auteur
Tom Lines

> déconnerie

Un OL six étoiles

> article suivant

Drôle de fair-play

> article suivant

Sous la Coupe de Memphis

> article précédent

Faut-il toujours jouer juste ?

> article précédent

La chatte à 2-2

Buts de (très) loin : la longueur ne fait pas tout

When Saturday Comes – Les tirs qui trompent le gardien depuis la ligne médiane ont souvent les faveurs des élections des plus beaux buts. Distance ne veut pourtant pas dire beauté.

Partager


Extrait du numéro 379 de
When Saturday Comes. Titre original : "Going the distance", traduction La Menace Chantôme.

 

* * *

 

Il aura fallu moins de trois secondes à David Beckham pour se faire un nom – 2,8 secondes exactement, soit le temps écoulé entre le moment où le ballon quitta son crampon droit et celui où il finit sa course au-dessus d’un Neil Sullivan désespéré pour se blottir au fond des filets de Wimbledon.

 

 

 

Si le fait de marquer depuis la ligne médiane avait déjà paru possible auparavant, l’exploit était resté désespérément inaccessible. Il y eut bien sûr Pelé, qui passa à deux doigts d’y parvenir en 1970, tout comme Chris Waddle lors de la Coupe du monde 1990 en Italie (mais une faute avait de toute façon été signalée – voir à 2:42 sur cette vidéo). Et lorsque John Bailey y parvint (après rebonen 1982 pour Everton, il admit immédiatement avoir simplement eu un gros coup de chance.  

 

 

Tout est possible

Le geste spectaculaire de Beckham lors de l’ouverture de la saison 1996/97 est probablement le but le plus emblématique de la Premier League. Il fut en quelque sorte le signal que tout était désormais possible, et le point de départ symbolique de la transformation du sport en l’industrie hyper médiatisée de plusieurs milliards d’euros que nous connaissons aujourd’hui.

 

Surtout, il illustre parfaitement comment (et probablement pourquoi) les buts marqués depuis de très longues distances sont devenus aussi surestimés. En 2002, ce geste fut nommé plus beau but des dix premières années de Premier League, mais aussi 18e meilleur souvenir sportif de tous les temps par la chaîne Channel 4, signe que la Beckham mania avait alors atteint son paroxysme.

 

Pourtant, ce but certes superbe était-il techniquement supérieur au numéro étourdissant de Tony Yeboah sous le maillot de Leeds, qui mit en danger la transversales? Et que dire du fabuleux enchaînement pivot, feinte et finition de Dennis Bergkamp à Newcastle, ou de l’ensemble de l’œuvre de l’étincelant Matt le Tissier?

 

 

 

 

 

Séduction à distance

Lorsqu’un but fait l’objet d’un vote ouvert au public, l’impression que l’énorme base de supporters de Manchester United peut fausser les résultats est souvent tenace (le retourné acrobatique de Wayne Rooney lors du derby a d’ailleurs remporté le prix du plus beau but des vingt premières années de Premier League en 2012). Pourtant, le résultat reste souvent le même lorsque le scrutin est confié à un jury.

 

En avril, les invités des prix de fin de saison de l’English Football League Championship ont dû voter pour leur réalisation préférée de 2017. Difficile d’espérer une meilleure sélection de personnalités du monde du football pour servir de jury. Pourtant, leur choix s’est tout de même porté sur le lob de plus de cinquante mètres d’Olly Lee de Luton sur le malheureux gardien de Cambridge, David Forde.

 

La popularité de ces buts est donc indéniable. Mais comme pour tout phénomène moderne inexplicable (de la carrière de présentateur de Jake Humprey au concert à guichets fermés de Stereophonics à Wembley), il semble important de s’y intéresser de plus près dans l’espoir de mieux le comprendre.

 

 

Plaisir cruel

Les buts inscrits depuis la ligne médiane ont quelque chose de transgressif, d’abord parce que ce genre d’événement ne devrait pas se produire, mais aussi en raison du plaisir cruel que procure le fait de voir un gardien tenter désespérément d’éviter l’humiliation imminente. Le simple fait de tenter d’aussi loin en fait pour beaucoup un geste d’un tout autre niveau.

 

Et il est vrai qu’avoir suffisamment de confiance et d’ambition pour essayer de prendre un portier à défaut depuis sa propre moitié de terrain est déjà louable en soi. Mais cela vaut également pour le fait d’écrire un ballet sur le parti UKIP, et aucun de ces deux efforts ne doit pour autant être à l’abri de la critique.

 

Classer des buts est toujours un processus subjectif, mais la tentative de loin exerce clairement un attrait passionnel et irraisonné. En effet, comparé aux plus belles reprises de volée, aux lobs subtils et autres buts découlant de sublimes mouvements collectifs, il s’agit ni plus ni moins de frapper d’une longue distance – avec une précision certaine. N’est-ce pas un geste que la majorité des footballeurs professionnels devrait être en mesure de réaliser?

 

 

Prime aux mètres

Objectivement, la plupart d’entre nous peuvent tenter une frappe depuis le rond central, et c’est d’ailleurs précisément pour cette raison que cet exercice est le divertissement proposé à la mi-temps de nombreux matches, plutôt que celui du ciseau retourné à vingt mètres (même si, à la réflexion, cela pourrait faire un spectacle plutôt intéressant).

 

Dans le monde du football, l’amalgame entre beauté et distance est fréquent, ce critère prenant même souvent le dessus sur toute autre considération. Comme si roman le plus long recevait automatiquement le Booker Prize, le concours du salon canin Crufts était remporté chaque année par un dogue allemand, ou le couple Torvill et Dean [1] ratait l’or olympique parce qu’un couple russe réussissait un saut lancé de neuf mètres.

 

Peut-être devons-nous des excuses à David Batty: le mercredi suivant le fameux but de Beckham, Wimbledon FC se déplaçait à St James’ Park et, à la troisième minute, Neil Sullivan dût sortir de son but pour effectuer un dégagement. C’est alors que dans un parfait exemple de déjà-vu propre au football, le milieu de Newcastle reprit froidement le ballon d’une demi-volée qui loba le (décidément) malheureux gardien sur près de quarante mètres.

 

Avec le recul, c’était peut-être sa façon à lui de nous faire comprendre que le but de Beckham n’était pas aussi spécial que tout le monde le pensait. Si seulement nous avions reçu le message.


[1] Jayne Torvill et Christopher Dean, patineurs britanniques champions olympiques de danse sur glace en 1984.
  

Soignez votre anglais et votre culture foot:
abonnez-vous à When Saturday Comes.

 

 

Partager

> déconnerie

Arbitre enc...

> sur le même thème

Faut-il toujours jouer juste ?

When Saturday Comes


Paul Brown
2018-07-13

Finale 1930 : les balles du match

When Saturday Comes – Lors de la première finale de la Coupe du monde, en 1930 à Montevideo, un seul ballon fut utilisé… ou bien deux? Le choix a en tout cas fait l'objet d'une dispute entre l'Uruguay et l'Argentine. 


Alan Fisher
2018-05-08

À Tottenham, l'inflation des billets atteint un nouveau stade

When Saturday Comes – Alors qu'ils s'apprêtent à remplir le successeur de White Hart Lane, les supporters de Tottenham déchantent en découvrant les tarifs des abonnements. 


Joe Kennedy
2018-04-16

Neville Southall, des dégagements à l'engagement

When Saturday Comes – Les commentaires de l’ancien gardien de but d’Everton et du Pays de Galles sur les médias sociaux en ont fait un héros de la gauche, tout en montrant que le football pouvait s’affranchir de sa culture viriliste.


>> tous les épisodes de la série "When Saturday Comes"

Sur le fil

Les gilets oranges ont bien bloqué la France.

RT @CKuchly: Après un match comme ça, il n'y a plus de patriotisme. On se lève, on applaudit, et on part s'acheter un maillot de Frenkie de…

Les Football Leaks 3 révèleront que la France et les Pays-Bas s'étaient arrangés pour reléguer l’Allemagne.

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Toujours Bleus

aujourd'hui à 09h48 - LLBB1975 : Pas un ? Tu es un peu sévère car il me semble que Griezman est très habile dans cet exercice. >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 09h43 - George Worst : L'origine ethnique, ça serait un genre de Foreign-key en fait. .. >>


Bréviaire

aujourd'hui à 09h43 - Pascal Amateur : Chèvre chaud"Cavani : 'C'était un peu chaud sur le terrain'." (lequipe.fr) >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 09h08 - Jus de Nino : Autant que moi j’ai ressenti de la satisfaction en constatant ce matin qu’il ne s’etait pas... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 02h20 - La Metz Est Dite : Oui.D'ailleurs je trouve que le body language d'Ogier est différent de d'habitude. Dès que le... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 02h08 - Tricky : A part ça, je ne sais pas si les matches de novembre veulent dire quoi que ce soit, mais les... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 01h32 - Le Meilleur est le Pires : Quand même... stat impressionnante, Djoko qui a gagné 31 points de suite sur son service face à... >>


Ligue des nations

aujourd'hui à 00h10 - Rolfes Reus : Quelques jolis buts entre la Slovaquie et l'Ukraine, notamment celui du 3-1. >>


Espoirs, des bleus et des verts

16/11/2018 à 23h17 - Rolfes Reus : Je ne vous remercie pas, ça parle de Bocaly, Aït-Fana, Yanga Mbiwa... tous plus ou moins disparus... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

16/11/2018 à 23h14 - Di Meco : Gilles Favard est jaune... ou gris, je ne sais pas si ma télé est bien réglée. >>


Les brèves

Chapecoense 2

"Foot - L1 : Inattendu sommet." (lequipe.fr)

Futur taulier

"Neymar risque jusqu'à 6 ans de prison." (ouest-france.fr)

Ruddy Bukkake

"Arbitrage : ‘J'en ai pris plein la tronche’." (lequipe.fr)

Droit au mur

“OM : Une attaque sans tête.” (lequipe.fr)

Mou Walk

"Le car de MU encore bloqué, Mourinho finit à pied." (lequipe.fr)