auteur
Si vis pacem, para Bellion et Inamoto

> article suivant

Revue de stress #116

Ballon d'Eau fraîche 2016/17, les candidats : Cheick Diabaté et Gelson Fernandes

Un attaquant inclassable qui veut nous faire aimer la vie et un milieu polyglotte qui n'hésite pas à prendre position… Un Messin ou un Rennais feront-ils enfin remporter un beau trophée à leur club?

Partager

 

Diabaté, Messin généreux

Il nous avait tellement manqué. Près de onze ans après son arrivée aux Girondins, où il sera resté durant neuf saisons remplies de buts et d'amour, six mois après son départ en Turquie, Cheick Diabaté s'est à nouveau posé dans le pays qui l'a vu devenir un homme. Pour le plus grand bonheur des Messins, des Bordelais et de Julien Cazarre.

 

 

 

 

Car avec le Malien, Cazarre retrouve sa "victime" préférée. Les deux hommes se voient pour la première fois après Marseille-Metz. Après une embrassade, l'humoriste chambre. "Comment tu fais pour faire un passement de jambes au ralenti, à vitesse réelle?" Le gentil géant éclate de rire et lui tape dans la main. Diabaté l'a toujours dit, il n'a rien contre les railleries de Cazarre, au contraire. D'abord parce que "les gens sont tellement tristes dans la vie, et lui, il arrive à faire rire les gens. Et ça me fait plaisir: j'aime voir les gens heureux". Ensuite parce que "les gens qui me critiquent, je préfère être ami avec eux. Ça fait quelques amis de plus, alors pourquoi pas?

 

Les deux hommes se rencontrent à nouveau pour le dernier J+1 de la saison. Timide, pas forcément très à l'aise, le joueur livre un discours émouvant, sincère, naïf: "C'est un plaisir pour moi d'être là, je passe un moment extraordinaire [...]. Par contre je m'inquiète, parce que depuis tout à l'heure je suis en train de me dire, dans cinq, dix, trente, cinquante ou cent ans, est ce que nous aurons la possibilité de nous retrouver ici pour passer de bons moments ensemble? Je ne sais pas. C'est pour ça qu'à chaque fois que j'en ai la possibilité, j'en profite."

 

S'il parle régulièrement de la mort, c'est pour célébrer la vie. Car la sienne ne fut pas facile. Après avoir perdu sa mère très jeune, il apprend le décès d'un ami à treize ans, avant de voir son père et son frère s'éteindre sous ses yeux. Des épreuves douloureuses pour un jeune homme déraciné à dix-huit ans, qui a fait le choix de venir seul en France pour, un jour "porter les couleurs du Mali", son rêve. Ces difficultés ont façonné l'attaquant. "Avant la mort, pourquoi on ne peut pas faire un effort et passer de bons moments ensemble? Il faut s'aimer, rigoler, danser. De temps en temps, sur le terrain, je danse un peu. Mais seulement si les gens ne me regardent pas. Je suis timide."

 

C'est cet état d'esprit qui lui a permis de surmonter les difficultés: entorses du genou, déchirures aux ischios, concurrence de Moussa Maazou ou coaching de Willy Sagnol. Cheick reste debout et répond comme il le fait à chaque fois: avec du travail, du mental et surtout de l'amour. Immédiatement adopté par les supporters grenats ("je crois que vous avez compris que je suis sensible, on a tous besoin d'être aimés et c'est important de se le dire") et ses coéquipiers, il aide le club à terminer à une honorable et inespérée quatorizème place.

 

Fou de joie après le point crucial obtenu contre Caen, Diabaté s'empare du micro du speaker et remercie les supporters plus d'une vingtaine de fois. Quelques jours plus tard, il raconte: "Parfois, quand on est très content, on peut danser, on peut chanter! Il y avait de l'ambiance, et je voulais simplement dire merci aux supporters. Ils étaient là dans les moments difficiles". "On avait la sinistrose, on était dix-neuvièmes. Sa personnalité très douce et attachante nous a amené du bonheur", sourit Philippe Hinschberger. Comme il le dit si bien: "On va tous mourir, alors pourquoi être méchant?"

 

Point fort

Sans lui, Julien Cazarre se retrouve au chômage.

 

Point faible

Sans lui, Julien Cazarre se retrouve au chômage.

 

Le slogan de campagne

Cheick Diabaté, Metz que un jugador!

 

 

 

Fernandes, le Suisse fédérateur

Transféré en ce début d’été à l’Eintracht Francfort, Gelson Fernandes clôt, après trois ans au Stade rennais, sa plus longue période de stabilité au sein d’un même club depuis la fin de sa formation au FC Sion en 2007. Le Suisse, passé par Manchester City, Saint-Étienne, Fribourg ou encore le Sporting, devenu polyglotte par la force des choses – il parle sept langues couramment –, a vécu sa carrière comme un étudiant Erasmus du football européen.

 

 

 

 

Loin de se plaindre de transferts rapides et de prêts successifs, il les présente comme un véritable enrichissement. Il confie ainsi à So Foot en 2015: "Certains me demandent 'cela a dû être difficile?' Ma compagne et moi, on a pris ça avec bonheur et une grande satisfaction de pouvoir découvrir des cultures et des pays différents. Aujourd'hui, on peut partir en vacances dans des villes qu'on connaît bien, je peux faire découvrir à ma fille qui n'a plus forcément de souvenirs, car elle était trop petite. C'est du pur bonheur."

 

Le milieu défensif quitte donc la Bretagne et la Ligue 1 avec une réputation méritée de solide joueur de devoir et de grand professionnel. Sa candidature au Ballon d’Eau fraîche 2017 vient dans la logique de ce que ce trophée cherche à mettre en avant. Si son CV est marqué par le voyage, son comportement sur le terrain, mais peut-être encore plus en dehors, est emprunt d'une lucidité et d'un recul rares sur le rôle et la place du footballeur professionnel dans son environnement. Ces qualités ont encore été tout récemment pointées par Christian Gourcuff dans la presse suisse: "Je ne le dis pas par calcul mais cela a été un plaisir de travailler avec Gelson pendant un an. Il a beaucoup joué sans être titulaire, il a toujours eu un comportement exemplaire, intelligent."

 

Simple et disponible dans une communication active et directe avec les supporters, en particulier sur les réseaux sociaux, il a toujours su faire face aux critiques avec calme et lucidité – assumant sa responsabilité quand celle-ci était engagée (comme ici en 2015). Lucide sur son niveau et concentré sur ses tâches défensives, son jeu est caractérisé par une combativité peu commune, notamment à la récupération, qui contrebalance le déchet balle au pied que peut avoir ce milieu aux soixante-deux sélections avec la Suisse. 

 

D’origine capverdienne et modeste, le "fils d’immigré parti sans papier à la recherche d’une vie meilleure" n’hésite pas à s’engager en faveur de la cause des réfugiés au cours de la crise migratoire syrienne, ou contre les partis d’extrême droite suisses et français. Un Ballon d’Eau fraîche viendrait légitimement récompenser un homme simple et sympa, de ceux qui nous manquent dans le football contemporain.

 

Point fort

Ayant quitté Rennes depuis peu, il préserve ses chances de victoire.

 

Point faible

Un CV à la Xavier Gravelaine.

 

Le slogan de campagne

Votez pour le Gel’s Angel !

 

 

 

 

Partager

> déconnerie

Hey gamin !

Le Ballon d'Eau fraîche


La rédaction
2017-07-31

Sirieix roi

Ballon d'Eau Fraîche 2016/17 – les résultats. C'est à sa troisième tentative que Pantxi Sirieix est enfin sacré, tout au bout de sa carrière. Une victoire aussi logique que méritée, à laquelle seul Cheick Diabaté aura résisté.


La rédaction
2017-07-19

Ballon d'Eau fraîche 2016/17 : le vote

Toutes les présentations des candidats ayant été publiées (lecture obligatoire), c'est le moment de voter pour la lauréat de la saison. Le bureau de vote est ouvert jusqu'au 30 juillet.


J. L. et syle
2017-07-18

Ballon d'Eau fraîche 2016/17, les candidats : Pantxi Sirieix et Florian Thauvin

Deux revenants pour clore les portraits des candidats… Sirieix qui revient pour la troisième fois, et Thauvin qui revient d'aussi loin que son "triomphe" au dernier Ballon de Plomb de l'histoire. 


>> tous les épisodes du thème "Le Ballon d'Eau fraîche"

Sur le fil

Dans la Revue de stress de la semaine, il n’y a que de bonnes choses (on a même planqué Thom Yorke quelque part) - https://t.co/Lu2XA0Di7O

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 08h15 - Benoit Fleck : Annyongaujourd'hui à 00h51Je n'imagine pas nécessairement faire ça tout le match, mais par... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 07h43 - le Bleu : Ce qui fait le plus peur c'est que ce match était probablement dans la configuration de loin la... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 07h36 - De Gaulle Volant : I'm Aulas "Aulas a trouvé une raison de s’enflammer" (football.fr) >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 07h35 - Jus de Nino : Oui. À l'échelle du continent les mauvaises nouvelles sont beaucoup plus nombreuses que les... >>


Sondages idiots

aujourd'hui à 06h08 - Rolfes Reus : Maurizio Zamparini trouve que Christian Constantin vire trop souvent ses entraîneurs.Nicolas... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 03h24 - Run : 2 int, 19 yds en 20 mn. Match tres difficile de Carr et de l'attaque des Raiders. >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 03h04 - Toni Turek : Zigmunt l empereur24/09/2017 à 21h50Bonjour, je cherche pour un cours des illustrations de la... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 02h09 - Radek Bejbl : suppdebastille24/09/2017 à 22h35L'échappée c'est des seconds couteaux + Tim Wellens. Ok il ne... >>


L'autre carré magique

aujourd'hui à 01h14 - Raspou : Non non, je ne pense pas qu'il faille payer quoique ce soit, on joue les parties en s'invitant en... >>


LA GAZETTE : Les gestes / Les antigestes

aujourd'hui à 01h13 - Gouffran direct : +1 sur le but de Dubois qui a lui seul a convaincu Kim Jong Un de déposer les armes.Antigeste: le... >>


Les brèves

Un transfert nommé désir

"Marlon prêté à Nice pour deux saisons." (goal.com)

Chaude piste

“PSG : ça brûle pour Mbappé !” (footlegende.fr)

Papic fait de la résistance

"Mamic s'est fait tirer dessus." (lequipe.fr)

Bouffer la feuille

"Un club de foot est passé au régime végétalien." (lessentiel.lu)

Bukkake

"Nice douché par Troyes." (lequipe.fr)