auteur
Grégoire Lacroix

Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #168

> article suivant

Sunderland, la lose en série

> article précédent

Un quart plus loin

> article précédent

They're still standing

A propos de l'arbitrage...

Une très intéressante contribution d'un lecteur des Cahiers, qui s'interroge sans paranoïa sur une sensible inégalité des Français devant l'arbitrage: un respect moindre et une pression plus forte de la part de nos médias ne seraient pas superflus...
Partager
Beaucoup de remarques dimanche soir quant à l'arbitrage suspect de M. Collina… Ces remarques naissent de spectateurs, comme moi, en aucun cas de la presse ou des instances du football françaises. Alors on peut dire bravo à nos responsables du football ou des médias pour leur fair-play, mais on peut aussi se poser des questions.

Est-ce que, à force de ne pas protester contre les erreurs d'arbitrage, on n'invite pas inconsciemment les arbitres à légèrement défavoriser les Français? Ou, plutôt, est-ce qu'en organisant des tollés contre des arbitrages défaillants, certains autres pays n'incitent pas les arbitres à trancher en leur faveur dans les cas litigieux?

Je me posais la question il y a quelques mois lorsque des décisions arbitrales pour le moins douteuses éliminèrent Monaco et d'autres clubs français des coupes d'Europe. Dans la même semaine, nous avions trois expulsions françaises soit très sévères, soit tout à fait injustifiées. Dans le même temps, des adversaires commettaient de grosses fautes après un premier carton (Deschamps par exemple avec Chelsea) et n'étaient pas sanctionnés.
Je ne veux pas paraître paranoïaque et je ne crois pas du tout que les Français soient volontairement défavorisés. Je pense qu'il y a là surtout de la malchance mais je crois aussi qu'il serait un peu court d'en rester là et qu'on peut y apporter d'autres explications.

En remontant dans le passé, je ne peux m'empêcher de me rappeler quantité d'injustices qui nous ont éliminé (France-Allemagne 82, des dizaines de penalties accordés aux italiens...) et je me rappelle bien peu de coups du sort en notre faveur (peut être le penalty de Bologne-Marseille l'année dernière). Bien sûr, on se souvient plus facilement des injustices qui nous frappent que de celles qui nous arrangent, mais quand même…

Première explication partielle : les Français sont des râleurs, ils ont du mal à ne pas défier l'autorité. Ils s'attirent souvent les foudres de l'arbitre en protestant un petit peu trop violemment. Ainsi, quand un Laslandes s'énerve contre une décision de l'arbitre (Bordeaux-Manchester), il se prend immédiatement un carton puis un second quelques minutes plus tard pour une faute bénigne. Quand Keane proteste dans le même match, l'arbitre lui fait une remontrance mais ne le pénalise pas. Sans doute a-t-il mieux su maîtriser l'expression de son mécontentement. Ce problème de "râlage" n'est d'ailleurs pas propre au football, on a exactement le même au rugby où les nationaux sont bien plus souvent sanctionnés que les autres.

Deuxième explication partielle : le manque de réaction des médias français face aux injustices dont sont parfois victimes nos joueurs. Avant d'expulser un Anglais (ou un Espagnol hier), un arbitre se pose des questions parce qu'il sait que le lendemain, il aura tout la presse contre lui s'il s'est trompé.

Que les joueurs se taisent et ne protestent pas, c'est une chose (et même un devoir puisqu'ils risquent des cartons et doivent respect à l'arbitre), que la presse en fasse autant en est une autre. C'est sans doute plus correct et fair-play mais il faut avoir conscience que c'est aussi un peu naïf. A une table de négociation on sait que c'est souvent celui qui tape du poing sur la table et qui fait du volume qui impose ses vues. Et puis c'est facile d'être fair play quand on est pas sur le terrain et qu'on n'est pas soi même victime des décisions litigieuses.
En agissant de la sorte, nous ne donnons aucune protection à nos joueurs alors que nos journalistes ne risquent, eux, aucun carton jaune.

En résumé, demandons à nos joueurs d'être un peu moins revendicatifs et à nos journalistes de l'être un peu plus.
Encore une fois, il n'y a aucune cabale contre le foot français et ces explications sont un peu subjectives, mais je crois qu'elles ont aussi leur part de vérité.

Partager

> sur le même thème

L'OM en grand danger

Les règles et l'arbitrage


Jérôme Latta
2019-03-11

Des mains à couper

Une Balle dans le pied – L'arbitrage vidéo conduisant à sanctionner toutes les mains dans la surface, on en vient à envisager de supprimer la notion d'intentionnalité…

 


Jérôme Latta
2019-02-12

"Protéger son ballon" en sortie de but, une étrange aberration

Une Balle dans le pied – Pourquoi tolère-t-on qu'en "protégeant" un ballon qui file en sortie de but, un défenseur commette une obstruction et un refus de jeu sans être sanctionné? Penchons-nous sur ce mystère.

 


Jérôme Latta
2018-08-21

Le football ne rattrape plus son temps perdu

Une Balle dans le pied - Coups francs, corners, touches ou penalties engloutissent les minutes, le temps de jeu effectif est à la baisse et le temps additionnel loin du compte: il est urgent de rétablir de la discipline chronométrique.


>> tous les épisodes du thème "Les règles et l'arbitrage"

Sur le fil

RT @lefollclement: Pour Vice, j'ai suivi durant une journée un supporter soumis à une interdiction administrative de stade. https://t.co/3E…

RT @Eurosport_FR: Le casse-tête des Bleus : comment contourner un bloc regroupé ? Analyse signée @CKuchly #MOLFRA https://t.co/uhH5KiGBEu

RT @ArriereCuisine: Un article polémique sur un sport méconnu : https://t.co/TxWGnHfrXb Par @arbleiz56 , notre expert #lefoot https://t.co/…

Les Cahiers sur Twitter