auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article précédent

Very Bad Tripes

Blanc et les Bleus : résultat nul ?

Une Balle dans le pied – Le bilan de Blanc au bout de deux ans de mandat est honorable, mais le sélectionneur n'a vraiment restauré ni le jeu, ni les résultats, ni l'image des Bleus.

Partager

Durant tout le mandat de Laurent Blanc, il aura été rappelé – par lui et ses nombreux partisans médiatiques, et jusqu'à la veille de l'Euro – à quel point l'équipe de France "partait de loin", son classement était FIFA médiocre et l'héritage de l'ère Domenech écrasant. Mais on assurait que Blanc serait à la hauteur de la tâche, tout à la fois restaurateur de l'esprit de la sélection, de son standing et de sa qualité de jeu. Comme si cette dernière pouvait être décrétée... Inévitablement, la suite a démontré que sélectionneur est un métier difficile, quelle que soit l'aura de son titulaire et son crédit médiatique.

 

FANTAISIE DÉFENSIVE

 

Les objectifs ont certes été atteints : qualification pour l'Euro et accession au quart de finale – avec à la clé une série d'invincibilité de vingt-trois matches qui fit oublier les cahots du parcours français. L'amélioration de la qualité de jeu est restée intermittente au long de ce dernier, marqué par quelques contre-performances et autres purges, mais également ponctué de prestations plus abouties (en particulier en match amical contre l'Angleterre, le Brésil ou l'Allemagne).

 

La "vérité de la compétition" est moins flatteuse. L'émergence de Benzema, une des réussites du mandat, n'a pas été confirmée au cours de quatre rencontres sans but pour lui en Ukraine, la charnière centrale Rami-Mexès choisie par Blanc s'est décomposée et ses "paris" dans l'entrejeu ont été perdants (Nasri, Ménez, Ben Arfa, Malouda). Timorée contre une Angleterre à laquelle elle était supérieure, absente lors de la défaite face à la Suède, la France a été sortie en quart en passant complètement à côté de son match, anesthésiée autant par l'étouffante domination de la Roja que par son manque d'audace et de justesse technique... et par un fiasco dans cette bataille tactique dont les joueurs ne portent pas seuls la responsabilité.

(...)


Lire l'article :

Partager

Les Bleus


Richard N
2020-04-04

Djorkaeff 1995, coup franc avec sursis

Un jour, un but - Le 16 août 1995 au Parc des Princes, Youri Djorkaeff marque dans les dernières minutes d’un France-Pologne qualificatif pour l’Euro 1996. Son échec aurait changé l’histoire. 


Richard N
2020-03-26

Michel Hidalgo, un regard bleu

Michel Hidalgo a apporté au foot français son premier titre, le championnat d’Europe 1984, mais aussi un style de jeu et une audace entrés dans la légende. 


Richard N
2019-11-17

Henry-Gallas 2009, la main du diable

Un jour, un but – Il y a dix ans, l’équipe de France inscrivait le but le plus controversé de son histoire et se qualifiait manuellement pour la Coupe du monde 2010. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)