un Ryan Babel comme d’habitude remarquable, déséquilibré en pleine surface par Touré qui paie là son manque d’automatismes au poste de latéral droit.

Arsenal peut pleurer d’avoir joué un football magique pendant six mois et de produire une nouvelle année vierge, Liverpool peut se rengorger d’avoir amadoué une nouvelle fois les dieux de la Champions League. Une heure et demie de rare plaisir, qui nous fait oublier un instant que ce sont encore les joueurs de ballon qui se sont fait sortir.



Manchester-Roma. Post-coitum, animal triste.

30e minute. Daniele de Rossi, à qui ça n’a pas du arriver souvent ces vingt dernières années, met son penalty au-dessus à 0-0. Entre des Romains sans espoir et, conséquemment, sans vraiment d’envie, et des Mancuniens sans Ronaldo, ni Rooney, et avec Silvestre, rien d’autre à signaler. Ah si, sous les applaudissements, le légendaire Gary Neville a enfin débuté sa saison et entre lice pour un incroyable doublé, dix ans plus tard.



Les observations en vrac

• Qui a eu la bonne idée de faire jouer Adebayor avec un short grenat? Le messisme, c’est comme la bicyclette, ça ne s’oublie jamais.
• Marcelo Bordon peut être rassuré: à sa retraite footballistique, il pourra se recycler en rugbyman.
• Incroyable, comme le même penalty sifflé lors de PSG-Lens ou de Liverpool-Arsenal semble aux commentateurs dans un cas volé, et dans l’autre parfaitement naturel.
• Il aura fallu quatre-vingt minutes pour qu’Abidal pousse une montée jusqu’à la ligne de but adverse.
• Finalement, Emmanuel Adebayor aura trouvé un moyen de remplacer Henry. Après avoir été sifflé 425 fois hors-jeu, il va fêter seul son but alors que tous ses coéquipiers se jettent sur Walcott, bien conscients qu’ils lui doivent l’égalisation.
• Quand Thuram donne l’impression de faire un bon match avec le Barça, c’est vraiment que les Catalans ont touché le fond.
• Les Anglais ont été interdits de jouer la dernière journée de Premier League en Asie, mais ils ont quand même trouvé le moyen de jouer la finale de la Cup en Russie.
• Kuranyi n'a toujours pas retrouvé le manuel "marquer un but pour les nuls" qui lui a été offert à son anniversaire le mois dernier.
• Zidane aurait pu demander des droits d’auteur à Gerrard pour son penalty face à Arsenal. Il avait mis le même à Vitor Baia au stade du roi Baudoin lors de l’été 2000.
• Comment peut on amener quatre clubs en demis avec quatre gardiens aussi quelconques?



La C1 vue du forum

=>> Tricky - mardi 8 avril 2008 - 23:20
C'est pénible de se taper six mois de mornes poules pour attendre ça et que ce soit deja fini.

=>> Saian Supa Carew - mercredi 9 avril 2008 - 11:00
Quelle déprime cette Champions League quand meme...L'année dernière on avait en demi: Liverpool-Chelsea, Milan-Manchester.
Cette année, ça va être sûrement la meme chose (sauf énorme surprise), en remplacant le Barça par le Milan... qui a remporté le trophée l'année derniere, succédant ainsi au palmarès au FC Barcelone... Et décidément, j'en peux plus de ce foot anglais.

=>> Un mec que tu connais pas - mercredi 9 avril 2008 - 11:57
Résumons: clubs anglais sans Anglais, Ligue des champions sans champions. On va jouer sans ballon bientôt...
Partager

> sur le même thème

C1 beau roman > quarts aller

Les coupes européennes


Antoine Picardat
2019-09-16

Tentative de classement des "grands clubs" européens

On parle souvent de "grands clubs", mais comment mesurer cette taille? Proposition de méthode à partir des performances en C1, et résultats du classement.


Richard N
2019-05-30

Francis 1979, un million le but

Un jour un but – Le 30 mai 1979, Trevor Francis marque le seul but de la plus improbable des finales de la Coupe des clubs champions qui voit la victoire de Nottingham Forest sur Malmö FF.


Christophe Zemmour et Richard N
2019-05-06

Iniesta 2009, fucking grace

Un jour, un but – Le 6 mai 2009, au bout du bout de Chelsea-Barcelone, demi-finale retour de la C1, Andrés Iniesta trouve la lucarne de Petr Cech. Un but colossal et fondamental pour le club, pour lui et pour l’histoire récente du football.


>> tous les épisodes du thème "Les coupes européennes"


Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 18h37 - Run : C1 bien sur. Les 2 utopiques semaines ou l'on croit etre capable d'alller battre le Barca au Camp... >>


World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 18h34 - Milan de solitude : La Russie sort deuxième d'un groupe facile, se qualifie aux tirs au but contre une Espagne... >>


Messages de service

aujourd'hui à 18h33 - Toto le Zéro : @Hierro sauve PlasilOk, Evangelion, c'est techniquement excellent mais cela me laisse un peu... >>


Pharmacie Football Club

aujourd'hui à 18h33 - Tonton Danijel : dugamaniacaujourd'hui à 13h55Néanmoins tu noteras que les agences nationales américaines, l'USDA... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 18h30 - Lucho Gonzealaise : J'ai vu passer ça dans mes reco Youtube, je pense que ça fera plaisir à pas mal d'entre vous... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 18h22 - suppdebastille : Oui Yuri et Rai mettent exactement le même but ce qui doit être rarissime pour un tel geste, et... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 18h16 - Lucho Gonzealaise : Il le dit lui-même, au-delà de son intégration dans un nouveau championnat, dans un nouveau... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 18h03 - Sos muy Grosa, Adli bitum : Loris Benito, 44 ballons joues, 69% seulement de passes reussies et 16 ballons perdus. Taulier. >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 17h54 - Sens de la dérision : Le génie se meurt ? Ah mais l'mage rit08/12/2019 à 11h48Sens de, pour le cinéma, tu ne pouvais... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 17h50 - Utaka Souley : Roger Cénisseaujourd'hui à 16h03@John : essaye de résister à un contrôle d'identité, on va... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)