auteur
Bruno Colombari

Du même auteur

> article précédent

La Gazette de l'Euro > deuxième

> article précédent

Groupés dans la mort

Ainsi finissent les sélectionneurs

Les carnets de l'archiviste – Après un échec ou une victoire: y a-t-il d'autres manières, pour les sélectionneurs, de quitter leurs fonctions? Comment le cas des prédécesseurs de Domenech a-t-il été réglé?
Partager
Nul ne sait si l'ère Domenech s'est achevée le 17 juin à Zurich. L'histoire des trente dernières années des Bleus montre qu'il n'y a pas de règle: des sélectionneurs sont partis après un triomphe, d'autres (parfois les mêmes) sont restés malgré un échec, d'autres enfin ont été débarqués de force ou ont préféré prendre la tangente.


Premier cas : We Are the Champions

carnets_fins_hidalgo.jpg27 juin 1984. Parc des Princes. Après un peu plus de huit ans à la tête des Bleus, Michel Hidalgo s'en va en pleine gloire. Il aura fallu quatre-vingts ans à l'équipe de France pour ouvrir son palmarès et elle l'a fait avec la manière: une demi-finale renversante face au Portugal et une finale gagnée avec la calculette (et une bonne dose de réussite) contre l'Espagne. Bref, la synthèse parfaite entre l'amour du jeu importé de Séville et le réalisme froid qui resservira à Guadalajara. On propose à Hidalgo le ministère des Sports, qu'il refuse, contrairement à d'autres plus tard, hélas.

12 juillet 1998. Saint-Denis. Il ne lâche pas son cahier à la couverture noire, comme s'il avait besoin de s'accrocher à quelque chose au moment d'entrer dans la quatrième dimension. Vilipendé par la presse depuis plusieurs mois, Aimé Jacquet lui réserve un peu de bile après match, mais pour lui l'heure de la béatification est arrivée.



Deuxième cas : I Will Survive

carnets_fins_argentine.jpg6 juin 1978. Buenos Aires. Contre l'Argentine, pour la deuxième journée du groupe dit de la mort, les Bleus d'Hidalgo ont le mauvais œil. Juste avant la mi-temps, Marius Trésor se jette dans son exercice favori, le tacle glissé, et touche le ballon de la main. En deuxième mi-temps, Platini égalise et Six a une balle de 2-1 qu'il vendange. De l'autre côté, Bertrand-Demanes heurte du dos le montant de sa cage et doit sortir sur une civière. Son remplaçant, Baratelli, encaissera un second but synonyme d'élimination. Michel Hidalgo, décidé un mois avant la Coupe du monde à jeter l'éponge après une tentative d'enlèvement, se laisse finalement convaincre de continuer.

16 juin 1987. Oslo. Les Bleus bouclent une saison d'une remarquable médiocrité: une victoire, deux nuls et deux défaites. La victoire contre la Norvège à Oslo est indispensable. Mais Platini vient d'arrêter sa carrière, le terrain est boueux et rien ne va. Battue 0-2 avec notamment une grosse erreur de Bats qui manque une interception au pied, l'équipe de France peut tirer un trait sur l'Euro 88 en Allemagne. Henri Michel reste toutefois en place moyennant un aménagement du calendrier (18 clubs au lieu de 20, suppression des aller-retour en coupe de France).

29 avril 1989. Paris. Les éliminatoires du Mondiale 90 en Italie ont commencé depuis huit mois et déjà c'est le match de la dernière chance. Platini sélectionneur a accumulé les contre-performances (2-3 en Yougoslavie, 0-0 contre l'Eire, 0-2 en Ecosse) et le match contre la Yougoslavie de Susic, qui est chez lui au Parc, doit être gagné pour éviter une élimination précoce. Il ne l'est pas (0-0), même si Didier Deschamps fête sa première sélection en remplaçant Xuereb. Platini avait promis qu'il démissionnerait en cas de non-qualification pour l'Italie, mais il reste en place. Il a déjà tout compris de la politique.



Troisième cas : The Final Cut

carnets_fins_michel.jpg22 octobre 1988. Nicosie. En sursis depuis l'affaire Cantona (suspendu un an d'équipe nationale après avoir traité le sélectionneur de sac à merde), Henri Michel ne sait pas encore ce qui l'attend au sortir du calamiteux match nul (1-1) concédé à Chypre et qui compromet déjà la qualification pour la Coupe du monde 1990. Le putsch vient de Bordeaux où le président Claude Bez contacte directement Michel Platini pour lui demander de prendre en mains les Bleus. Ce dernier accepte et Jean Fournet-Fayard, à la tête de la fédération, entérine le coup fourré.

17 novembre 1993. Paris. Ginola, le coup-franc, Kostadinov, le tir sous la barre de Lama, air connu. Le ciel tombe sur la tête de Gérard Houllier, à qui il faudra des années pour s'en remettre. Dans une ambiance détestable (règlements de comptes entre Parisiens et Marseillais, tergiversations de Jean Fournet-Fayard), il se passe une bonne semaine avant que le sélectionneur ne consente à céder sa place après seulement quinze mois et douze matches. Jamais la Coupe du monde 1998 n'avait paru aussi lointaine.

11 juin 2002. Incheon. Jamais sans doute l'écart ne fut aussi grand, en un siècle d'histoire, entre l'attente suscitée par une équipe qui marche sur l'eau et la réalité du terrain. Dépassés dans le jeu par une sélection danoise qui profite des largesses de la défense, les Bleus sortent en lambeaux d'un tournoi mondial qui leur semblait acquis. Mais Roger Lemerre, dont le contrat a été prolongé par le président Simonet quelques semaines auparavant, n'a pas l'intention de partir. Il faudra attendre le conseil fédéral de juillet pour voir la Fédération trancher.



Quatrième cas : Hello Goodbye

carnets_fins_suede.jpg17 juin 1992. Malmö. Sans avoir donné l'impression de l'avoir vraiment commencé, les Bleus de Platini quittent l'Euro suédois par la petite porte après deux nuls contre la Suède (1-1) et l'Angleterre (0-0) et une défaite face au Danemark (1-2) dont les joueurs ont interrompu leurs vacances pour remplacer la Yougoslavie dix jours avant le début du tournoi. C'est le 2 juillet, jour de l'annonce de l'attribution de la Coupe du monde 1998 à la France, que Platini démissionne. À lui le comité d'organisation, le comité exécutif de la FIFA puis la présidence de l'UEFA.

25 juin 2004. Lisbonne. Privés de Vieira, en panne d'inspiration offensive et piégés par une équipe grecque coriace, les Bleus de Santini concèdent leur première défaite en compétition depuis deux ans au plus mauvais moment. Le sélectionneur a déjà la tête ailleurs, à Tottenham où il s'est engagé avant même le début de l'Euro, la Fédération lui ayant refusé une prolongation de contrat. Il ne fera qu'y passer.
Partager

> sur le même thème

Groupés dans la mort

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Richard N
2020-04-04

Djorkaeff 1995, coup franc avec sursis

Un jour, un but - Le 16 août 1995 au Parc des Princes, Youri Djorkaeff marque dans les dernières minutes d’un France-Pologne qualificatif pour l’Euro 1996. Son échec aurait changé l’histoire. 


Richard N
2020-03-26

Michel Hidalgo, un regard bleu

Michel Hidalgo a apporté au foot français son premier titre, le championnat d’Europe 1984, mais aussi un style de jeu et une audace entrés dans la légende. 


Richard N
2019-11-17

Henry-Gallas 2009, la main du diable

Un jour, un but – Il y a dix ans, l’équipe de France inscrivait le but le plus controversé de son histoire et se qualifiait manuellement pour la Coupe du monde 2010. 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)