auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> déconnerie

France-Italie: le film

> article précédent

Gardien

> article précédent

White Riot…

Bleus 2010: comment être plus mal barré?

L'équipe de France aborde son année de Coupe du monde avec toutes les chances de la rater. Faut-il croire aux miracles (ou au football) pour la voir belle en Afrique du Sud?
Partager
Il est presque de tradition, sur les Cahiers, d'adopter envers l'équipe de France une attitude de supporters, voire d'amoureux – en tout cas de se placer à l'opposé des Cassandre qui perpétuent une autre tradition, celle du défaitisme et de l'autodénigrement, héritage pesant des années de défaites glorieuses (lire "Adieux les romantiques" ci-dessous). On ne parlera toutefois pas de ligne éditoriale, ni de posture consistant à prendre un parti systématiquement opposé à la doxa du jour, puisqu'il nous semble, à chaque fois, juger sur pièces. (1).
Or, en ce début d'année 2010, il est devenu difficile de se prévaloir d'un solide optimisme et de la moindre candeur, même après avoir laissé passer quelques semaines après la cuisante qualification face à l'Irlande afin de tenter de pondérer les (dramatiques) impressions du moment. Impressions qui ont d'autant moins de chances de s'effacer que la ligne droite nous séparant de la phase finale... est quasiment vide, à l'exception du France-Espagne de mars, seul rendez-vous avant le regroupement et les ultimes rencontres de préparation (2).

plantage_bleus_2.jpg


Coup de barrage
Il est peut-être discutable d'accorder une importance excessive aux enseignements livrés par la double confrontation contre l'Irlande, mais d'une part, les conditions scabreuses de la qualification auront nécessairement des conséquences et, d'autre part, cette double confrontation constituait un test majeur, à ce moment du parcours de cette équipe de France. Car auparavant, en dépit de contre-performances en bonne partie dues à un manque de réussite extraordinaire et noircies par le ban et l'arrière-ban des commentateurs professionnels, elle avait montré au cours de sa campagne des éliminatoires les signes d'une progression et d'un potentiel, et avait trouvé – en dépit des blessures et de l'absence de solution durable pour la charnière défensive – une stabilité dans son organisation en 4-2-3-1 et une cohérence dans son jeu dont témoignèrent de nombreuses phases parfaitement maîtrisées (lire "Quatuor massif").
Il s'agissait donc, à Croke Park et au Stade de France, de consolider ces acquis, de montrer que l'équipe avait l'étoffe de la haute compétition, de lui donner un moment fort de nature à souder les ambitions, et enfin de tirer un trait sur une période qualificative extrêmement pénible afin d'aborder la Coupe du monde avec un esprit neuf.


Le plein de défiance
L'échec a été massif. Timorés, tétanisés, en faillite technique et tactique, individuelle et collective, les Tricolores n'avaient en rien mérité leur qualification avant même le coup de main de Thierry Henry. Non seulement il n'y a rien à construire sur cette victoire-là, mais elle va peser lourdement pour la suite. D'abord parce qu'elle semble justifier les doutes quant à leur qualité réelle et leur capacité à bien figurer en Afrique du Sud, lestés d'un tel déficit de confiance. Ensuite parce ses circonstances les affligent d'un handicap symbolique: l'équipe de France risque de traîner la main de Thierry Henry en Afrique du Sud comme un boulet. Moins que le sentiment éventuel de culpabilité ou d'usurpation que pourraient ressentir les joueurs, c'est le rappel qu'on peut prévoir incessant, par les médias, des circonstances de leur qualification qui va ajouter une pression négative sur eux. Ils évolueront dans une sélection largement honnie à travers le monde, dont l'élimination sera anticipée comme une justice tardive. Bon courage.
En France, cette qualification a quelque peu écœuré une frange (probablement minoritaire) des amateurs de football. Surtout, on constate à quel point l'équipe de France peut y alimenter la chronique sans jouer aucun match. Les polémiques se succèdent à un rythme effréné: sur les primes de qualification, sur le maintien du sélectionneur, sur la désignation de son successeur, sur la nomination d'un "manager général" (3), sur la compétence de Jean-Pierre Escalettes, etc. Tout un environnement se construit, dans des proportions inédites, en défaveur des Bleus.

plantage_bleus_1.jpg


Paris hasardeux
Et que dire du sélectionneur, placé dans une situation aussi intenable que prévu du fait d'une reconduction jamais assumée et d'une vindicte générale qui lui promettait de subir toutes tempêtes? (lire "Le choix et les embarras") En toute logique, l'équipe de France est devenue ingouvernable, avec un sol miné sous les pieds d'un Domenech qui a géré la situation avec toute la délicatesse qu'on lui connaît. La théorie du parapluie ne tient pas deux secondes devant le constat que l'ambiance délétère autour de lui ne protège pas la sélection. Non seulement il a donné l'impression de devoir désormais s'affairer davantage à la sauvegarde de son poste qu'à la construction d'une équipe, mais dernièrement, il a paru abandonner ses prérogatives dans une sorte de pacte avec "ses" joueurs – ceux avec lesquels il a survécu. Non sans paradoxes, à l'image de certains d'entre eux: Thierry Henry, capitaine vieillissant qui aurait "allumé" Domenech en interne avant d'aller le sauver au journal télévisé de TF1 (lire "Quatre vérité et un enterrement" et "Henry, la position de force"), ou Nicolas Anelka, étoile intermittente qui respecte parfois les consignes.
L'opération avait marché avec les cadres de 2006, mais le casting n'est plus le même. De quelle marge  le sélectionneur dispose-t-il encore pour imposer d'éventuels choix difficiles? Et sans aborder ici la question un peu fumeuse de la valeur théorique des joueurs (4), le pari de l'amalgame entre sénateurs et jeunes choux semble hasardeux dans ces conditions, tant le projet semble manquer d'énergie positive et tant on peine à voir la continuité avec 2006, les leçons tirées de 2008 et la ligne directrice pour l'avenir.


Un champ de mines
On veut bien croire, pour l'avoir constaté par le passé, qu'un groupe se soude dans l'adversité. Mais cette fois, l'hostilité semble atteindre une ampleur inédite. Bien sûr, les intérêts économiques des diffuseurs et des autres médias rappelleront ce petit monde à plus de bienveillance et les inciteront à moins arroser le marronnier du "divorce entre l'équipe de France et son public". Mais plus encore que par le passé, le banc des accusés et l'échafaud sont montés à l'avance, les jurys déjà constitués avec une pléthore de procureurs parmi lesquels figurent certains acharnés pesant de tout leur poids médiatique. On va tirer à vue, avec une tolérance nulle et une folle envie de dépecer le gibier.
Alors, au sein de cet effectif dont on dit qu'il est déséquilibré par l'individualisme ou les conflits de génération, devant un sélectionneur fragilisé, il va être difficile de résister à la tentation de rompre la solidarité à la première contrariété. L'équipe de France n'a jamais semblé aussi proche d'imiter ces sélections auxquelles les internationaux accordent une importance limitée et dont ils gâchent le potentiel, perdant cet esprit rare qui avait donné, bon an mal an, un fil conducteur à ses années 2000.


Y croire quand même
Cette exceptionnelle accumulation de facteurs négatifs ne doit pas faire oublier la nature du football, et donc la possibilité que ce sort contraire s'inverse complètement en juin prochain. Un Ribéry frais et bien disposé peut changer beaucoup de choses, un enchaînement de "détails" favorables peut lancer les Bleus sur une trajectoire vertueuse, une volonté de rachat peut les faire se transcender, une alchimie providentielle peut permettre à chacun d'exprimer tout son potentiel...
Le rendez-vous à double tranchant du 3 mars face à l'Espagne offre une belle mais délicate occasion de dissiper le malaise actuel et de retourner la tendance. Il faudra qu'il se passe quelque chose ce soir-là à Saint-Denis, quelque chose qui n'a pas eu lieu le 18 novembre dernier et qui permettrait à l'équipe de France de renouer le fil de son destin, si elle en a un. C'est aussi dans cet espoir qu'on a épanché un accès de pessimisme en se livrant à un exercice de tableau noir. Avec cette équipe, il s'agit bien d'exorciser.



(1) En 1998 comme en 2006, par exemple, le simple examen des matches (amicaux ou de qualification, et de préparation) nous faisait conclure que le catastrophisme de la presse spécialisée tenait du délire collectif, quand ce n'était pas d'une malveillance très ordinaire consistant à miser sur la défaite. A contrario, en 2002, nous avions (comme d'autres) mis en exergue des doutes émergents à la veille de la Coupe du monde asiatique (lire "Menaces sur les Bleus"). Peut-être avons, au contraire, péché par manque de lucidité en 2004 et 2008, ne percevant pas un mal profond, diagnostiqué – mais a posteriori – sous la forme de la déliquescence de l'esprit d'un groupe miné par les tensions. Mais même avec le recul, on continue à penser que le parcours des Bleus lors de ces deux Euro aurait pu basculer à la faveur de circonstances un peu favorables, et faire oublier des dissensions redevenues anecdotiques. Inversement, les épopées de 1998, 2000 et 2006 n'ont tenu qu'à un ou deux fils.
(2) France-Costa Rica le 26 mai à Lens, Tunisie-France le 30 mai 2010 à Radès et France-Chine le 4 ou 5 juin à La Réunion (sous réserve).
(3) Qui constitue une énième tentative du football professionnel pour reprendre la main sur la sélection, aux dépens de la fédération.
(4) Difficile de trancher entre ceux qui estiment que les internationaux français évoluant dans les clubs les plus huppés, la sélection dispose d'un effectif de très haut niveau, et ceux qui trouvent qu'il est très largement surestimé et manque cruellement d'expérience. La Coupe du monde s'en chargera.


Adieux les romantiques
La mythologie du football français, qui implique le mélange d’une mesure d'autosatisfaction et d’une autre d’autodénigrement, nous met traditionnellement dans la position des nobles vaincus (1958, 1982 1986, 2006), des glorieux vainqueurs (1984, 1998, 2000) ou des perdants honteux ayant démérité de leurs homologues des autres millésimes cités (1992, 1993, 2002, 2004, 2008). Mais quoi qu'il arrive, l'image que se donne le football français, c'est celui de l'intelligence de jeu, des grands numéros dix, des victoires méritées et des défaites injustes. Notre martyrologie est ainsi pleine de tragédies (Glasgow, Bari, Séville, Berlin...) imputées à la malchance et/ou à la vilénie de l'adversaire – beaucoup plus rarement aux nôtres (France-Bulgarie). De ce victimisme-chauvinisme, il résultait évidemment un certain confort moral, en plus de l'attachement un peu complaisant à l'idée que l'équipe de France n'avait jamais usurpé ses victoires majeures. D'une chistera parfaite, Thierry Henry a fauché cette image et l'a couchée sur le gazon du Stade de France, où elle repose désormais.
Partager

> sur le même thème

Anelka, footballeur offshore

> du même auteur

Des mains à couper

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Jérôme Latta
2019-05-22

Les absents donnent toujours tort (au sélectionneur)

Une Balle dans le pied – Si une liste des 23 suscitera toujours d’inévitables controverses, peut-être faut-il arrêter de croire que l’équipe de France est une méritocratie.

 


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


2018-11-21

Sans peine mais pas sans péno

 L'équipe de France a dominé l'Uruguay dans un match agréable où elle s'est retrouvée, un peu tard. • l'édito • la nalyse • les gars


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Le forum

Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 18h41 - Casaque marine : Nos meilleures Sanéaujourd'hui à 08h18Max', on en parlera avec nostalgie dans quelques années.... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 18h31 - Espinas : Oui, mais deux trois saisons plus tard, avec un plus de maturité du à l'expérinece acquise à... >>


Coupe de la Ligue

aujourd'hui à 18h30 - Tonton Danijel : Et malgré tous les efforts de Fredo, cette banderole restera la seule animation mémorable d'une... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 18h29 - Tonton Danijel : Je dois avouer que la présence de Bernie m'a gâché les coupes du monde 2003 et 2007, et son... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 18h22 - Mitch : Coty Week 3Titans@Jaguars 23-19Dolphins@Cowboys 10-34Bengals@Bills 21-28Lions@Eagles... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 18h09 - Redalert : Et la compo est tombée avec les premières à domicile de Martin et Raphinha (et le retour de... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 17h54 - Run : Williams sait deja qu'ils ont encore 3 semestres a perdre de l'argent et m'est avis que leurs... >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

aujourd'hui à 17h36 - CELTIC BHOY : Redalertaujourd'hui à 15h59Merci pour le topo, c'est rassurant.-------En tout cas, la priorité du... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 17h22 - Le Pobga du Coman : Josip R.O.G.aujourd'hui à 16h52OLpethaujourd'hui à 15h48Là, tout ce que souhaite Mélenchon... >>


Sondages idiots

aujourd'hui à 17h13 - Roy compte tout et Alain paie rien : En interdisant aux équipes qualifiées de jouer avec plus de 3 de leurs titulaires habituels. >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)