auteur
Julien Tomas

Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #157

Ballon d'Eau fraîche, les candidats : Janot

Ballon d'Eau fraîche, la campagne – Le gardien des Verts clôt la parade des candidats. A-t-il une panoplie de favori dans sa garde-robe?
Partager

bdef2010_big.jpg


Jérémie Janot (Saint-Étienne)

bdef2010_liste_janot.jpgJérémie Janot a, semble-t-il, toujours été un mec à part. Quand les gamins rêvent de devenir joueur de foot, lui avait une ambition pour le moins surprenante: "J'aurais adoré être plongeur sur une plate-forme pétrolière. Je me souviens même que dès douze ans, je m'étais renseigné sur les études à suivre pour arriver à faire ça" (cette citation et les suivantes: maxifoot.fr, juin 2005).
Sa taille a longtemps freiné sa progression, à l'heure où les entraîneurs ne jurent que par les grands gantés. Son franc-parler et son apparente excentricité ont également pu refroidir ses dirigeants quand il s'agissait de décider, en haut lieu, si l'heure était venue de lui donner confiance.
Lucide, il l'admet d'ailleurs volontiers: "Avant, j'étais tout foufou, le football n’était pour moi que source de plaisir. Mes éducateurs m’ont recadré afin que je change d’état d’esprit. Depuis, je vis, je dors, je mange gardien". Pas si fou que ça, il a attendu que la situation du club stéphanois redevienne moins instable pour se faire tatouer la nuque: "J'avais peur que les gens croient que je pétais les plombs alors que les Verts jouaient leur survie en L2".


"Je fermais ma gueule et j'y allais"
En effet, sa carrière pro débute en février 1997, dans un club tout près du dépôt de bilan si les Verts venaient à descendre en National. Le dernier match de la saison, contre Troyes, constitue le premier chapitre de la légende de Janot à Sainté. Les deux clubs luttent pour le maintien, le perdant descend, un nul sauve les Verts. En toute fin de match, il sort un arrêt réflexe étonnant, préservant un 0-0, qui permet à l'ASSE de survivre.
Il débute pourtant la saison suivante sur le banc, barré par Jérôme Alonzo.  Et chaque été débarque un nouveau concurrent: Philippe Montanier, Maxym Levytski, puis Dominique Casagrande. Janot bosse et patiente. "Je n'ai jamais triché avec le club. Quand je n'étais pas titulaire, on pouvait m'envoyer jouer avec la réserve au fin fond de la France, je fermais ma gueule et j'y allais".


Déguisement, invincibilité et spectacle
En fin d'année 2002, Casagrande se blesse, Janot saisit sa chance. Sa progression devient alors constante, avec en point d'orgue la saison 2004-2005, au cours de laquelle sa notoriété dépasse le cadre du Chaudron et devient déjà notre héros. Ses tenues originales font le buzz, la série d'invicibilité record de l'ASSE fait le reste. Devenu très apprécié des médias, Janot en profite pour partager sa vision de son sport: "Le foot c'est un spectacle, alors si on peut essayer de faire un truc qui amuse les gens..."

Adulé à Geoffroy-Guichard, il prend de l'épaisseur et de l'assurance à mesure que la confiance du club à son égard grandit. En 2005, il prolonge son contrat de quatre années. "J’ai toujours dit que j’étais d’accord pour faire toute ma carrière à l’ASSE." Promesse tenue. Chaque année, il figure parmi les meilleurs joueurs du club, et agit de plus en plus comme le chef, respecté, du vestiaire. Plutôt que de cultiver son immense popularité locale, il n'hésite jamais à défendre ses partenaires, y compris contre les tribunes. Exemple le plus marquant l'année dernière, quand il s'adresse aux Magic Fans à l'issue d'un match au cours duquel Sylvain Monsoreau avait été largement sifflé par le stade.

En résumé, Jérémie Janot, c'est le gardien de but qui a vaincu les préjugés et ses propres démons, qui a fait toute sa carrière dans le même club, qui se fout de la gueule ni de ses supporters ni de ses coéquipiers, qui se déguise en Spiderman, qui réalise des parades extraordinaires même sur des tirs non cadrés et qui ne calcule jamais son engagement, pas plus qu'il ne calculait lorsqu'il assurait, en octobre dernier au soir de la victoire de son équipe à Gerland lors du derby: “Ça valait le coup de perdre tous les autres pour gagner celui-là".


Point fort
C'est probablement le meilleur joueur de la sélection.

Point faible
En plus, il est spectaculaire. Quoi, "C'est pas un point faible"?

Le Diaporama de Jérémie Janot
janot_diaporama.jpg
Partager

Le Ballon d'Eau fraîche


La rédaction
2017-07-31

Sirieix roi

Ballon d'Eau Fraîche 2016/17 – les résultats. C'est à sa troisième tentative que Pantxi Sirieix est enfin sacré, tout au bout de sa carrière. Une victoire aussi logique que méritée, à laquelle seul Cheick Diabaté aura résisté.


La rédaction
2017-07-19

Ballon d'Eau fraîche 2016/17 : le vote

Toutes les présentations des candidats ayant été publiées (lecture obligatoire), c'est le moment de voter pour la lauréat de la saison. Le bureau de vote est ouvert jusqu'au 30 juillet.


J. L. et syle
2017-07-18

Ballon d'Eau fraîche 2016/17, les candidats : Pantxi Sirieix et Florian Thauvin

Deux revenants pour clore les portraits des candidats… Sirieix qui revient pour la troisième fois, et Thauvin qui revient d'aussi loin que son "triomphe" au dernier Ballon de Plomb de l'histoire. 


>> tous les épisodes du thème "Le Ballon d'Eau fraîche"

Sur le fil

RT @Ploukyroiduciel: @cahiersdufoot je crois que le problème du révélateur se pose partout dans le monde https://t.co/48lzM9AB74

H-12 https://t.co/AyeIa8MLZe

RT @banquetteNE: Dans le dernier épisode de Banquette, @Romain_Molina évoque au micro d’@AbdallahSoidri les oligarques russes qui se paient…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Happy Neuer

Neuer : 'Finir l'année sur une bonne note'." (lequipe.fr)
Et en avant la Munich !

Malcolm Leaks

"Quand Malcolm enfile le maillot de l'OM." (lequipe.fr)

Emile Louis-II

"Les ‘combines’ de Monaco pour attirer les joueurs mineurs." (lequipe.fr)

Je crois keupon

"Laurent Blanc n'a esquivé aucun sujet. Même ceux qui fâchent..." (lequipe.fr)

Michel derche accueillant

"C'est devenu Montpellier Eros." (France Football)