auteurs
Curtis Midfield et John-Paul Bocuse

> déconnerie

Vol aux Cahiers

> article précédent

La Gazette, numéro 52

> article précédent

Beaucoup de bruit pour rien

Bilan 2000/01 : Les Girondins débordés

Baup et son équipe n’en finissent plus de rembourser le titre de 1999 acquis à la dernière journée. Depuis, ce sont deux qualifications pour la Ligue des Champions qui se sont échappées au dernier moment alors que les Girondins avaient toutes les cartes en mains. Inclus : la fiche de synthèse, designed by El Mallorquin.
Partager
Bordeaux est avec Monaco l’équipe la plus régulière de ces cinq dernières années au plus haut niveau. Son jeu est souvent chatoyant (à l’exception de cette saison où travail et solidarité ont souvent suppléé un collectif un peu terne), les individualités y sont de talent et le club évite les remous constatés près du Vieux Port, de la Seine ou d'eaux princières de pacotille. Trois ans après le titre, la frustration domine pourtant…

Les aléas du parcours des Girondins expliquent assez bien ce bilan mi-figue, mi-chasselas. En fonction du moment et de la place occupée par les hommes de Baup, deux interprétations se sont succédées dans les journaux :
Option saison ratée (début du championnat) : dirigeants incompétents et pingres, incapables de traiter rapidement le cas Wiltord et de sortir les sous pour son remplacement. L’entraîneur n’est pas écouté et il va partir.
Option année réussie (la plus grande partie de la saison exception faite des deux derniers matches): Quel talent ces dirigeants : avoir su patienter pour ne pas se tromper dans le recrutement et avoir engagé Pauleta et Roche, deux des meilleurs joueurs du championnat… Beau coup d’œil et sage gestion. M6 n’a même pas été obligée de verser une rallonge. Baup est un homme heureux.
Le coup de froid du printemps oblige finalement les commentateurs à trouver un point médian entre ces deux scénarios, et le cru 2001 est servi tiède.

La trajectoire du club a en effet été un peu chaotique. Cela avait très mal commencé avec une intersaison catastrophique, marquée par l'affaire Wiltord et laissant croire au pire pour l'exercice à venir. La déprime guettait les supporters, qui en devenaient extrêmement susceptibles. Pour mémoire, on peut relire les "Girondins de Bordeaux en 10 questions" de juillet dernier, exercice anodin qui avait déclenché une vindicte disproportionnée (de la part de lecteurs aujourd'hui disparus, ou réincarnés). Peu de temps après, une entame de championnat très inquiétante venait confirmer les craintes (16e place à la 7e journée). Puis Baup revint à son 4-4-2 de tradition —exilant Wilmots sur le côté— embauchait Roche en défense centrale et héritait d'un don du ciel en la personne de Pauleta. Un mémorable carton passé à Nantes sembla ramener tout le monde à la raison et relancer l'esprit de conquête des Girondins. La saison sembla même appartenir aux champions d'automne. L'arrivée de Vairelles vint même conforter ces ambitions. Las, le club ne fit plus que flirter avec la troisième place, qui lui échappa à la dernière journée pour filer avec un rude nordiste.

Une place en UEFA aurait sauvé la saison de bien des ténors nationaux, mais elle est un peu amère dans ces circonstances. Sur le terrain aussi, c'est une impression d'inachevé qui domine. La défense, rassurée par Roche et forte de deux excellents latéraux (une rareté en France), compta parmi les meilleures du championnat (3e), et l'attaque, emmenée par Pauleta, n'eut pas à rougir (4e). Mais c'est le style de jeu et la qualité technique générale qui montrèrent les principales lacunes du groupe. La blessure de Dugarry, la méforme de Laslandes, les progrès incomplets de Battles ont probablement privé les Girondins des moyens de faire la différence.
Ces circonstances n'expliquent pourtant pas tout. Si le Monaco de l’an dernier semblait largement au-dessus du lot, il n’en va pas de même avec le Nantes de cette édition. Les Girondins sont restés longtemps à leur niveau (mathématique s’entend) se faisant décrocher dans les dernières longueurs. Gâchis qu'un ou deux renforts (plus réussis que celui de Vairelles?) auraient sans doute évité. Idem pour l’UEFA où le coup et la Coupe semblaient très jouables.

Annoncé un temps sur le départ, Elie Baup a décidé de prolonger. A la lumière de ces deux dernières saisons, soyons sûrs qu’il a obtenu certaines garanties quant aux moyens alloués pour renforcer l’équipe l’année prochaine. En espérant un été serein et ambitieux?

Fiche de synthèse

capital
Les bénéfices de Loft Story seront-ils réinvestis pour recruter onze jeunes motivés? toujours partant, jamais parti
Où Baup sera-t-il annoncé à la fin de la saison prochaine?
Paco Rabanne
En début de saison, Dugarry pronostiquait l'Intertoto. En fin de saison, il annonçait la Ligue des Champions.
calendrier
Plutôt que de jouer le premier match à la maison pour attirer les touristes, les Girondins feraient mieux de réclamer le dernier match à domicile pour jouer la Ligue des Champions.
économies
En fait, les Girondins ont volontairement perdu la Ligue des Champions au dernier moment parce que c'est plus facile d'avoir des billets dégriffés pour les Iles Féroé que pour Barcelone.
révisions
S'il veut jouer en 5-3-2 la saison prochaine, Elie Baup devrait prévoir un stage d'été et des cahiers de vacances.
fallait pas l'oublier
Cette saison, Michel Pavon a joué six matches avec les Girondins. Michel qui ?
espoir qui dure
Le Milan AC n'a pas fait d'offre pour Feindouno?
chat noir
Bordeaux était leader du Championnat jusqu'à ce que Lescure soit rebaptisé Stade Chaban-Delmas.
hué
En patois bordelais "Christophe Dugarry" se dit "Lilian Laslandes".
papy boom
Après Dugarry soupçonné de dopage à la nandrolone, Alain Roche aurait été contrôlé positif à la DHEA.
printemps des poètes
Les sanglots longs du champion d'automne bercent mon cœur d'une langueur monotone.

Partager

> déconnerie

Agent comptant

Les clubs et les équipes


Mathieu Garnier et Jérôme Latta
2020-07-17

Géographie des supporters français

Infographies – Quelles sont les zones d'influence nationales et les emprises régionales des clubs français, comment se disputent-ils le territoire? Réponses en cartographies interactives.


Christophe Zemmour
2020-06-27

Liverpool 2019/20, titre définitif

Les Reds ont décroché le titre national. Une récompense aussi désirée que méritée, dans des circonstances aussi uniques que cette équipe. 


Rémi Belot
2020-05-15

« À la fin, c'est l'institution OM qui tranche »

Il y a un an et demi, nous rencontrions Andoni Zubizerreta. Il nous avait parlé de son poste de directeur sportif et de sa manière de travailler… 


>> tous les épisodes du thème "Les clubs et les équipes"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)