auteur
Gang of Five

Du même auteur

> article suivant

Double jeu à la française

> article précédent

Teenage Kicks, Day 34

> article précédent

Gaceta de la Liga : jornada 32

Avram Grant, l'entraîneur qui valait trois roubles

L'homme qui "se fout de n'être pas respecté par ses joueurs" quittera Chelsea dans un mois. C'est acquis. Rarement manager n'aura été dans une position si inconfortable. Pourtant, il semblait avoir tout prévu...
Partager
Alors que Roman Abramovitch est fâché depuis plusieurs mois avec José Mourinho – l'entraîneur star, aimé de ses joueurs, adulé par les fans, reconnu par ses pairs –, Grant, l'ami de longue date du président, arrive alors de Portsmouth où il exerçait les fonctions de Director of Football auprès du nouveau propriétaire (Gaydamak, l'obscur homme d'affaires franco-russo-israélien). Une fois dans la place, il va mener une fronde en interne contre le coach portugais afin de prendre sa place. Nommé director of football de Chelsea en juillet 2007, et sera propulsé entraîneur en septembre lorsque The Special One jette l'éponge.

tk34_grant.jpgIntérim
Jusqu'à ce jour, son principal fait d'arme était d'avoir manqué la qualification pour la Coupe du monde 2006 avec la sélection israélienne, malgré son invincibilité dans le groupe de la France, ainsi que d'avoir entraîné le Maccabi Tel Aviv et le Maccabi Haifa.
Les fans, encore sous le choc du départ de Mourinho, voient cette nomination comme un intérim. On parle de Lippi, Hiddink, Capello, Ramos... Abramovitch reprochait à son coach son style de jeu et ses échecs en C1, il ne peut laisser un inconnu moins expérimenté que ses propres joueurs face à Wenger, Ferguson, Benitez! Les fans chantent à la gloire de Mourinho, les insultes pleuvent, certaines hélas entachées d'antisémitisme. Au pays, l'ancien international Eyal Berkovic, écarté à l'époque par l'intéressé, qualifie sa nomination de dégoûtante et irrespectueuse.


Protégé par la police
Les premiers résultats sont contrastés. Chelsea ne perd pas, mais le spectacle est de piètre qualité. Certains joueurs semblent errer sur le terrain, le kick 'n rush est remis au goût du jour, personne ne comprend certains choix loufoques. Le minimum syndical est assuré par un ersatz de tactique mourinhienne. Pendant que Grant paraphe en décembre un contrat de quatre ans, des voix s'élèvent au sein même du vestiaire, plus dures encore que celles des fans. Sous couvert d'anonymat, on reproche à Grant d'user de "méthodes dépassées de vingt-cinq ans", on craint de souffrir contre les autres gros – d'ailleurs il n'a jusqu'à présent gagné que contre Arsenal. Certains membres du staff menacent de quitter le club si Grant continue. Plus grave, des menaces de mort et un paquet suspect entraîneront même sa protection par la police.


Décisions fatales
Sur le terrain, "Average" Grant multiplie les gaffes et se montre incapable de tenir un score en patron. S'il n'hésite pas à pratiquer le turnover, certaines décisions en matière de coaching et de tactique sont incompréhensibles, déséquilibrant l'équipe et provoquant certains résultats catastrophiques, dont les plus marquants sont les défaites en finale de Cup et le match aller contre Fenerbahçe. Ce week-end encore, son équipe perd deux points à la dernière minute d'un match mal maîtrisé contre un mal classé, à la maison. Peu rassurant avant les dernières échéances européennes, si bien que les fans imaginent déjà qu'un groupe de joueurs cadres a pris le pouvoir dans le vestiaire.

Grant n'aura jamais eu la confiance de ses joueurs, étant à leurs yeux celui qui a évincé "leur" coach. Abramovitch et les siens n'avaient sans doute pas mesuré la part de l'affectif dans le travail du Portugais. Le patron semble avoir compris son erreur et annonce un recrutement colossal pour la saison prochaine, sous les ordres d'un manager de tout premier plan (Hiddink? Rijkaard?) pour se faire pardonner des fans.

Le coach israélien peut partir sur une bonne note. Que reprocher à Grant? S'est-il brûlé les ailes? Est-il le pantin qui paie pour le caprice de son ami? Comment mesurer son impact sur les résultats de l'équipe? Que penser en mai prochain si John Terry soulève le trophée aux grandes oreilles? Qu'on aura trouvé le successeur malgré lui du coach à la sucette, avanceront certains.
Partager

> sur le même thème

Gerrard humanum est

> du même auteur

Teenage Kicks, Day 30

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Jérôme Latta
2020-08-06

Anelka, trop bien compris

Une Balle dans le pied - Le documentaire de Netflix Anelka, l’incompris est un autoportrait trop complaisant pour ne pas passer à côté de son sujet. 


Jérôme Latta
2020-07-29

Revoir Guadalajara

Une Balle dans le pied – Qu’est-ce qui fait le mythe d’un match comme France-Brésil 1986, faut-il sortir de la légende du football une rencontre qui y est entrée, que peut-il en rester ?

 


Christophe Zemmour
2020-06-30

Totti 2000, le grand numéro

[rétro Euro 2000 • 4/5] Il y a vingt ans, le jeune Francesco Totti réalisait son meilleur tournoi sous le maillot de la sélection italienne. 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)