auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #174

> article suivant

Nouvelle ère à Budapest

> article précédent

Rennes, la victoire aux yeux rouges

> article précédent

La Gazette de la L1 : 33e journée

Bellamy 2007, le swing de Barcelone

Un jour un but – Le 21 février 2007, l’attaquant gallois Craig Bellamy s’approprie un Barcelone-Liverpool de Ligue des Champions avec un but qu’il célèbre d’un étrange geste de golfeur.

Partager

 

Certes, il ne s’agit pas d’un beau but à proprement parler. Ce serait même plutôt un but de raccroc que l’on doit surtout à la mauvaise inspiration du gardien. Les supporters du Liverpool FC ont toutefois gardé cet instant un peu à part dans un coin de leur mémoire. Non seulement parce qu’il représente l’amorce d’un exploit puis d’un remarquable parcours européen, mais aussi parce que son auteur y a ajouté une célébration qui a marqué les esprits.

 

 

La joie du putter

Craig Bellamy reprend de la tête un centre de John Arne Riise mais Victor Valdes est sur la trajectoire. Le gardien de Barcelone plonge pour s’emparer de la balle mais s’aperçoit que son corps est derrière la ligne. Lorsque dans un ultime moment de panique il repousse la balle sur le terrain, celle-ci arrive dans les pieds de Dirk Kuyt, qui ne se fait pas prier pour l’envoyer dans les filets.

 

 

Le réalisateur de la télévision attribue dans un premier temps le but au Néerlandais, mais le ralenti confirme que le buteur est bien Craig Bellamy. Un but important, inscrit juste avant la pause, qui permet à Liverpool d’égaliser et d’éroder la confiance des joueurs du FC Barcelone, qui avaient ouvert le score dès la fin du premier quart d’heure par Deco.

 

 

You’ll never swing alone

L’histoire de ce but ne s’arrête pas là. Lorsque ses partenaires cessent de le congratuler, le buteur gallois mime un swing à la Tiger Woods, une façon à lui de remercier celui qui lui a adressé la dernière passe, John Arne Riise.

 

Quelques jours plus tôt, alors que l’équipe préparait ce match quelque part au Portugal, les deux hommes avaient eu un léger différend au cours d’une soirée bien arrosée. Une dispute d’ivrognes avait éclaté dans un karaoké que le Gallois prolongea dans la nuit à l’hôtel en frappant le Norvégien à coups de… club de golf. Un épisode peu glorieux soldé par une lourde amende pour chacun des deux joueurs, l’équivalent de deux semaines de salaire.

 

Depuis son arrivée en début de saison, l’ancien joueur de Newcastle, en provenance de Blackburn, n’a pas justifié les espoirs placés en lui. Un bon match de temps en temps, mais un rendement globalement insuffisant. Il doit en outre répondre aux convocations de la police pour de vieilles affaires de violence sur voie publique – il est notamment accusé d’avoir frappé une femme dans un bar à Cardiff. Il garde malgré tout la confiance de Rafael Benítez, qui a fait des pieds et des mains pour l’engager.

 

 

Mes que un club (de golf)

Le 21 février 2007, le quart de finale de la Ligue des champions oppose au Camp Nou les deux derniers vainqueur de l’épreuve, Barcelone et Liverpool. Lorsque Deco ouvre le score, on imagine bien l’équipe des Ronaldinho, Messi et Saviola se déployer pour écraser les hommes de Rafael Benítez.

 

 

Mais ce soir-là les Reds, vêtus d’un étrange maillot blanc à parements verts, ne s’en laissent pas compter et font même mieux que résister. Craig Bellamy est le grand homme de la rencontre. Après avoir égalisé en profitant de l’erreur du gardien catalan, il donne en seconde période la passe du but de la victoire à… John Arne Riise.

 

Liverpool s'impose 2-1 au Camp Nou, un exploit dont il préserve le fruit au match retour à Anfield en ne s’inclinant que 1-0 face à l’armada catalane. Comme en 2005, les Reds marcheront vers la finale où ils retrouveront l'AC Milan, deux ans tout juste après la mythique nuit d’Istanbul. Craig Bellamy ne sera pas aligné. Il quittera le club une fois la défaite consommée.

 

Partager

> sur le même thème

Les joies du football écossais

> du même auteur

Dugarry 1998, mauvaise langue

Un jour, un but


Christophe Zemmour et Richard N
2019-05-06

Iniesta 2009, fucking grace

Un jour, un but – Le 6 mai 2009, au bout du bout de Chelsea-Barcelone, demi-finale retour de la C1, Andrés Iniesta trouve la lucarne de Petr Cech. Un but colossal et fondamental pour le club, pour lui et pour l’histoire récente du football.


Richard N
2019-04-16

Rep 1973, l’étoile rouge de l’Ajax

Un jour un but – Le 30 mai 1973 à Belgrade, le jeune Johnny Rep marque contre la Juventus le seul but d’une finale qui donne à un Ajax tout de rouge vêtu sa troisième Coupe des champions consécutive.


Richard N
2019-04-08

Villa 1981, un goleador à Wembley

Un jour, un but – Le 14 mai 1981, l’Argentin Ricardo Villa signe le plus beau but de l’histoire du vieux stade de Wembley à l’occasion d’une finale de FA Cup, la centième, qui oppose Manchester City à Tottenham Hotspur.


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

RT @BilelGhazi: Le message du KVN contre la réforme des coupes européennes #OLSMC @lequipe https://t.co/yguyWRHJuF

RT @PierreRevillon: Exposition des 25 ans, marché des supporters. Une belle journée en perspective. Venez nombreux. https://t.co/nJDPtQyqle

🏆❤️ https://t.co/P6ffMigmSo

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 14h19 - Run : Emanonaujourd'hui à 08h29Maurice a joué un an avec Silvinho à Vigo, non?-----Oui. >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 14h10 - liquido : La grande obsession des membres du G5 Sahel est de mettre la main sur le magot des opérations de... >>


Les Princes de Louis II

aujourd'hui à 14h02 - le Bleu : L'été va être encore plus rock'n roll que d'habitude. >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 13h58 - Josip R.O.G. : JL13aujourd'hui à 13h15Josip R.O.G.aujourd'hui à 12h13Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 13h51 - Charterhouse11 : Ça serait pas un gros coup de pression à la direction surtout ? >>


Paris est magique

aujourd'hui à 13h42 - beltramaxi : Ben quoi ? Jesé nous appartient toujours. Snif, ah oui ça fait mal. >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 13h37 - Özil paradisiaque : Clairement je ne suis pas dans le camp des haters de Kevin Durant, il était libre d’aller où il... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 13h32 - Özil paradisiaque : C’est clair que pour le moment les discours tournent beaucoup plus que l’équipe.Pour une... >>


La L1, saison 2018/2019

aujourd'hui à 13h10 - PCarnehan : Oui, avec le titre de meilleur joueur pour Malcolm s'il était resté en Gironde.A ce propos, c'est... >>


EAG, les paysans sont de retour

aujourd'hui à 11h54 - A la gloire de Coco Michel : FPZaujourd'hui à 09h56Bien aimé la bâche déployé par votre kop à la mi-temps...---Laquelle ?... >>


Les brèves

Alliance Arena

"Quand un arbitre assistant demande sa collègue en mariage." (lequipe.fr)

Prendre les shots les uns après les autres

"Hugo Lloris, le mister penalties de Tottenham." (lequipe.fr)

Milieu de tableau

"Rembrandt s'invite sur le ballon du Championnat des Pays-Bas." (lequipe.fr)

Trafic de coquines

“Football : la Colombie rattrapée par le mouvement ‘Me too’.” (ouest-france.fr)

Veuvage

"Pepe cherche à trouver la solution en solitaire." (lequipe.fr)