auteur
Pierre Martini

Du même auteur

> déconnerie

It's football time !

> article précédent

Courbis marque (contre son camp)

Anelka 99, Henry 2000?

Vedette de ce début de printemps, Thierry Henry semble bien armé et bien placé pour être l'avant-centre des Bleus à l'Euro. Une impression qui reste à confirmer.
Partager
Le retour en grâce d'un Thierry Henry reconverti cette saison en avant-centre, s'il semble de très bon augure pour l'équipe de France, n'est pas forcément la solution miracle attendue et désormais annoncée avec empressement. Rappelons-nous que l'an dernier à la même époque, Anelka se présentait exactement sous les mêmes traits: les Bleus avaient trouvé ce buteur providentiel qui seul lui faisait défaut. On ne sait pas comment le parcours du Trappiste aurait évolué s'il avait eu la sagesse de rester en Angleterre, mais il n'est plus apparu ensuite comme ce joueur d'exception capable de s'imposer partout sans contestation possible, en blanc comme en bleu. La facilité qu'a eu Arsène Wenger d'imposer chaque année un nouvel attaquant dévoreur d'espaces laisse quelques doutes; l'entraîneur des Gunners est certes un recruteur hors pair, mais il a surtout bien compris l'intérêt de tirer systématiquement des flèches derrière les lourdes arrière-gardes anglaises. En effet, malgré l'importation massive de joueurs étrangers, et notamment de défenseurs, la spectaculaire Premier League n'a pas encore comblé ses dramatiques lacunes défensives et tactiques (pour s'en convaincre, un examen attentif des buts anglais est recommandé, séquences vidéo-gag assurées). En situation plus "continentale", avec des défenses resserrées et un marquage sévère, ces sprinters doivent montrer d'autres qualités. A cet égard, le match d'Henry contre l'Ecosse l'a montré plutôt à son avantage, puisqu'on l'a vu revenir et être capable de produire un jeu d'attaque varié. A son crédit aussi, son vécu du Mondial, et ses expériences dans différentes zones offensives qui lui confèrent un bagage et une faculté d'adaptation supérieurs à son ancien partenaire des espoirs.
On a donc de nombreuses raisons d'espérer pour l'Euro 2000 un Henry flamboyant et titulaire en pointe. D'ici là, on ne devra pas écarter d'autres solutions moins en vogue actuellement: si Laslandes et Guivarc'h semblent distancés, Trezeguet et pourquoi pas Anelka n'ont pas abattu leurs dernière cartes. En ce domaine, abondance de biens ne nuira pas.
Partager
>> aucune réaction

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe Zemmour
2020-06-30

Totti 2000, le grand numéro

[rétro Euro 2000 • 4/5] Il y a vingt ans, le jeune Francesco Totti réalisait son meilleur tournoi sous le maillot de la sélection italienne. 


Richard N
2020-06-23

Figo 2000, un ballon en or

[rétro Euro 2000 • 3/5] Un jour, un but – Le 12 juin 2000, Luis Figo décoche une frappe limpide qui remet le Portugal dans le bon sens. 


Christophe Zemmour
2020-06-22

Toldo 2000, un Euro pour la vie

[rétro Euro 2000 • 2/5] L’Euro 2000 révèle un gardien méconnu, titulaire de dernière minute dans les cages italiennes. Francesco Toldo deviendra un héros à l’italienne. 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)