> article précédent

Nantes ne fait plus école

> article précédent

Gaceta de la Liga / Jornada 1

Autriche-France : les gars

Passons en revue les treize battus de Vienne. Avec un chapitre spécial pour le héros maudit de la soirée...
Partager
Mandanda a été pris à contre-pied par la non-intervention de Mexès, par l'intervention de Gallas, et par le penalty d'Ivanschitz. C'est ce qui s'appelle se lever du pied gauche. Si la faiblesse des Bleus sur coups de pieds arrêtés perdure, il faudra peut-être vérifier si Lloris n'a pas un vrai talent pour les sorties aériennes, ce que les Bleus n'ont pas connu depuis Bernard Lama.


Charnière décollée

On a enfin vu des bribes du Patrice Evra de Manchester sous le maillot bleu. C'est de son côté que sont venues les actions les plus dangereuses et il a participé à l'effort d'étirement de la défense autrichienne. Malheureusement, il n'a pas Cristiano Ronaldo devant lui pour occuper cinq défenseurs et ses combinaisons n'ont que trop rarement abouti. Harnik lui fait concéder assez bêtement le corner du troisième but.
Sagna a été en deçà de sa prometteuse prestation en Suède. Très propre dans tout ce qu'il a fait défensivement (un beau retour sur Fuchs, 18e), son apport offensif a été maigre. Peut-être parce qu'il a eu du mal à s'entendre avec ses partenaires. Sûrement aussi.. parce qu'il avait Fuchs dans sa zone.

On aurait bien du mal à évaluer la performance défensive de la charnière centrale, puisqu'elle a été au chômage technique. Reste cette malédiction des coups de pied arrêtés. En ce moment, Gallas n'est probablement pas un des tout meilleurs défenseurs centraux du monde, et son incapacité à s'imposer physiquement assure une bonne promotion de Boumsong.
Que dire de l'inexplicable match de Mexès? Avec un peu de chance, il a offert à Domenech quelques mois de sursis sur les polémiques liées à ses choix de joueurs (lire aussi ci-dessous, "Mexès, démission!").


mandanda_henry.jpg
"Et tu me promets que je vais avoir une défense devant moi cette fois-ci? Parce qu'on m'a déjà dit ça à Marseille et à l'arrivée, je me retrouve toujours tout seul."

Toulalan est-il une génération sacrifiée à lui tout seul? Peut-être meilleur joueur bleu en 2008, il arrive au sommet de son art après les uns, mais avant les autres. Quel autre joueur de sa génération est au niveau international? Face à une équipe regroupée derrière, sa frappe de balle a failli être décisive, et ses récupérations ont toujours été assorties d'une belle volonté de repartir de l'avant.

Indispensable et pour longtemps? Diarra a beaucoup contribué à ce que la charnière centrale n'ait rien à faire. Dans un registre comparable à Flamini, c'est une belle garantie. Mais comme beaucoup de ses coéquipiers, et en dépit de sa rage à se retourner pour relancer la machine, il a eu du mal à accélérer le jeu et à trouver ses partenaires dans le bon tempo.


Govou justifie le 9

Nasri est peut-être très bon à gauche à Arsenal. En équipe de France, il n'y a pas de Fabregas, Walcott, Van Persie et Clichy pour faire des appels dans tous les sens, ce qui limite les solutions. Les échanges avec Evra ont manqué d'huile, et c'est finalement dans l'axe qu'il fut décisif. Le schéma tactique lui donnera-t-il un jour l'occasion de mener le jeu?

Govou a fait preuve d'une volonté qui a longtemps tranché avec la mollesse de ses partenaires. Il a le même problème d'entente avec son nouveau latéral, mais il a toujours fait le boulot sur son côté. À l'image de son but, c'est lui que l'on a souvent retrouvé à la fin du match en position préférentielle dans l'axe.

Entré à la place de Sagna, Gourcuff mérite bien un 9,5 en note esthétique et prend le relais de Lizarazu et Zidane dans le cœur de nos compagnes.


Benzema est beaucoup redescendu pour jouer les ballons, qu'il a souvent perdus sans apporter beaucoup dans la construction du jeu. Quand il a tenté de faire valoir ses qualités de fixation et de frappe, il a rarement réussi à se défaire de la pression adverse. Un joueur génial sans coup de génie, c'est tout de suite moins intéressant.

La complémentarité supposée entre Benzema et Henry est encore restée hypothétique à Vienne. Ils semblent plutôt en lutte pour s'imposer dans leur carré de pelouse préféré. L'activité du Barcelonais a été plus dense qu'en Suède, et il a obtenu des positions de tir sans briller plus devant le but que dans l'entre-jeu lorsqu'il y est redescendu.

Le petit quart d'heure passé par Anelka sur la pelouse n'a pas changé la donne: il a évolué dans le même registre que ses partenaires, sans trouver de faille.



Mexès, démission !

Il y a des destins contrariés dans le football: celui de Philippe Mexès l'a été s'agissant de sa carrière internationale, avec un sélectionneur qui a fait d'autres choix durant presque tout son mandat. Mais son heure venue, peut-être victime d'une pression qu'il a admise sous la forme d'une envie de trop bien faire lors de Suède-France, le Romain a complètement raté la marche, évoquant même le crash de Philippe Cristanval à l'été 2002.
Sa panique a été palpable sur les deux buts dont il est responsable, lorsqu'il préfère maîtriser Janko façon tatami, ne parvenant à l'empêcher de marquer qu'en s'en chargeant lui-même (8e) et en provoquant un penalty (71e). Entre les deux moments, il a eu le temps d'alimenter les ralentis en ceinturages et accrochages de maillot. Bien qu'assigné au marquage du géant rouge (1m96), on peine à croire qu'un footballeur de sa trempe présumée, par ailleurs bon joueur de tête, ne puisse user d'autres armes.
 
À sa décharge, il lui faudrait probablement du temps pour prendre ses habitudes avec un Gallas lui-même loin de son meilleur niveau. Malheureusement, le temps manque en équipe de France et, sous ce maillot, les destins se nouent et se dénouent très vite. La claque risque, hélas, d'être beaucoup plus grande pour lui que pour tous ceux qui voyaient en lui la panacée en même temps que la preuve de l'incompétence du sélectionneur.


mexes_valse.jpg
Maintenant que deviennent
Que deviennent les valses de Vienne ?
Dis-moi qu'est-ce que t'as fait
Pendant ces années ?
Si les mots sont les mêmes
Dis-moi si tu m'aimes...
Partager

> sur le même thème

Les Bleus se ramassent à l'Happel

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Richard Coudrais
2020-11-11

Les tuniques bleues

BibliothèqueUn maillot, une légende nous plonge dans l’histoire du maillot de l’équipe de France, ou plutôt de ses nombreux maillots… 


Jérôme Latta
2020-10-05

1905-2020 : des Bleus à domicile(s)

Une Balle dans le pied – En 115 ans, l'équipe de France a visité une quarantaine de stades sur le territoire national. Surtout dans l'agglomération parisienne, et devant des affluences qui ont beaucoup varié. 


MinusGermain
2020-09-10

Zones blanches pour les Bleus

Infographies – Huit départements n'ont jamais fourni d'internationaux à l'équipe de France. Explorons ces déserts footballistiques et recensons leurs représentants chez les pros. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)