auteur
Toni Turek

 

Überfan des footballs d’Allemagne et d’Autriche, passés et présents. Taulier de la Ventre Mou's League.


Du même auteur

> article suivant

La boîte à chants

> article précédent

La Gazette de la L1 : 37e journée

Austria Salzbourg, la revanche des supporters

On connaît l'aventure des fans anglais qui ont créé l’AFC Wimbledon et le FC United of Manchester. En Autriche, c’est Red Bull qui a conduit des supporters à ressusciter une Austria Salzbourg qui, cet été, peut espérer retrouver le monde pro. 

Partager


Printemps 2005: la marque autrichienne de boissons énergisantes Red Bull prend le pouvoir à Salzbourg en rachetant la licence du principal club de football de la ville. L’Austria Salzbourg n’est alors plus au faîte de sa gloire comme dans les années 1990, quand elle remportait trois titres en championnat sous l’appellation Casino Salzbourg, et qu’elle atteignait la finale de la Coupe de l’UEFA avec ses internationaux Konrad, Feiersinger, Aigner et Pfeifenberger. En moins de dix ans, elle a régressé sportivement, et financièrement elle n’est vraiment plus au mieux.

 


 


L’Initiative violett-weiss

Les supporteurs espèrent que Red Bull va permettre à leur club de retrouver la gloire passée. Mais leurs espoirs sont très vite douchés. La vision Red Bull du football à Salzbourg est simple et brutale: "Pas de compromis. C'est un nouveau club. Il n'y a pas de tradition, pas d'histoire qui tienne". Le milliardaire Mateschitz n’a pas racheté un club, il a acquis une licence. Tout ce qui a trait à l’identité et au passé de l’Austria Salzbourg est nié, remplacé: couleur et blason sur le maillot, nom, date de fondation et histoire du club [1], stade… tout doit promouvoir la marque Red Bull. Une nouvelle ère commence à Salzbourg, mais pour nombre de fans, c’en est une qui prend fin.


La disparition du violet, couleur historique de l’Austria, pousse en juin 2005 des fans salzbourgeois à lancer "l’Initiative violett-weiss", dont le but est de contraindre Red Bull à tenir compte du passé du club dans la nouvelle entité. La crise club vs. fans occupant une place croissante dans les médias, le FC Red Bull contrecarre l’écho médiatique négatif en négociant avec les responsables de l’Initiative, qui cumulent soutiens locaux et internationaux. Mais les concessions du club taurin, où le violet ne ferait qu’un timide retour sur les tenues, ne suffisent pas. Red Bull gagne à l’usure: la rupture entre les deux parties est actée en octobre. Ainsi débarrassé des gêneurs, le FC Red Bull découvre la Bundesliga avec de nouveaux supporteurs plus conciliants, tandis que va renaître une Austria Salzbourg vite oubliée des médias.
 


Une renaissance en deux temps

L’Austria Salzbourg voit sportivement le jour en cours de saison 2005/06 grâce à un partenariat avec le Polizei SV/Schwarz-Weiß Salzbourg (D4). Ce club admet le violet et le blason de l’Austria aux côtés du sien sur ses maillots, et lui permet ainsi de ne pas redémarrer au plus bas niveau du foot autrichien. Hélas, l’entente ne dure pas. Sur le gazon, l’équipe n’arrache son maintien qu’in extremis, et hors du stade l’ambiance n’est pas au beau fixe. Au final, une majorité des dirigeants de l’Austria décide de mettre un terme à l’association avec le PSV/SW. Après une saison "pour rien", l’été 2006 est l’occasion d’un nouveau nouveau départ. En septième division.
 

Tout est à (re)faire: pas d’équipe, pas de stade. Mais la motivation est toujours là, intacte. Et avec elle, l’impossible devient possible. Quatre années de suite, l’Austria Salzbourg va ainsi finir première de son groupe, passant du plus bas niveau amateur à l’antichambre du professionnalisme. Les deux premières saisons sont les plus impressionnantes: 49 succès en 52 journées, avec quatre buts inscrits par match en moyenne, grâce à une équipe d’anonymes. Et ces quatre promotions successives sont suivies d’autant de titres de meilleur buteur pour les Violets. Un bilan d’autant plus remarquable que le club violet ne compte pas de milliardaire dans ses soutiens.
 

L’Austria Salzbourg se construit, petit à petit. Après un an passé à jouer dans un stade du centre-ville, l’équipe déménage à l’Ouest au My Phone Austria Stadion. Elle y attire les visiteurs, avec des affluences dépassant les 1.500 visiteurs parfois – une réussite pour un club provincial d’amateurs concurrencé dans la même ville par une équipe candidate chaque année au titre national. L’Austria continue à avoir de bons résultats, même en 2008 quand elle doit gérer les départs de plusieurs entraîneurs et joueurs-clefs, même en 2010 après la démission du conseil d’administration du club.
 


Retour chez les pros ?

L’arrivée en Regionalliga – D3, le plus haut niveau amateur – marque un palier pour l’Austria Salzbourg. À cet échelon, on trouve des ex-joueurs du monde professionnel ainsi que des réserves de clubs pros. Pas évident, a priori, pour l’Austria Salzbourg de se faire sa place, d’autant qu’elle subit aussi, côté transferts, la concurrence locale de Grödig, club voisin qui lui a déjà pris un entraîneur et quelques joueurs. Mais le club violet réalise des saisons plutôt correctes: cinquième en 2011, huitième en 2012 et deuxième en 2013.
 

2014 pourrait être l’année du grand retour de l’Austria Salzbourg chez les pros: entraînée par l’ex-joueur et ex-entraîneur de l’Austria 1.0 Polak, emmenée par son capitaine et meilleur buteur Vujic [2], l’équipe violette 2013/14 est invaincue dans son groupe, avec 73 points pris sur 81. Meilleure attaque, meilleure défense, l’Austria Salzbourg a résisté au WSG Wattens, son seul concurrent à l’accès aux barrages pour la montée en Erste Liga (D2). Evidemment, même si l’Austria triomphe de ces barrages, les derbies contre le FC Red Bull ne seront pas pour tout de suite…
 

Côté adverse, malgré l’expansion de la galaxie Red Bull [3], les titres cumulés depuis l’arrivée de la marque au taureau et avec elle celle d’une infinie cohorte de joueurs étrangers, le FC Red Bull n’est pas devenu un aimant à spectateurs: depuis une première saison à 16.000 visiteurs en moyenne, l’affluence du club taurin a chuté de moitié. La montée à l’été 2013 du voisin Grödig, club sans moyens et au stade limité à 3.000 places, n’explique pas tout. L’Austria Salzbourg pourrait bien tirer profit de la composition nationale, voire locale, de son effectif, par rapport à son riche rival.
 

En une décennie, l’Austria Salzbourg a revu le jour, s’est structurée – avec la mise en place de nombreuses équipes de jeunes – et dispose de bonnes bases. Son existence rappelle que l’argent ne fait pas tout, et ne remplacera jamais pour certains les symboles et l’histoire d’un club. Mais pour déloger les Taureaux du FC Red Bull de leur piédestal, il faudra bien davantage qu’un maillot violet.
 


[1] Le FC Red Bull a au final dû reprendre l’année de fondation de l’Austria (1933), car s’il avait vraiment vu le jour en 2005, il auraît dû y démarrer au niveau le plus bas. Le site web du club évoque aussi maintenant, brièvement, les titres de l’Austria.
[2] Un des plus anciens joueurs à l’Austria, Vujic (30 ans) est passé par une dizaine de clubs… dont les rivaux des Red Bull Juniors!
[3] Le FC Red Bull en D1, le FC Liefering – du nom d’un quartier de Salzbourg – en D2, les Red Bull Juniors en D3, et le RB Leipzig en Allemagne. Et on n’évoque là que le foot dans son périmètre européen…

 

Partager

> déconnerie

Cher Fabrice

Le football d'ailleurs


Jérôme Duval
2020-03-04

Le football chilien, entre répression et rébellion

Supporters et joueurs se sont engagés dans le soulèvement insurrectionnel chilien, soutenant la contestation, et faisant face à la répression dans les stades et les rues. 


Matthieu Richard
2020-02-21

Une semaine de foot en Israël et Palestine

Trois stades, deux villes, plusieurs atmosphères. De Tel-Aviv à Jérusalem-Est, récit d'un visiteur en tribune. 


Guy Pichard
2020-02-08

Retour de flamme

Il y a un an, l'incendie du centre d'entraînement de Flamengo provoquait la mort de dix jeunes. Depuis, le club a connu une année sportive exceptionnelle… et laissé les familles des victimes à l'abandon. 


>> tous les épisodes du thème "Le football d'ailleurs"

Le forum

Marinette et ses copines

aujourd'hui à 03h26 - Toto le Zéro : Pour revenir rapidement sur le 12-0, le but de Emeline Laurent du 9-0 est Matuidesque au possible... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 03h11 - Jah fête et aime dorer Anne : Et Houston ne récupère qu'un premier tour de pick de seconde moitié. Alors que John Wall avait... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 02h48 - PCarnehan : L'Austerlitz attendu qui s'est transformé en un Waterloo personnel. >>


Paris est magique

aujourd'hui à 02h37 - cocobeloeil : @la menace ChantomeT'as quel âge pour parler de trolls à répétition ? 15 ans? A peu près... >>


La Ligue des champions

aujourd'hui à 01h41 - Moravcik dans les prés : Situation étonnante dans le groupe B où les quatre équipes peuvent toutes encore se... >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 00h35 - Run : Le premier impératif, au-dessus de n'importe quel autre, pour un pompier sur incendie d'une... >>


Le fil éclectique

aujourd'hui à 00h20 - ULF : [Windows 10]Le triplé ?J'en profite pour rebondir sur un des sujets récent.Ma chère et tendre... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 00h05 - Oh Mamm Billig : Oui c'est ce que j'espère aussi : avec la fin des matchs tous les 3 jours => moins de blessés et... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

02/12/2020 à 23h51 - arnaldo01 : Il faudra faire attention à Di Maria samedi, il risque de passer ses nerfs sur les... >>


Aimons la Science

02/12/2020 à 23h39 - Tricky : Tiens, à propos, j'écoutais un type de UCSF qui expliquait que si tu vaccinait 10M de gens (aux... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)